La Pr Olivette Otele choisie par l’Université de Bristol pour d’examiner ses liens avec le commerce des esclaves

La Pr Olivette Otele née camerounaise est  première femme noire professeure d’histoire au Royaume-Uni

Sa première mission sera porté sur un projet de recherche de deux ans sur l’ implication de l’université et de la ville de Bristol dans le commerce transatlantique des esclaves.

La richesse de Bristol au 17ème siècle reposait en grande partie sur la traite négrière , avec plus de 2 000 navires esclaves quittant le port de la ville entre 1698 et 1807, lorsque le Parlement abolit la traite négrière, selon les musées de Bristol .


Pendant cette période, les navires négriers ont transporté plus de 500 000 personnes d’Afrique vers les Amériques.
Un marchand d’esclaves, Edward Colston, a transporté environ 80 000 hommes, femmes et enfants entre 1672 et 1689 sur ses navires, selon la BBC La Pr Otele a déclaré dans un communiqué qu’elle souhaitait “rassembler des Bristoliens de toutes les communautés, ainsi que des universitaires, des artistes et des éducateurs prêts à contribuer à une société plus forte et plus juste”.

“Je veux que les étudiants me voient comme un facilitateur d’un dialogue qui doit avoir lieu et qui concerne le rôle de l’Université de Bristol dans la traite transatlantique des esclaves”, a-t-elle déclaré.


“Je souhaite produire une recherche exhaustive et rigoureuse qui soit pertinente pour l’université, pour la ville et qui marquera la manière dont la Grande-Bretagne examine, reconnaît et enseigne l’histoire de l’esclavage.”

La Pr Judith Squires, vice-chancelière et vice-chancelière de l’université, a déclaré: “En tant qu’institution fondée en 1909, nous ne sommes pas directement bénéficiaires de la traite des esclaves, mais nous reconnaissons pleinement que nous avons bénéficié financièrement indirectement du soutien philanthropique de familles fait de l’argent des entreprises impliquées dans le commerce transatlantique des esclaves.”
“Ce nouveau rôle nous offre une occasion unique et importante d’interroger notre histoire, en collaborant avec le personnel, les étudiants et les communautés locales pour explorer les liens historiques de l’Université avec l’esclavage et pour débattre de la meilleure manière de réagir à notre passé pour façonner notre avenir. en tant que communauté universitaire inclusive. “

   >> Lire aussi D’origine camerounaise, Olivette Otele devient la première femme noire professeure d’histoire au Royaume-Uni: lisez son interview sur History Today

Plus tôt cette année, une autre institution britannique, l’Université de Cambridge, a lancé une étude universitaire sur la manière dont elle contribue ou profite du commerce transatlantique des esclaves.

 

Source CNN