Ben Carson ce neurochirurgien qui a réussi à séparer deux jumeaux siamois reliés l’un à l’autre par la tête

Dans son autobiographie, Ben Carson raconte qu’il était « un enfant du ghetto des rues de Detroit » à l’époque où les États-Unis étaient plongés dans le creuset du mouvement en faveur des droits civiques. Issu d’un milieu défavorisé, ce petit gosse noir qui obtenait de piètres résultats au début de sa scolarité allait devenir le docteur Ben Carson, l’un des plus grands neurochirurgiens au monde.

Benjamin Solomon Carson est né le 18 septembre 1951 à Detroit. Il avait huit ans quand ses parents ont divorcé ; il a alors très vite connu la pauvreté. Élève indifférent, il a vu ses notes s’améliorer quand il s’est mis à lire des livres et à apprendre ses tables de multiplication, sur l’insistance de sa mère. Très vite, il a découvert la passion de la lecture, ce à quoi il attribue le tournant dans ses études. Il évoque en particulier la trajectoire inspirante de Booker T. Washington, que lui a fait connaître une biographie intitulée Up From Slavery. Ascension d’un esclave émancipé. Né esclave, Booker T. Washington allait fonder une université et être le conseiller de deux présidents des États-Unis.

Diplômé de Yale et de la faculté de médecine de l’université du Michigan, Ben Carson a passé plus de trente ans au Johns Hopkins Children’s Center, situé à Baltimore. Dès les premiers temps de sa carrière dans cet hôpital universitaire de renom, il a été l’auteur de grandes avancées médicales. En 1987, le docteur Carson a dirigé une équipe chirurgicale, composée de 70 membres, qui a réussi à séparer deux jumeaux siamois reliés l’un à l’autre par la tête sans qu’aucun ne décède, ce qui était une première.

Depuis 20 ans, le docteur Carson et sa femme, Lacena (« Candy »), dirigent une organisation caritative nationale, le Carson Scholars Fund, qui octroie des bourses universitaires à des étudiants exceptionnels et altruistes, et qui finance des salles de lecture dans des écoles primaires dépourvues de bibliothèques. Ben Carson entend encourager les jeunes à suivre la voie qu’il a lui-même empruntée, autrement dit à appliquer les vertus traditionnelles que sont la discipline, le travail et la foi. Il y a plus de 5.700 étudiants qui bénéficient d’une bourse du Carson Scholars Fund dans les 50 États du pays et le District de Columbia (ville de Washington). En outre, le projet de lecture Ben Carson (Ben Carson Reading Project) a investi quelque 850.000 dollars dans l’aménagement et l’entretien de 88 salles de lecture à travers le pays.

En 2008, le président George W. Bush a décerné à Ben Carson la Médaille présidentielle de la liberté, la plus haute récompense que le gouvernement des États-Unis confère à des civils. Il s’est fait connaître auprès du grand public avec le film pour la télévision, Des Mains en or (Gifted Hands: The Ben Carson Story) (2009), sur sa vie et ses exploits extraordinaires.

En 2016, Donald Trump nomme Ben Carson au poste de ministre du logement et de l’urbanisme. Il avait été l’un des adversaires de M. Trump dans la course à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle.

« Ben Carson est un esprit brillant, passionné par le travail de cohésion entre les communautés et les familles qui les composent, a déclaré le président élu américain dans un communiqué. Nous avons longuement parlé de mon programme de renouveau urbain et de renaissance économique, notamment de nos quartiers en difficulté. »

« J’envisage sérieusement le Dr. Ben Carson pour diriger le HUD (Housing and Urban Development). J’ai appris à le connaître. C’est une personne de grand talent qui aime les gens », avait aussi écrit M. Trump sur son compte Twitter, le 22 novembre.

Source: Stories of African-American Achievement  2010

www.lemonde.fr