Le grand esclavagiste Hamed bin Mohammed el Marjebi, alias Tippo Tib.

Tippo Tip de son son vrai nom Hamad bin Muhammad bin Juma bin Rajab el Murjebi, était commerçant d’ivoire, explorateur, propriétaire de la plantation et gouverneur. Il a travaillé pour une succession de sultans de Zanzibar . Tippu Tip a échangé des esclaves contre les plantations de clous de girofle de Zanzibar . Dans le cadre du grand et lucratif commerce de l’ivoire , il a dirigé de nombreuses expéditions commerciales en Afrique centrale.en construisant des postes de traite rentables qui ont pénétré profondément dans la région. Il a acheté l’ivoire à des fournisseurs locaux et l’a revendu avec profit dans les ports côtiers. 

On pense que Tippu Tip est né vers 1832 à Zanzibar, à partir de descriptions de son âge à certains moments de sa vie.  La mère de Tippu Tip, Bint Habib bin Bushir, était un Muscat arabe de la classe dirigeante. Son père et son grand-père paternel étaient des Arabes côtiers de la côte swahili qui avaient participé aux premières expéditions commerciales dans l’intérieur. Son arrière-grand-mère paternelle, épouse de Rajab bin Mohammed bin Said el Murgebi, était la fille de Juma bin Mohammed el Nebhani, membre d’une famille respectée de Mascate ( Oman ), et d’une femme bantoue du village de Mbwa Maji, un petit village au sud de ce qui deviendra plus tard la capitale allemande de Dar es-Salaam

Tout au long de sa vie, Hamad bin Muhammad bin Juma Bin Rajab el Murjebi était plus communément appelé Tippu Tib , ce qui se traduit par “le rassembleur de richesses”. Selon lui, il a reçu le surnom de Tippu Tip après le son “tiptip” émis par ses armes lors d’expéditions sur le territoire de Chungu. 

À un âge relativement jeune, Tippu Tip a dirigé un groupe d’environ 100 hommes en Afrique centrale à la recherche d’esclaves et d’ivoire. Après avoir pillé plusieurs étendues de terres, il est retourné à Zanzibar pour consolider ses ressources et recruter pour ses forces. Il est ensuite retourné en Afrique continentale.

Tippu Tip a construit un empire commercial, utilisant les recettes pour établir des plantations de clous de girofle à Zanzibar . Abdul Sheriff a rapporté que lorsqu’il est parti pour ses douze années de “construction d’un empire” sur le continent, il n’avait pas de plantations à lui. En 1895, il avait acquis “sept ‘shambas’ et 10 000 esclaves”. 

Il a rencontré et aidé plusieurs explorateurs occidentaux célèbres du continent africain , dont David Livingstone et Henry Morton Stanley .   Entre 1884 et 1887, il revendique l’ Est du Congo pour lui-même et pour le sultan de Zanzibar, Bargash bin Said el Busaidi . Malgré sa position de protecteur des intérêts de Zanzibar au Congo , il a réussi à maintenir de bonnes relations avec les Européens. Lorsque, en août 1886, des combats éclatèrent entre les Swahili et les représentants du roi Léopold II de Belgique à Stanley Falls , al-Murjabī se rendit au consul de Belgique à Zanzibar pour l’assurer de ses “bonnes intentions”. Bien qu’il fût encore une force dans la politique centrafricaine, il pouvait constater dès 1886 que le pouvoir dans la région était en train de changer.

Gouverneur du district de Stanley Falls 

Au début de 1887, Stanley arriva à Zanzibar et proposa que Tippu Tip soit nommé gouverneur du district de Stanley Falls, dans l’ État indépendantdu Congo . Leopold et le sultan Barghash bin Said de Zanzibar acceptèrent et le 24 février 1887, Tippu Tip accepta.  En même temps, il a accepté de participer à l’expédition que Stanley avait été chargé d’organiser dans le but de sauver Emin Pasha (E. Schnitzer), gouverneur allemand de l’ Equatoria (région de l’Egypte ottomane , aujourd’hui au Sud-Soudan). ) qui avaient été bloqués dans la région de Bahr el Ghazal à la suite du soulèvement du Mahdi au Soudan. 

Tippu Tip est retourné dans le Haut-Congo en compagnie de Stanley, mais cette fois-ci en empruntant la côte atlantique et le fleuve Congo. Outre son utilité douteuse, l’expédition de secours a été gâchée par la quasi-annihilation de son arrière-garde, une catastrophe dont Stanley a tenté de faire porter le blâme à Tippu Tip.

Guerre du Congo arabe 

Pendant son mandat de gouverneur, la guerre entre le Congo et le monde arabe a éclaté.

En 1886, alors que Tippu Tip se trouvait à Zanzibar, un différend surgit entre son fort à Stanley Falls et un autre fort voisin, indépendant du Congo , dirigé par le capitaine Walter Deane et le lieutenant Dubois. Les hommes de Tip au fort de Stanley Falls ont allégué que Deane avait volé une femme esclave à un officier arabe là-bas. Deane a affirmé que la jeune fille s’était enfuie après avoir été violemment battue par son maître et qu’il ne lui avait offert que le refuge. Les hommes de Tip ont attaqué le fort et après un siège de quatre jours, les défenseurs ont manqué de munitions et se sont enfuis, abandonnant le fort. L’État libre n’a lancé aucune contre-attaque et Tip a commencé à faire venir plus d’hommes au Congo, notamment plusieurs capitaines d’esclaves arabes ainsi que des dirigeants congolais, tels que Gongo Lutete .  Vers 1890/91, il rentre à Zanzibar où il se retire. Son fils, Sefu , a continué la guerre à sa place. Tippu Tip a écrit son autobiographie, qui est le premier exemple de ce genre littéraire en bantou swahili . Le Dr. Heinrich Brode, qui le connaissait à Zanzibar, a transcrit le manuscrit en écriture romaine et l’a traduit en allemand. Il a ensuite été traduit en anglais et publié en Grande-Bretagne en 1907.

Mort

Tippu Tip est décédé le 13 juin 1905 des suites d’un paludisme (selon Brode) à son domicile à Stone Town , la principale ville de l’île de Zanzibar.

 

Source: Wikipedia