Muhammed Ali Sa’id: Afro-descendant du Borno devenu sergent de l’Union pendant la guerre de sécession

Bien qu’il ait été asservi , Mohammed Ali ben Said (rebaptisé plus tard Nicholas Said)  est né dans le Borno (au nord-est du Nigeria actuel) en 1836 (ou 1834). Treizième des dix-neuf enfants de sa mère, il est le fils d’un général de l’armée de Borno. Quand il avait 12 ou 13 ans, le père de Saïd et trois de ses frères ont été tués par une armée d’invasion de Bagirmey. celui-ci se retrouve capturé et réduit en esclavage par des Touaregs en 1851. 

Il a vécu avec Malam Katory, qui lui a appris à écrire et à parler l’arabe. Environ deux ans plus tard, Said fut asservi par une “tribu en maraude” et transporté à cheval à travers le désert. À partir de ce jour, il a servi une série de maîtres, y compris des Arabes, des Turcs, des Russes, et un couple marié de la Guyane néerlandaise (aujourd’hui Suriname).  

Il a écrit de ses propres mots son autobiographie  l’histoire de sa vie. dans ses propres mots

Il s’est engagé pendant une grande partie de sa vie et a voyagé sur cinq continents, a appris à parler sept langues, a servi des princes et des diplomates, combattu dans l’armée de l’Union Après avoir parcouru le monde pendant plus de vingt ans, Said s’est installé à St. Stephens, en Alabama, où son récit se termine. Son autobiographie a été publiée en 1873 et, selon un chercheur, il est mort en 1882.

Avec 224 pages, l’ Autobiographie de Saïd est le plus long récit d’esclave existant par un musulman africain asservi. C’est aussi le seul récit d’esclaves nord-américain à décrire des voyages sur cinq continents. Cependant, certains faits sur la naissance et l’enfance de Saïd ont été contestés par les chercheurs. Bien qu’il prétende être né “vers 1836” (p. 9 ), les historiens Allan D. Austin et Tabish Khair estiment la date de naissance réelle de Saïd à 1831 ou 1833. Saïd déclare également qu’il est né à “Kouka, la capitale du Royaume de Bornou, au Soudan »(p. 9), mais des cartes contemporaines suggèrent que la capitale qu’il décrit comme étant “à 30 miles au sud du grand lac Tzad” était probablement située jusqu’à 1800 miles au nord-est de l’actuel lac Tchad, dans ce qui est aujourd’hui le sud-est de la Libye (p. 26). Un article de 1867 Atlantic Monthly (cité par Allan Austin) affirmait que Said avait servi dans un «régiment [de l’armée de l’Union] de couleur» de 1863 à 1865 et qu’il était par la suite «tombé en captivité d’une femme [et] marié au Sud», bien que la version de l’autobiographie de Saïd reproduite ici omet ces événements. En effet, pour une grande partie de l’histoire de la vie de Saïd, nous devons nous fier uniquement à ses écrits. Ce texte reflète clairement un intellect vorace, une passion pour les voyages et les échanges culturels, et un dévouement, comme Said conclut son dernier chapitre, à «faire autant de bien que possible à [son] semblable dans ce monde» (p. 213 ).

Bien que certains historiens pensent que Saïd est resté un musulman pratiquant pendant la majeure partie de sa vie, il commence son récit en déplorant l’influence du «mahométisme», ainsi que la «désolation et la ruine» qu’il dit avoir amenée en Afrique (p. 15 ). Said décrit son enfance comme étant influencée négativement par un certain nombre d’invasions et d’intrigues politiques dirigées par les musulmans. Après la mort de son père et de ses frères, Said est capturé par un groupe de Kindills (également connu sous le nom de Touaregs), qui le vendent à un Arabe africain nommé Abd-El-Kader. Il décrit le voyage tortueux à travers le Sahara, au cours duquel il «a beaucoup souffert de la chaleur et de la soif» (p. 46 ). «Le Sahara doit être vu et ressenti pour se réaliser», écrit Said (p. 52 ).

Après avoir appris que Saïd est le fils d’un général, Abd-El-Kader le traite bien et, à la demande de Saïd, il est vendu à Abdy-Aga, un jeune officier de «l’armée de Pacha» turque (p. 55 ). L’officier turc est un gentil maître, tout comme son père, Hadji Daoud, que Said accompagne lors de son quatrième pèlerinage à La Mecque. Ensemble, ils voyagent de Tripoli à Alexandrie, au Caire, à Khartoum, à travers l’Abysinnie (Éthiopie) jusqu’aux villes portuaires de l’Érythrée et de la Somalie modernes, et enfin en Arabie (saoudite). Observant les chemins de fer pour la première fois en Égypte, Said se souvient: «J’avais vu tant de vues merveilleuses et inattendues au cours des dernières années, que je pense que mon organe merveilleux s’était endormi à force de surmenage et d’épuisement» (p. 78 ) .

Malheureusement, à leur retour de La Mecque, le magasin de Daoud a complètement brûlé et il est contraint de vendre Said, qui est acheté par Fuad Pacha, alors ministre de l’Intérieur de l’Empire ottoman. Il est emmené à Constantinople, où Pacha présente Said à son beau-frère Reschid en cadeau. «J’ai commencé … à penser que c’était mon destin de passer de main en main, sans jamais un lieu de repos sûr et défini», écrit Said (pp. 121-122 ). Les craintes de Saïd se réalisent lorsqu’il change à nouveau de mains, après qu’un diplomate russe, le prince Anatole Mentchikoff, “n’a pas permis à Reschid Pacha de se reposer tant que je n’ai pas été transféré en sa possession” (p. 124). Mentchikoff ramène Said à Odessa, une ville russe sur la mer Noire (qui fait maintenant partie de l’Ukraine) et recrute un tuteur pour enseigner le Saïd russe, qu’il décrit comme «la [langue] la plus difficile que j’aie jamais entreprise» (pp. 128 ) . Après avoir trouvé intolérable le traitement des autres serviteurs de Mentchikoff, il «entre au service» du prince Nicolas Vassilievitch Troubetzkoy, membre d’une éminente famille russe. Un jour, alors qu’il se promène à Saint-Pétersbourg, Said observe «un individu distingué, en uniforme russe, qui s’approche de moi» (p. 140 ). Quand Saïd retire son fez et se tient «dans l’attitude d’un soldat», l’individu – qui se révèle être le tsar Nicolas Ier – lui tape sur l’épaule et commente «Malodetz»,).

Le prince Troubetzkoy se révèle être un maître exigeant, obligeant Said à apprendre le français et à se convertir au christianisme orthodoxe. Bien qu’il résiste au départ “à cette langue vivace” et “à la foi grecque”, Said succombe enfin et se fait baptiser en novembre 1855. En cette occasion mémorable, Said laisse son “nom mahométan de Mohammed Ali Ben Said sur les fonts, et [adopte ] le nom chrétien de Nicolas »(pp. 142-145 ). L’année suivante, Said part avec le prince pour visiter les grandes villes d’Europe, notamment Vienne, Dresde, Munich, Heidelburg, Rome, Paris et Londres. Les notes de voyage de Said concernant la politique européenne, la criminalité dans la culture italienne, les styles architecturaux comparés et les successeurs potentiels de la papauté indiquent l’étendue et la profondeur de sa curiosité.

 

En échange de ses services, le prince Troubetzkoy accorde à Saïd la permission de visiter sa terre natale pendant un an et lui donne 300 livres sterling. Cependant, un autre voyageur l’emporte sur Said pour l’accompagner dans les Amériques et, explique Said, «mon goût pour les voyages a affirmé sa suprématie» (p. 187). Par conséquent, il met les voiles avec De Sanddrost IJ Rochussen de la Guyane néerlandaise et sa nouvelle épouse, débarquant aux États-Unis quelques semaines plus tard. (Saïd prétend qu’ils sont arrivés en 1867, mais ses registres militaires et autres preuves suggèrent que la date était bien antérieure – peut-être 1857.) Après avoir navigué vers et autour des Caraïbes, Said et les Rochussen naviguent vers le nord jusqu’à New York et se rendent au Canada. Dans une petite ville au nord d’Ottawa, Rochussen demande un prêt à Saïd, affirmant que son «versement» est en retard. Rochussen disparaît rapidement avec les 300 livres de Said, le laissant sans le sou. Un pasteur local lui prête dix dollars et lui conseille de chercher de l’aide à Detroit ou à Buffalo, où «il y avait un grand nombre de personnes de couleur» (p. 200 ).

Pendant un certain temps, Said subvient à ses besoins en tant qu’enseignant à Detroit avant de déménager dans le Sud, «où je pourrais être d’une grande utilité pour mon peuple aveugle» (p. 202 ). Il vit à Charleston pendant une brève période, voyage dans le Sud pour enseigner et parler, et s’installe finalement à St. Stephens, Alabama. «J’ai ressenti un désir insurmontable de mettre fin à mes pérégrinations», écrit Said (p. 209 ). Said conclut sa biographie par un hommage à l’importance de l’éducation et du renoncement à soi-même, et réitère son désir «de me rendre utile à ma race» (p. 212 ). Son autobiographie comprend également un “chapitre supplémentaire” vantant l’efficacité des eaux de source de Bladen pour traiter le “dérangement du foie” et d’autres maux, y compris “). Cet addendum est inclus «à la demande de plusieurs messieurs» – peut-être comme condition préalable à la publication (p. 214 ). Alors qu’il racontait l’histoire de sa vie, Said a déploré que “l’Afrique ait été, par préjugés et ignorance, si tristement déformée, qu’on pense que quelque chose comme l’intelligence, l’industrie, etc. n’existe pas parmi ses indigènes” (p. 14 ). Son autobiographie et d’autres textes similaires tentent de rectifier cette idée fausse.

 

Patrick E. Horn

 


Pour aller plus loin :

MoHAMMED ALI nICHoLAS SA’ID:fRoM EnSLAVEMEnt to AMERICAn CIVIL wAR VEtERAn

L’autobiographie de Nicholas Said, originaire de Bournou, Soudan oriental, Afrique centrale

Al-Ahari, Muhammad A., ed., Five Classic Muslim Slave Narratives , Chicago: Magribine Press, 2006; Austin, Allan D., African Muslims in Antebellum America: A Sourcebook , New York: Garland Publishing, Inc., 1984; «Evolution de la carte de l’Afrique»,

Collections numériques de la bibliothèque de l’Université de Princeton; Khair, Tabish, 

Autres routes: 1500 ans de rédaction de voyages en Afrique et en Asie , Bloomington: Indiana UP, 2005; McQueen, James,

 Une étude géographique de l’Afrique: ses rivières, lacs, montagnes, productions, états, populations, etc. , Londres: Frank Cass and Company, 1840 (réimprimé en 1969).

Al-Ahari, Muhammad A, Selim Aga, Job Ben Sulaiman, Nicholas Said, Omar ibn Said, and Abu Bakr Sadiq, Five Classic Muslim Slave Narratives: Selim Aga, Job Ben Sulaiman, Nicholas Said, Omar Ibn Said, Abu Bakr Sadiq (Chicago: Magribine Press, 2006)

Lovejoy, Paul E, ‘Mohammed Ali Nicholas Sa’id: from enslavement to American Civil War veteran’, Millars Millars: Espai i Història, 2017, 219–32

Said, Nicholas, The Autobiography of Nicholas Said; a Native of Bornou, Eastern Soudan, Central Africa (Memphis: Shotwell & Co., Publishers, 1873)