1883-1916 BENGA: de la foret équatorial à un zoo humain en Amérique

Benga est né quelque part en 1883 dans la forêt d’Ituri dans l’actuel la République démocratique du Congo . Il est né dans la colonie Mbuti Pygmy, une des nombreuses petites bandes de familles élargies comprenant de 15 à 20 personnes. Ces colonies étaient nomades et se déplaçaient d’un village ou camp temporaire à un autre, en fonction des saisons et des possibilités de chasse tout au long de l’année.

À la conférence de Berlin de 1885 qui a divisé l’Afrique , le roi Léopold II de Belgique a été autorisé à prendre possession de l’État libre du Congo. Afin de rentabiliser sa possession, Léopold a commencé à exploiter les ressources de la région, y compris le caoutchouc, et a imposé aux habitants, y compris les Pygmées Mbuti, des travaux forcés, souvent renforcés par des passages à tabac, des amputations et des meurtres.

Lorsque Benga, un adolescent, rentré d’une chasse à l’éléphant et retrouvant toute sa famille et son village, avait été massacré par Force Publique, l’armée privée du roi Léopold créée pour faire respecter les quotas de production de caoutchouc. Benga, désormais seul et sans défense, a été kidnappé par des marchands d’esclaves et mis au travail comme ouvrier dans un village agricole.

En 1904, Benga est libéré par Samuel Phillips Verner, anthropologue amateur américain et missionnaire, qui était sous contrat avec la Louisiana Purchase Exposition pour ramener des pygmées à l’exposition humaine. Verner a retrouvé Benga et a négocié sa libération des marchands d’esclaves pour une livre de sel et un morceau de tissu. Verner recruta également d’autres Africains pour l’exposition et le groupe fut amené à Saint-Louis en juin 1904.

Les Africains ont été exposés et Ota Benga est devenue un «interprète» particulièrement populaire qui a attiré une foule immense. Exposés au même moment avec le chef des Apaches Geronimo, ils sont devenus amis. Pour ses efforts, Verner a reçu une médaille d’or en anthropologie à la fin de l’expédition.

Verner et Benga sont retournés en Afrique centrale à la fin de l’Exposition mais Benga, estimant qu’il n’appartenait plus, a choisi de revenir avec l’anthropologue aux États-Unis en 1906. Verner a emmené Benga au zoo du Bronx où il avait été engagé pour aider. avec les animaux. Les responsables du zoo ont toutefois commencé à l’exposer à la Maison des singes, où il a de nouveau attiré de grandes foules. Alors que Benga s’est avéré une “attraction populaire”, un groupe d’ecclésiastiques noirs de New York dirigé par le révérend James H. Gordon a exigé sa libération. À la fin de 1906, Benga, âgé de 23 ans, fut remis à la garde du révérend Gordon qui l’avait placé dans l’ asile orphelin Howard Colored de la ville de New York .

En 1910, Gordon fit en sorte que Benga déménage à Lynchburg, en Virginie, où il reçut pour la première fois un enseignement et une formation religieuse. Benga a commencé à travailler dans une usine de tabac locale pour payer son voyage de retour en Afrique centrale. En 1914, cependant, la Première Guerre mondiale a commencé et a sévèrement limité le nombre de voyages par bateau à passagers. Le 20 mars 1916, très probablement vaincue par la dépression et le chagrin, Ota Benga s’est suicidée à Lynchburg, en Virginie. Il avait environ 33 ans au moment de son décès.