Jesse Owens ou “la Couleur de la victoire ” face à Hitler

Au moment où l’Allemagne et ses alliés mettent en plan la  seconde guerre mondiale pour régler l’insatisfaisant découlant de la Première Guerre mondiale ; Jesse Owens est un trouble-fête en cette année 1936 où l’Allemagne nazie essaye d’assoir son hégémonie et obnubilée par la supposée supériorité race aryenne.

En effet le NOIR américain Jesse Owens entre dans l’histoire parce qu’il met à mal la théorie hitlérienne selon laquelle la « race aryenne »  est une race élitiste, distincte. Cette année, il cumulera quatre médailles d’or aux jeux Olympique de Berlin s’inscrivant ainsi comme l’un des plus grands athlètes de tous les temps.

Son héroïsme est matérialisé par un film ( LA COULEUR DE LA VICTOIRE) donc, voici  la bande-annonce !

 

L’histoire est belle. Mais elle est aussi paradoxale. Car, si Jesse Owens a bel et bien adressé un magnifique pied de nez aux théories racistes, c’est dans son pays, aux Etats-Unis, qu’il a le plus eu à souffrir de sa condition d’homme noir.

A son retour aux Etats-Unis, rien n’avait changé pour lui, ni pour aucun autre noir. L’Amérique était restée raciste et ségrégationniste. A ce sujet le New-York Times rapporte ses propos :

« Je ne pouvais pas m’asseoir à l’avant des autobus, je devais m’asseoir à l’arrière, je ne pouvais pas vivre là où je le voulais. »

L’histoire reste superbe mais certains aspects de celle-ci mériteraient d’être remis en lumière !