Pourquoi les guérisseuses au Malawi ont elle toujours les mains croisées sur la poitrine?

Les Guérisseurs au Malawi tiennent tous les jours leurs Mains croisés sur la poitrine comme un signe pour rappeler les Trois Êtres Spirituels qu’ils chérissent dans leur Cœur dont les Mains ramenés sur la poitrine servent à symboliser deux types de Triangles, celui du Feu et de Sirius
Concernant le symbole Sirius, les Mains imitent le Feu lorsqu’il faut prendre Trois pierres pour imiter le Foyer ouvert du lieu traditionnel de cuisson afin de soutenir un pot (mafuwa) ou pour servir à dessiner les 2 Triangles croisés qui forment une Étoile brillante notamment celle de Sirius c’est la raison pour laquelle pour les Guérisseurs, le Feu symbolise la Lumière de l’Étoile la plus brillante dans l’Univers comme étant Sirius.
Les Guérisseurs disent également que ce Triangle symbolise le plus haut sommet de la montagne Mulanje des Sapitwa ou des Hapi-Twa et que l’autre Triangle est son côté inverse, son opposé, reflété par l’Eau et qui est appelé «Kuba»
L’étoile Sirius dans l’ancienne Malawi était principalement associée aux premières Prêtresses Nyangu et selon les Guérisseuses Sapitwa elles-mêmes, cette Étoile est essentiellement une entité Féminine, ceci étant, qu’elle symbolise la Naissance d’une nouvelle Année
Ce symbole est aussi dit être, celui des Reines et des Rois anciens qui représentait la Fondation de leur Royaume assurant l’ordre dans leurs villes ou leurs villages, où les gens devaient vivre en Harmonie et dans la Paix qui lorsqu’il était symbolisée par le Feu représentait le Feu à l’intérieur de la Poitrine.
Dans la spiritualité Sérère du Sénégal, de la Gambie et de la Mauritanie, Sirius est appelée Yoonir, où elle est l’une des Étoiles Sirius la plus importante et la plus sacrée ainsi que le premier symbole de l’Univers dont les grands Prêtres et Prêtresses héréditaires observent le Tableau de Yoonir pour prévoir les chutes de Pluie afin de permettre au peuple de commencer la plantation des Semences
Sirius était également l’étoile la plus importante dans l’astronomie et à la fois l’un des Décans des peuples de la Vallée du Nil (Décan = groupe d’étoiles dans le Ciel nocturne, où chaque groupe divisé apparaît pendant dix jours par An) dont le lever héliaque (première nuit que Sirius est vue, juste avant l’aube) avait été remarqué chaque année en Juillet, lesquels utilisaient ce jour pour marquer le début de la nouvelle année ou l’Ouverture de l’année qui était célébré avec un festival appelé «La venue de Sopdet»

Dès le 1er dynastie, Sophis/Sopdt/Saba/Sheba/Sabat était connue comme« la porteuse de la Nouvelle Année et de la Crue de Hapi qui lorsqu’elle apparaissait dans le Ciel chaque année, commençait à inonder les Sols et ainsi apporter la Fertilité à la Terre.
Les anciens Habitants des affluents de Hapi (Région des grands Lacs, Vallée du Nil) depuis la Montagne de la Lune ou du Fleuve Niger reliant scientifiquement ces deux événements, l’Etoile Sopdet a non seulement pris les aspects d’une déesse de l’inondation, mais également celle de la Fertilité, où l’inondation et la montée de Sirius marquait à la fois l’ancien Nouvel An Africain, laquelle était considérée comme une déesse de la Naissance ou la Nouvelle Année,
Dans les Triangles rectangles ou carrés, l’utilisation de ce symbole avait été particulièrement très important dans l’Architecture, c’est la raison pour laquelle, les constructeurs ont depuis les temps anciens ont utilisé ce théorème dans la construction de bâtiments par un processus appelé « mise au carré d’une pièce » et notamment dans la construction des grandes Meri (pyramides) .
Ainsi, depuis des milliers d’années, nos Ancêtres fondateurs de toutes les premières et nombreuses Cultures à travers le Monde, marquaient toujours les saisons de l’année avec de «grands festivals» en rapport avec les Solstices qui avaient lieu deux fois par Année dont la plupart de ces fêtes étaient attribuées aux récoltes et à l’agriculture en général, mais aussi à l’élevage, à la culture scientifique, mais toujours en rapport avec les inondations annuelles de tous les grands Fleuves en Afrique reliés à la Région des grands Lacs
Hotep

 

Par Dawidi Uchiwa