L’emblématique sac en plastique des marchés africains transformé en objet d’art

Reconnu dans le monde entier dans ses variétés bleu-blanc et rouge-blanc, ce sac autrefois sans nom en Afrique de l’Ouest a longtemps été particulièrement populaire sur les marchés africains.

Mais quand, dans les années 80, des centaines de milliers d’immigrants sans papiers, pour la plupart des Ghanéens, y ont précipitamment fourré leurs affaires après avoir reçu un court préavis pour quitter le Nigéria, il est devenu le Ghana Must Go. 

“Je me souviens avoir interrogé mes parents et d’autres parents plus âgés sur l’origine des sacs, car je trouvais qu’ils avaient un nom intéressant”, a déclaré Obioma, qui est basé à New York. 

La styliste de mode Wuraola Oladapo en faisant équipe avec la photographe Chioma Obiegbu, ces deux nigerianes ont cré des pièces qu’Obioma décrit comme une fusion de designs occidentaux et africains.

 

«Dans certains des modèles en deux pièces, le haut est fortement influencé par l’esthétique de la mode occidentale tandis que la jupe a été conçue pour refléter une enveloppe ouest-africaine.

«Les sacs évoquent la migration non pas comme un mot pour décrire les voyages, mais comme un être vivant – à chaque frontière franchie – [un migrant] prend quelque chose de nouveau et laisse quelque chose derrière lui», a déclaré Obioma.

Née au Nigeria, Chioma Obiegbu a d’abord été initiée à la photographie par son père passionné qui prenait des photos lors de sorties familiales et d’anniversaires.

En savoir plus sur BBC