John Amanam fabrique des prothèses hyperréalistes afin de renforcer la confiance des patients

Indispensables pour les personnes mutilées ou handicapées, les prothèses s’avèrent malheureusement être encore un matériel médical dont la majeure partie des personnes dans le besoin ne peuvent se le permettre en Afrique subsaharienne . C’est dans ce contexte que l’artiste sculpteur John Amanam s’oriente vers la production des prothèses après que son cousin a perdu ses doigts dans un accident.

Immortal Cosmetic Art

Les causes d’une amputation sont multiples : accidents, amputation congénitale les guerres les guerres (les mines antipersonnelles et de plus en plus dénoncés au Nord du Mali, châtiments corporels par l’amputations), maladies (l’OMS estime que, 40 à 70% des amputations des membres inférieurs sont liées au diabète). L’amputation est psychologiquement très mal vécue surtout au début.

« Je réfléchissais à des moyens de l’aider en tant que sculpteur et je me suis dit:« Depuis que j’ai sculpté des êtres humains, pourquoi ne puis-je pas façonner quelque chose qui peut réellement être utilisé sur un corps humain?

Grâce à sa société, Immortal Cosmetic Art , le sculpteur agé de 32 ans  espère répondre aux besoins des amputés noirs / africains à travers le monde en leur offrant des prothèses esthétiquement adaptées . Ses créations innovantes font également partie d’une industrie des services en pleine croissance qui a eu un impact positif sur l’économie africaine.

“Ils ressentent ce sentiment d’inconfort à chaque fois qu’ils étaient autour d’autres personnes”, a-t-il déclaré. «Je l’ai vu comme un défi. Si je pouvais redonner ou résoudre ce besoin, cela contribuerait grandement à atténuer ce traumatisme émotionnel et cette perte de confiance. Je veux juste qu’ils se sentent chez eux et qu’ils soient entiers, esthétiquement. »

 

De plus, Amanam voulait que ces prothèses soient réalistes en termes de couleur de peau. La plupart des prothèses en Afrique sont généralement blanches ou irréalistes.

Une fabrication minutieuse et artisanale

Pour aboutir à un réalisme, ses prothèses sont sculptées et peintes à la main, à partir de la morphologie propre du patient. Il reproduit artisanalement le membre du corps amputé (les oreilles, le nez, les bras, les doigts, les orteils et même les jambes à partir des matières plastiques très particulières, faites d’élastomères de la famille des siloxanes et d’un moulage en plâtre et un mélange de peintures correspondant à chaque teinte de peau.

 « Vous trouverez rarement des gens avec des prothèses de peau noire. Je veux que ce besoin soit satisfait en Afrique. Je veux aussi toucher les Noirs du monde entier en rendant ce processus accessible à un prix abordable. »

Le prothésiste veut ouvrir une usine de prothèses dans sa ville natale d’Akwa Ibom au Nigeria afin de les rendre disponibles à l’international.

“Je veux que ce besoin soit satisfait en Afrique. Je veux aussi toucher les Noirs du monde entier, en rendant ce processus accessible, à un prix abordable.”

Les pièces de prothèses se vendent actuellement à environ  entre 111 $ et 688). des prix largement inférieurs à ceux des prothèses importées.

Contacts

immortalgalleryofart@gmail.com
 
 
+234 813 570 2056