Miessa.com: la marketplace pour vendeurs et acheteurs africains et de l’identité africaine

Même si nous commençons à nous habitués aux initiatives entrepreneuriales africaines de plus en plus nombreuses, nous resterons toujours fascinés par l’effort et l’ardeur que mettent ces entrepreneurs à braver les difficultés qui sont la face cachée de l’Iceberg. De réels défis quotidiens qui n’ont ni effrayé, ni freiné Jo Djoumessi le promoteur de Miessa.com, une marketplace pour les vendeurs et acheteurs en ligne de produits et services africains et/ou renvoyant à l’identité africaine.

Cet entrepreneur d’origine camerounaise et son équipe nous montrent tout l’intérêt d’être entrepreneur pour un jeune africain. Il nous livre également son témoignage captivant qui invite à faire un tour ensuite sur miessa.com

  • Qui es-tu ?

Mon nom est Jo Djoumessi, camerounais vivant et travaillant en Allemagne, marié et père de famille 😊.

  • Quel est votre parcours scolaire/universitaire et professionnel ?

J’ai obtenu un Baccalauréat des sciences naturelles au Cameroun (où j’ai eu la plus précieuse de mes formations psycho-sociales et intellectuelles). En Allemagne, j’ai obtenu par la suite un « Bachelor of ING » et un « Master of science » dans le domaine de l’électrotechnique, plus précisément en automatisme. Je commence ma carrière professionnelle en 2014 dans le secteur de l’imagerie industrielle en tant qu’ingénieur de développement de système de traitement d’images industrielles. 2 ans plus tard, je décide d’entrer dans le secteur automobile comme concepteur et développeur des banc-de-tests pour la vérification et la validation des composants et fonctionnalités électroniques du véhicule. Un secteur auquel je me suis accroché au point d’en faire mon expertise actuelle. En parallèle, j’ai lancé un projet d’E-commerce donnant vie à la plateforme www.miesaa.com. Je compte naturellement faire de ce projet, mon activité principale dans un futur très proche.

  • Vous tenez un site e-commerce sur lequel vous vendez des produits africains. Comment avez-vous trouvé votre/vos fournisseur(s) et comment cela se passe concrètement au quotidien ?

Avant de continuer, il est aussi important de vous briefer un peu sur la plateforme Miesaa.com :

Miesaa.com « Votre Marché africain » est une plateforme pour les vendeurs et acheteurs en ligne de produits et services africains et/ou renvoyant à l’identité africaine. Exemple : un stylo n’est pas forcément africain, mais peut être vendu sur Miesaa s’il a été fabriqué par un africain, qu’importe l’origine du vendeur, le fabriquant est important ici. D’autre part le pagne (Wax, …) renvoie à l’identité africaine, mais n’est pas forcément produit par les africains, alors il peut aussi être vendu sur Miesaa.

Une « online Marketplace » est par définition, un marché online où plusieurs vendeurs vendent leurs produits et ou services eux-mêmes. Une seule et même plateforme où plusieurs boutiques virtuelles présentent des produits et services de différentes catégories ; un peu comme un centre commercial réel, où nous avons plusieurs boutiques au même endroit. Vous pouvez donc vendre tout genre de produit (physique, téléchargeable) sur Miesaa, pourvu qu’il remplisse nos conditions de base (africanité). D’où l’importance de préciser que nous ne vendons pas nous-même ces produits, mais nous proposons une interface facilitant l’interaction entre vendeurs et acheteurs du savoir-faire africain.

Humm ! convaincre les vendeurs est un combat de titan 😊

Nous pensions au départ avoir plus de difficultés à emmener les gens à acheter, mais il est plus difficile pour nous de convaincre les africains à vendre leurs produits sur une plateforme référentielle. Mais c’est dû à plusieurs choses qui seront résolues au fur et à mesure.

Vu que Miesaa ne vend rien, mais présente les produits des vendeurs au monde, Nos tâches sont principalement : la gestion de la plateforme, des transactions qui s’y déroulent (la technique), le marketing et la sensibilisation des uns et des autres sur le savoir-faire africain (pour acquérir les vendeurs et les acheteurs), l’administration (taxe, lois, comptabilité, etc…) et naturellement le travail sur le concept général, que nous comptons bien élargir à l’avenir au service africain de toute nature et à la gestion de la logistique des différents vendeurs.

  • Depuis quand songiez-vous à créer votre propre entreprise et quand vous êtes-vous effectivement lancé ?

Créer ma propre entreprise, je n’y ai vraiment jamais pensé. En fait mon but est d’apporter des solutions à la situation économique du continent africain, car vu le monde capitaliste dans lequel nous vivons, l’Afrique se doit d’être riche ENSEMBLE ! et le reste viendra. Créer une entreprise ne fut qu’une conséquence de l’objectif visé. Donc il est question ici de faire croitre la force de la communauté, parce qu’un individu lambda est d’abord évalué par rapport à sa communauté. Raison pour laquelle L’entreprise Miesaa.com appartient aujourd’hui à 4 personnes (Lidane Djoumessi, Diane Ngani, Edmond Kengne et moi) et peut appartenir à tous les africains animés par cet objectif.

J’ai eu l’idée de promouvoir le « know-how » africain aux quatre coins du monde en 2010. Encore étudiant à cette date, je pensais ne pas être prêt à démarrer un projet aussi périlleux (« projet Mammouth », comme m’a dit l’un de mes collègues un jour). Le projet démarre en 2015 et sort en 2016 une version de la plateforme, qui ne fut malheureusement pas-assez attrayante pour les clients. Après la prise en compte des critiques du public, nous avons retravaillés sur une nouvelle version plutôt très appréciée, de par sa simplicité et son ergonomie, qui fut publiée en décembre 2018.

  • Quel impact cela peut avoir sur les producteurs et créateurs africains vivant en Afrique ?

L’impact est immense ! Ce que Miesaa fait n’est pas que du FUBU (For Us, By Us) mais du FABU (For All, By Us). C’est-à-dire rendre le produit, de tout producteur et/ou distributeur africain, accessible à partir de n’importe quel coin du monde. Nous avons des exemples, tel que le géant du e-commerce chinois (connu de tous) qui l’a fait pour le produit chinois, et nous savons aujourd’hui combien les producteurs chinois en ont bénéficié.

Ceci permettra aux producteurs de tout simplement augmenter leur clientèle, par conséquent augmenter leur chiffre d’affaire tout en s’améliorant rapidement en stock et qualité.

  • En ce qui concerne la gestion des colis quelle solution d’expédition avez-vous choisi pour assurer le relai des produits dans les plus brefs délais et cela a-t-il nécessité un budget important et des compétences techniques particulières ?

La logistique étant un secteur déterminant pour le succès de Miesaa, nous y travaillons encore (comme mentionné plus haut) pour pouvoir apporter une solution aux vendeurs à ce niveau. Pour le moment nous aidons les vendeurs en leur donnant des informations sur l’utilisation des méthodes existante (DHL, transitaires, UPS, GLS, Hermes, etc…), qui sont efficaces, mais encore coûteuses pour le client.

Naturellement ça nécessitera un budget important (ressources financières et humaines importantes), car il faudra passer par les réglementations européennes, les transports maritimes et terrestres, leur automatisation et la gestion des transactions. Les informations que nous détenons sur ce secteur nous montrent clairement que nous n’avons pas encore les capacités pour résoudre ce problème nous-même.

  • Quelles sont les contraintes et les points de législation à bien regarder et à respecter quand on crée un site de vente en ligne ? (Mentions légales sur site ? Législation par rapport au type de produit ? Conditions de paiement ? Conditions de retour ou d’échange ? …)

Ouuhh… il y a plusieurs législations à connaître et à appliquer. Nous avons essayé de prévenir nos vendeurs (dans nos Conditions générales d’utilisation sur miesaa.com) sur le minimum auquel s’en tenir pour vendre sur la plateforme. Mais en simplifié, il faudrait avoir une entreprise enregistrée (si on fait déjà un chiffre d’affaire considérable sur les ventes), le produit doit respecter des normes européennes (selon la catégorie du produit), choisir des paiements électroniques certifiés comme paypal, klarna, … (que nous avons déjà intégré sur notre plateforme) …du moins, il est difficile en quelques mots de vous faire part de tous ces détails.

Le plus important pour ceux/celles qui veulent s’y lancer (en Allemagne) est d’assister à plusieurs séminaires d’entreprenariat, de faire beaucoup de recherches et lire beaucoup sur le secteur d’activité dans lequel ils/elles prévoient s’engager. L’internet à travers « tante google » nous apporte pas mal de réponse aussi.

A côté des lois sur le fonctionnement d’une entreprise, sa forme juridique, les produits ou services, les modes de paiements et facturations, les droits d’auteurs, et autres lois en vigueur, il est aussi indispensable de savoir comment gérer la partie technique, comment faire son marketing, … ce sont des termes très singuliers, mais des domaines assez complexes ne pouvant être gérés que par des équipes assez compétentes ou des personnes dotés d’une volonté de fer !

Jo Djoumessi: Responsable de Miesaa.com
  • Quelles sont les difficultés que vous avez éventuellement rencontrées, ou les aspects un peu compliqués ou pénibles auxquels vous ne pensiez pas avant de vous lancer ? Avez-vous été conseillé, orienté, aidé ?

L’idée de créer une plateforme au départ semblait assez évidente, mais l’environnement économique (trop de règles, standard et lois) et le manque (au départ) d’expérience dans le domaine nous ont vite ramené à la réalité. Nous pouvons affirmer être assez avertis aujourd’hui. Nous sommes toutefois toujours à la recherche de ressources financières et humaines.

Comme signalé plus haut, nous pensions convaincre facilement les vendeurs, ce qui n’est pas encore le cas, car nous travaillons avec un groupe de personnes qui n’a pas la mentalité du « faire ensemble », qui est très peu connecté, qui fait très souvent du commerce informel (vend sur les réseaux sociaux, dans des groupes d’amis, …) et très peu du formel (entreprise et légalité), et qui vise très peu sur le long terme ! Mais nous travaillons sur des stratégies pour changer cela, car nous devons le faire pour atteindre nos objectifs. Nous nous considérons un peu comme des parents qui se battent pour l’éducation de leurs enfants (juste comme exemple), mais ces enfants n’en perçoivent l’utilité que plus tard. En fin de compte l’enfant qui réussit est par ricochet, une réussite pour les parents.

Tout seul, j’aurais abandonné depuis très longtemps, ou je me serais limité à moins que cet objectif très ambitieux, mais avec toute l’équipe, nous évoluons mieux (comme dit, Miesaa est pour tous les africains assoiffés de réussite communautaire et non individuelle.). Nous sommes constamment entrain de nous former dans les domaines nous concernant (sur internet, en faisant des séminaires, à la chambre internationale du commerce, chez les concurrents existants, nos séances de travail, …). Les feedbacks des utilisateurs et de nos proches sont d’une aide énorme dans notre processus d’amélioration.

Ces aides nous ont permis de redémarrer une nouvelle version de la plateforme et de nous limiter au départ à la publication des produits des vendeurs. Miesaa pourra en faire une base pour la future grande étape, qui est l’ouverture du capital aux potentiels investisseurs.

  • Est-ce votre seule activité et votre seul revenu d’activité ?

Pas encore. Comme mentionné plus haut, je suis encore employé à plein temps dans le secteur automobile et Je travaille sur Miesaa pendant mes heures libres, ce qui ne facilite pas trop l’évolution rapide du projet. D’un autre côté il nous faut une certaine base de décollage rapide et c’est elle que nous construisons en ce moment. Après le capital ouvert, on passera à Miesaa 100%.

  1. Quels conseils pratiques donneriez-vous à celles et ceux qui voudraient se lancer comme indépendant (quel que soit l’activité précise) ?

Je leur demanderais juste de rejoindre le groupe Miesaa.com 😊

Des plus importants aux moins importants, je dirai :

  • La première de nos règles est l’autodiscipline. Pour réussir il faudrait déjà pouvoir se gérer soit même ! Ça commence par des choses banales comme perdre du poids, planifier ses journées, ses activités quotidiennes, etc…
  • Ensuite ne pas rester longtemps dans l’idée (la théorie), passez très vite à la réalisation en gardant la détermination, être « Zielgerichtet » (déterminé) comme disent les Allemands.
  • Ayez une maitrise parfaite de votre égo ! Entreprendre c’est décider de traiter avec les Humains. Ne pas être un « béni oui-oui » (comme on dit au Cameroun), mais ne pas être un « têtu » non-plus, savoir se remettre en question, avoir de l’humilité tout en gardant la tête haute.
  • De mes lectures j’ai appris qu’il n’existe pas de mauvaise idée, mais de mauvaise réalisation. Il faut être à l’affût de l’information, le cerveau doit être constamment entrain de réfléchir, chercher des solutions, des améliorations ; ne pas cesser de demander, d’apprendre et de surtout accepter la critique.
  • Ne jamais penser y arriver tout seul ! Vous n’y arriverez tout simplement pas (à moins que vos rêves ne soient pas assez grands 😉). Elargir ses contacts, ses partenariats (naturellement de façon minutieuse… dans tous les cas, ceux/celles avec qui vous n’irez pas loin se font remarquer, la plupart du temps, très vite.)
  • Il est impératif de ne pas se limiter à une seule idée (en s’informant de manière intense on apprend ceci très tôt).
  • Ne pas se limiter à une idée ne veut pas pour autant dire poursuivre plusieurs lièvres à la fois. C’est savoir juger quand est ce qu’il faut faire quoi pour ne pas tout perdre à la fois.
  • Savoir déléguer (naturellement à des experts sérieux) ce qui vous consomme le plus (en temps et énergie), si vous le pouvez.
  • Commencez tout petit, mais faites vite pour évoluer rapidement, car la concurrence ne vous lâchera pas.
  • Soignez votre image sur tous les plans, votre façon de parler, de vous vêtir, de penser et même votre parfum représentent ce que vous êtes. Naturellement en sachant que tout excès nuit.

En plus d’avoir sa porte ouverte aux amoureux et amoureuses de l’Afrique pour faire partie de notre aventure, Miesaa propose son aide, dans la limite du possible, à tous.

Contacts: Service clientèle : contact@miesaa.com WhatsApp & Tel. : +49(0)17670883167 Facebook: Miessa.com