Inspiration: La première équipe féminine africaine au sommet du mont Everest?

D’origine sud-africaines, Deshun Deysel, Lisa Gering, Tumi Mphahlele et Alda Waddell, qui sont à la fois leaders et alpinistes s’apprêtent à  marquer l’histoire en tentant de gravir le plus haut sommet du monde en avril et mai 2020.

Dès le départ, l’idée a toujours été d’être une équipe composée exclusivement de femmes et la première d’Afrique à avoir gravi la plus haute montagne du monde.

Une autre raison se cache derrière ce beau défi: inspirer, responsabiliser et soutenir les femmes entrepreneurs. Nos alpinistes souhaitent inciter davantage de femmes africaines à atteindre «le sommet» quelque soit ce qu’elles entreprennent. Une aventure qui d’après nous permettra une nouvelle fois d’éliminer les stéréotypes de genre.

Elles suivent un entraînement physique et mental intensif personnalisé et des séances de groupe bi-hebdomadaires pour s’assurer que tout se déroule comme prévu rapporte VOA.

Deshun Deysel, Lisa Gering, Tumi Mphahlele et Alda Waddell La première équipe féminine africaine au sommet du mont Everest?

Alda Waddel a confié à VOA News: «Il y a différents facteurs pour lesquels vous devez vous entraîner. C’est la technique, l’équipement que vous devez comprendre. C’est le physique que vous devez être capable de faire. Et puis aussi le froid. Vous devez être capable de gérer le froid. Et enfin, c’est l’altitude. “

Ces femmes graviront dès septembre 2019 le Mont Blanc (4 810 mètres) dans les Alpes européennes et le Mont Aconcagua (6 959 mètres) en Argentine à la frontière chilienne en décembre, dans le cadre des préparatifs de l’expédition.

Elle ont une longue expérience de l’alpinisme, du trekking, de la randonnée, de l’escalade et du sommet des plus hautes montagnes de plusieurs continents. Deshun et Tumi sont également des athlètes accomplies dans d’autres sports. Par contre, Deysel est la seule membre de l’équipe à avoir tenté de gravir le plus haut sommet du monde en 1996.

« Quand j’ai commencé à grimper à haute altitude il y avait si peu de femmes dans les montagnes, » elle a été citée par VOA . «Si je regarde maintenant, en particulier dans la communauté d’escalade sud-africaine, ce nombre a nettement augmenté et, de ce fait, nous avons un plus grand bassin de femmes parmi lesquelles choisir. Alors pourquoi ne pas avoir une équipe entièrement féminine? “

Leur inspiration

Les femmes sont inspirées par l’enrepreneure sud-africaine Saray Khumalo, qui est devenue en mai la première femme africaine noire à gravir la plus haute montagne du monde, qui culmine à 8 848 mètres.

«Ce qui me passionne encore plus, c’est que ceux qui viennent derrière nous, derrière moi, n’auront pas à lutter autant que moi, vous savez», a-t-elle déclaré. «Même si nous ne sommes pas nés dans un endroit où il y a des montagnes, il y a de la glace et de la neige et plus encore. Alors, quand les femmes partiront l’année prochaine, je pense que cela va ouvrir encore plus de portes.

L’objectif des femmes consistant à escalader le mont Everest est attribué à vouloir inciter davantage de femmes africaines à atteindre «le sommet» quelque soit ce qu’elles entreprennent.