Ces femmes qui marquent l’aviation africaine depuis les années 1930

L’aviation un secteur en plein expansion trouve sa place dans l’autonomisation de la femme africaine depuis les années 30. Si aujourd’hui elles sont de plus en plus nombreuses à être aux commandes, quelques années auparavant, elles se comptaient au bout des doigts. En voici quelques pionnières: de la première femme pilote à la première hôtesse passant par la première propriétaire d’une compagnie aérienne.

Les premières femmes pilotes

1934: Muluemebet Emiru

La première femme pilote de l’Afrique a été muluemebet emiru de l’Éthiopie. Muluemebet a commencé à s’entraîner en 1934 ou 1926 (calendrier éthiopien) – compléter le cours en 1936. Sa carrière de pilote a été courte par l’invasion italienne de mai 1936.

Elle a également été la première femme conductrice licenciée en Éthiopie en 1934.

” J’ai été submergé. C’était un énorme frisson bien que je n’ai pas réalisé à l’époque… que j’étais la première femme pilote de l’Afrique. Mais avec la guerre, j’ai arrêté de voler. En effet, je me suis marié.”, le 1980 selamta, le magazine en vol d’Éthiopien Airlines cite muluemebet comme dit.

” je m’envole plusieurs fois par semaine – toujours au-dessus d’Addis. C’était une expérience hors du commun et mes amis m’ont tous envié.”

Muluemebet S’est formé aux côtés de six autres étudiants éthiopiens qui se sont entraînés sur un modèle français et un avion de tigre anglais. On pense que c’est ces étudiants qui ont mené à la naissance des compagnies aériennes éthiopiennes actuelles.

1936 – 1969: Asegedech Assefa

Il y a cinquante-quatre ans, Weizero (MS) Asegedech Assefa, issue d’une famille privilégiée d’Éthiopie, est devenue la première femme pilote; en brisant les barrières dans un domaine totalement masculin.

Lorsqu’on lui a demandé ce qui l’avait motivée à devenir pilote, elle a déclaré qu’un jour, elle avait eu une conversation avec un groupe d’hommes comme elle le faisait souvent, quand quelqu’un a parlé au groupe de la nouvelle école de pilotage au sein de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines. toute personne qui a payé les frais requis.

À la surprise de tous les hommes, elle a immédiatement déclaré: «Je veux suivre le cours.» Elle se souvient qu’ils ne l’avaient pas prise au sérieux, car elle était une femme. Seule femme parmi un groupe d’hommes, elle a terminé les cours assignés et réussi l’examen. Tout d’abord, elle a pratiqué le vol; sous la supervision des instructeurs de vol. Puis elle a volé en solo. Elle décrit ses deux instructrices comme étant très favorables et se rappelle l’avoir encouragée de toutes les manières possibles. Aucun de ses instructeurs n’était culturellement éthiopien. L’un d’entre eux était un afro-américain qui ressentait un lien étroit avec l’Éthiopie. L’autre était d’Europe de l’Est. Elle a parlé de cet instructeur avec une grande admiration, louant ses compétences en enseignement et décrivant qu’elle avait beaucoup appris de lui. Plus elle pratiquait, plus elle aimait voler. Elle particulièrement;

Asegedech a décrit un événement mémorable qui s’est produit alors qu’elle pratiquait encore. Effrayée par la turbulence, elle a appelé son instructeur de vol pour obtenir de l’aide et a découvert qu’il dormait. Elle se souvient avoir été assez surprise, mais heureusement, elle a réussi à gérer la situation.

Lorsqu’on lui a demandé comment elle avait réussi à suivre des cours de pilotage dans un pays où les femmes étaient souvent confinées à des rôles traditionnels tels que la cuisine et l’éducation des enfants, elle a ajouté qu’elle était toujours différente des autres. Contrairement aux autres femmes, elle n’a jamais eu à faire de travaux ménagers. Elle a toujours été intéressée par toutes sortes d’activités de plein air et de sports, tels que la natation, a remporté un prix dans une compétition de natation, le tir à la cible, l’équitation et les voyages. Elle aimait aussi collecter des armes qui lui étaient offertes par ses proches.

Elle a expliqué que sa photo et son histoire étaient partout dans le journal. En fait, quelqu’un en a parlé à l’empereur Hailé Sélasse. L’empereur lui a ensuite demandé de le rencontrer au palais impérial. Elle a reçu beaucoup d’éloges de l’empereur pour son accomplissement. Il lui a demandé qui était son père. L’empereur a immédiatement reconnu son père et l’a complimentée en lui disant qu’elle était aussi courageuse que son père. Il a également ordonné que ses frais de scolarité soient intégralement payés afin qu’elle puisse poursuivre sa carrière de pilote. Elle a dit qu’elle était ravie d’être sur le point d’apprendre à piloter de gros avions internationaux alors qu’avant, tous ses vols avaient été domestiques.

Quand on lui a demandé si elle réalisait qu’elle brisait les barrières en devenant non seulement la première femme pilote éthiopienne (mais aussi la première femme pilote africaine, elle a dit qu’à son époque, elle n’était pas intéressée par le fait qu’elle fût la première femme pilote. Elle a dit qu’elle faisait tout simplement ce qu’elle aimait le mieux faire.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle avait cessé de voler, elle a répondu qu’elle n’avait pas voulu s’arrêter. Malheureusement, les hommes du club de pilotage ont commencé à se battre. En conséquence, le club a fermé ses portes et l’argent nécessaire à son vol a été perdu. «Ensuite, certains d’entre nous ont voulu acheter un avion privé et continuer à voler», a-t-elle déclaré. Elle a déclaré que son cousin, Daniel, avait acheté un avion et qu’elle était en train d’en acquérir un auprès de marchands italiens du pays qui vendaient de petits avions. Son cousin Daniel est décédé dans un accident d’avion après avoir pris son envol malgré un avertissement de mauvais temps. Elle se souvient que c’était un coup dur pour elle et un énorme revers dans sa poursuite.

Asegedech vit aux États-Unis depuis 1969. On lui a demandé pourquoi elle ne poursuivait pas sa passion du vol ici. Elle a dit que c’était trop difficile à financer et qu’il était difficile de trouver une école de pilotage. Elle a également déclaré qu’elle n’avait pas prévu de vivre aux États-Unis depuis si longtemps. Elle a également admis que voler était son passe-temps et qu’elle ne l’avait jamais considérée comme une carrière.

On lui a demandé ce qu’elle disait à ses amis d’être la première femme pilote. Tout d’abord, je n’aime pas parler de moi. En fait, je m’énerve parfois lorsque certains de mes amis commencent à parler du passé et à dire aux autres qui j’étais. «Certains de mes amis américains ne me croient pas quand je leur dis.

J’ai piloté des avions dont j’étais pilote jusqu’à ce qu’ils voient certaines de mes photographies pour le prouver

Son conseil pour les jeunes filles aujourd’hui est le suivant: «vous devez avoir confiance en vous et avoir confiance en vos capacités». Elle dit qu’elle n’a pas activement recruté d’autres filles pour faire carrière dans l’aviation. Elle a rappelé qu’elle n’avait parlé qu’à deux filles et que l’une d’entre elles avait commencé à prendre des cours de pilotage. Malheureusement, quand elle a vu un accident de vol, elle s’est immédiatement retirée de ses cours. Lorsqu’on lui a demandé de vivre à l’étranger, elle a répondu qu’elle était très contente, qu’elle avait ce dont elle avait besoin et que c’était ce qui comptait pour elle.

Lorsqu’on lui a demandé de vivre à l’étranger, elle a répondu qu’elle était très contente, qu’elle avait ce dont elle avait besoin et que c’était ce qui comptait pour elle.

1980: Chinyere Kalu

Chinyere Kalu (née Chinyere Onyenucheya en 19701) est la première Nigériane pilote dans l’aviation commerciale. Elle enseigne en tant qu’instructrice principale et rectrice du Collège nigérian de technologie aéronautique d’octobre 2011 à février 2014

Originaire de Ukwa Est dans l’État d’Abia, dans l’est du Nigeria, Chinyere s’engage dans la carrière aéronautique sous l’inspiration d’une tante aventurière, voyageuse au long coursN. Après une scolarité à l’école primaire anglicane de Yaba, dans l’État de Lagos, elle s’inscrit à un cours de pilotage en 1978 au Collège nigérian de technologie aéronautique de Zaria5, puis suit plusieurs formations à l’aviation au Royaume-Uni et aux États-unis.

Elle obtient sa licence de pilote commerciale 20 mai 19816, devenant ainsi la première femme pilote du pays.

Le 6 octobre 2016 l’appareil qu’elle pilote s’écrase, sans faire de victimes.

En octobre 2011, le président Goodluck Jonathan la nomme rectrice et instructrice principale du Collège nigérian de technologie aéronautique, poste qu’elle occupe jusqu’à son remplacement par le capitaine Samuel Caulcrick en février 2014.

Chinyere est mariée à Okoli Kali et a deux filles et un fils.

Chinyere est décorée en 2006 de l’Ordre de la République Fédérale du Nigeria. Elle est mentionnée dans le Nigerian Women Achievers Hall of Fame

Elle reçoit en outre plusieurs prix pour sa carrière : l’African International Achievers Merit Award et le Rare Gems Professional Achievements Award en 2007. En 2012 le Ghana la classe parmi les 50 femmes les plus exemplaires du Nigeria.

Melody Millicent Danquah, première femme pilote au Ghana

En 1963, Le président ghanéen avait demandé aux femmes de demander à être formées en tant que pilotes dans le cadre des efforts visant à constituer une force armée efficace et à améliorer le secteur de l’aviation.

Danquah a terminé première dans sa classe et comme Flt. Cadet Danquah, elle a volé en solo pour la première fois le 22 juin 1964 dans un avion DHC-1 Chipmunk de De Havilland Canada. Elle est ainsi la première femme ghanéenne et africaine à avoir piloté un avion à elle seule.

En octobre 1964, elle est devenue le seul élève-pilote autorisé à effectuer une dizaine de minutes de vol en solo lors d’une journée de l’armée de l’air organisée à Takoradi, où elle s’est terminée par un atterrissage impeccable à l’admiration de beaucoup, dont le Dr Nkrumah. Lire la suite ici

1995: Irène Koki Mutungi; Commandante du B787,et la première femme Africaine à tenir ce rôle dans le monde

La commandant de bordIrene Koki Mutungi, aussi appelée Koki Mutungi, est une pilote professionnelle au Kenya. Elle fut la première femme sur le continent africain à piloter un Boeing 787Dreamliner. Elle travaille pour Kenya Airways, la compagnie nationale du Kenya

Elle naît en 1976 de parents kényans. Son père était pilote de ligne à Kenya Airways3. Il a depuis pris sa retraite et est consultant pour l’aviation. Koki fréquente l’école Moi Girls School Nairobi. Après ses études secondaires, en 1992, à l’âge de 17 ans, elle s’inscrit à l’école de pilotage de Nairobi à l’aéroport Wilson, où elle obtient sa licence de pilote privé. Elle poursuit sa formation de pilote à Oklahoma City aux États-Unis, où elle obtient la licence de pilote professionnel avion, délivrée par la Federal Aviation administration.

Elle retourne au Kenya en 1995, et est embauchée par Kenya Airways, où elle reste la seule femme pilote pendant six ans. En 2004, elle est devenue la première femme Africaine certifiée pour piloter un avion commercial, lorsqu’elle a été certifiée pour être commandant de bord d’un Boeing 7374. Elle a plus tard été certifiée pour piloter le Boeing 767.

Elle a ensuite suivi le stage d’adaptation qui lui a permis de faire la transition vers commandant d’un Boeing 787 Dreamliner. Kenya Airways l’a depuis promue Commandante du B787, faisant d’elle la première femme Africaine à tenir ce rôle dans le monde. Son employeur a fait cette annonce le 15 avril 2014

Léopoldine Douala Bell Smith : Première hôtesse de l’air noire au monde

Léopoldine Douala-Bell Smith est née au Cameroun, et était une princesse de la famille royale Douala au Cameroun, petite-fille du roi Rudolf Duala Manga Bell, pendu en 1914 pour ses convictions politiques Elle a pris son premier vol comme un agent de bord (avec l’Union aéromaritime de transport) en 1957. En 1960, elle a été invitée à passer à Air Afrique ; elle était alors la seule personne africaine qualifiée dans l’aviation française, et est ainsi devenu le premier employé embauché par Air Afrique. Elle est devenue peu après premier chef de cabine d’Air Afrique. Elle a volé pendant douze ans. Lire la suite ICI

Sibongile Sambo : Refusée comme hôtesse de l’air, elle crée une compagnie aérienne 100% féminine

Quand on vous ferme toutes les portes, il vous reste toujours une solution : passer par la fenêtre ! C’est un peu comme cela que Sibongile Sambo a réussi à franchir tous les échelons et à devenir la première femme africaine à diriger une compagnie aérienne ! Voici son histoire.

Tout commence au début des années 2000 pour Sibongile. Après des études réussies pour devenir hôtesse de l’air, elle passe ses premiers entretiens pour commencer sa grande aventure. Malheureusement, son admission est refusée par la South African Airways, contre toute attente.
Pourtant, Sibongile remplit tous les critères d’admission hormis un seul : elle est un tout petit peu trop petite. Extrêmement déçue mais pas abattue, Sibongile prend une décision radicale. Elle va fonder sa propre compagnie aérienne et décide que le personnel sera à 100% féminin ! Lire la suite ICI