En 1919, Lecba Eliezer Cadet représente la communauté noire à la conférence pour la paix à Paris

En 1919, Lecba Eliezer Cadet , un prêtre vaudou haïtien,fut le seul participant noir à la Conférence de paix de Paris au nom de la Universal Negro Improvement Association. La même année, il s’est également rendu à la conférence panafricaine de 1919 qui s’est tenue à Paris, à la demande de l’UNIA. Cadet fut remplacé par Ida B. Wells et A. Phillip Randolph, qui ne pouvaient être présents.

Cadet est né à Port-de-Paix, en Haïti, en mai 1897. Son père était un riche fabricant de colorants.

Cadet devient un prêtre houngan ou vaudou et a été fortement associé au Damballa – le père céleste et le créateur préhistorique de la vie.

Cadet a déclaré dans ses lettres à la Conférence de la paix: «J’étais le seul Noir à assister à cette réunion solennelle. L’honorable M. Tertulien Gui Baud était malade de la grippe pendant quelques jours et le plénipotentiaire du Libéria n’était plus là.

«En raison de ce que j’ai vu et entendu lors de cette réunion plénière, j’ai convenu avec les diplomates des petites puissances que les autres nations du monde, à l’exception des quatre grandes puissances alliées, n’étaient invitées que comme camouflage. . ”

La Conférence de paix de Paris, également appelée Conférence de paix de Versailles, était le rassemblement des puissances alliées à la fin de la Première Guerre mondiale pour fixer les conditions de paix de la Quadruple Alliance – Autriche-Hongrie, Bulgarie, Allemagne et Empire ottoman.

Bien que 32 pays et nationalités aient assisté à la conférence, les cinq grandes puissances – la Grande-Bretagne, la France, l’Italie, le Japon et les États-Unis ont contrôlé les négociations entre toutes les nations.