Les langues africaines parmi les langues officielles en Mauritanie et dans l’Etat de Lagos au Nigéria

La valorisation des langues africaines est de plus en plus une réalité. Après l’Etat de Lagos qui a remplacé l’anglais par le Yoruba dans l’administration depuis le début de cette année, la Mauritanie vient de prendre elle aussi une décision importante pour le repositionnement des langues africaines.

En effet, si le Yoruba est désormais la seule reconnue officielle dans l’administration dans l’Etat de Lagos au Nigéria, le parlement Mauritanien en a énuméré quatre dans lesquelles se dérouleront désormais les débats ou travaux au parlement.

Le député mauritanien en plus de la langue française, définie comme langue de travail dans la constitution mauritanienne, a la possibilité de s’exprimer dans quatre autres langues nationales de son choix entre l’Arabe, le pulaar, le soninké et le wolof.

«Si vous parlez aux Mauritaniens, vous avez quatre langues d’expression qui sont prévues dans l’Assemblée», a martelé Cheikh Ould Baya, président de l’Assemblée nationale mauritanienne qui a poursuivi : «Un discours en français n’a plus de sens dans l’Assemblée ici».

C’est ainsi le début d’un nouvel air pour permettre aux populations africaines majoritairement analphabètes de suivre de près et de prendre activement part à la gestion des affaires publiques en Mauritanie.

Que ce soit à Lagos ou en Mauritanie, cette décision débouchera sur un lien fort. Le sentiment d’appartenance à une seule et même Nation se renforcera chez les citoyens qui pourront se retrouver maintenant dans leurs dirigeants aptes à conduire le débat public et, à le gérer dans leurs langues.

 

Par Bidossessi WANOU

Benin 24 TV