COVID-19: L’IKOUK ou LA SOLUTION AFRICAINE

A Yaoundé et tous les villages autour, les camerounais de la base au sommet se préparent à affronter la covid-19 à l’Africaine. Un seul mot sur toutes les lèvres IKOUK. L’idée que nous africains avons la solution à ce qui dépasse les blancs est répandue surtout en médecine.

Francois Bingono Bingono, le porte parole des traditherapeutes du Cameroun et ses confreres sont très occupés en ce moment tellement ils sont sollicités. A titre préventif il propose cette formule: 4 gousses d’ail une bonne mesure de gingembre. Écraser et diluer ds 1/2 litre d’eau. Y presser 2 citrons et ajouter 2 cuillerée à soupe de miel. Boire tiède par bain-marie: 1/3 de verre le soir et le matin.
Dans cette quête de “la solution africaine” au Covid-19, il est temps que le syndicat des traditherapeutes qui dépend du Ministère des Arts et de la Culture passe plutôt du coté de la recherche scientifique. Une solution qui selon les rumeurs fait état de chinois qui, dans les villages achètent par camions la fameuse écorce d’Ikouk dont le nom scientifique est (Cinchona officinalis).
Revenons à cette fameuse “solution africaine” dont parlait deja Thabo Mbeki avec le sida. On en parle, on s’en sert comme bouclier pour répondre à l’occident mais sans jamais l’implementer véritablement comme projet. Qu’est-ce qui fait obstacle, n’est-ce pas nous-memes? N’est-ce pas notre “désir d’occident” dont parle Alain Badiou? Le défi qui se pose à la “solution africaine” est quelle soit scientifique; c’est à dire sans y inclure une dose de magie. Voilà pourquoi les tradipraticiens doivent quitter les “arts divinatoires” pour entrer dans la recherche et la science.
En fustigeant la solution occidentale qui fait l’objet de beaucoup de débats dont celui lancé par Samuel Eto’o qui au sujet des vaccins parle d’”assassins”, ne sommes-nous pas entrain de jeter le bébé avec l’eau du bain? Qui a dit que la science était exclusivement occidentale? N’est-ce pas chez nous où on refuse d’enterrer un mort tant qu’on ne sait pas de quoi il est mort? Chez-nous, on meurt toujours de quelque chose…Qu’est-ce que c’est, si ce n’est l’esprit scientifique qui veut que il y a une cause à toute chose? Quand bien meme nous attendons le covid-19 avec l’Ikouk, n’est-il pas temps de nous faire comprendre le comportement du corps humain et le principe actif de cette écorce, comme celui de l’ail et du citron? dans la lutte contre les virus? Les autorités ne peuvent plus se permettre de rester dans ce silence qui trahit l’absence d’un projet véritablement africain qui s’oppose au projet neo-colonial en cours depuis les indépendances.
Car avec l’urgence du covid-19, il n’y a pas de solution africaine possible sans école africaine. Si jamais ces vaccins destinés à l’Afrique sont des poisons des analyses scientifiques nous le diront. Il est donc impératif que Bingono Bingono et ses amis amènent leur Ikouk et s’asseyent avec l’ordre des médecins et les collègues de Mme Tchuente de la Recherche Scientifique et donnent aux camerounais une conduite clair à tenir, car ne pouvons plus nous permettre de faire l’économie de la connaissance.

Texte de Jean Pierre Bekolo