Oshi Agabi révèle qu’un ordinateur peut détecter les explosifs

A l’heure où Google et autres grandes compagnies technologiques sont sur le qui-vive pour créer une intelligence artificielle inspirée du cerveau humain, le neurogrammeur nigérian Oshiorenoya Agabi dont rien ne semble l’arrêter à dévoiler en 2017 une puce informatique qui, selon lui, peut être utilisé pour détecter l’odeur des explosifs et même des cellules cancéreuses..

Oshi Agabi

Né au Nigéria, Agabi s’était d’abord intéressé à l’apprentissage automatique tout en fabriquant un bras robotique de sélection pour classer des objets pour la société suisse de robotique, Neuronics. Après huit ans, il quitte l’entreprise pour poursuivre sa maîtrise en physique théorique, concentrant sa thèse sur le défi de l’interfaçage des neurones avec un robot. Il a passé les quatre années suivantes à travailler pour construire un bras robotisé qui pourrait être attaché à un amputé.


« C’est un système sensoriel, c’est essentiellement ce que nous recréons dans notre puce », explique Agabi.

L’invention pourrait être implanté dans le cerveau de futurs robots, les entraînant à reconnaître le danger via des odeurs, ce qui est certainement la prochaine étape dans la sécurité des aéroports.

“Le cerveau est le processeur le plus puissant que le monde ait jamais vu”, a déclaré  Agabi à TEDGlobal à Arusha au  sujet de son initiative. Le dispositif Koniku Kore est une «première mondiale» révolutionnaire capable de respirer et de sentir l’air, ce qui signifie qu’il pourrait détecter les produits chimiques volatiles et les explosifs ou même des maladies telles que le cancer.

«Nous pensons que la biologie est la technologie la plus avancée sur la plate-forme de la planète. Au lieu de copier le neurone, pourquoi ne pas le prendre et le mettre dans une puce? “, A déclaré Agabi.

«Nous partons du principe que le cerveau humain est l’ordinateur le plus puissant jamais conçu. Nous montrons que la capture de cette puissance de calcul est un problème d’ingénierie. Koniku s’attaque à ce problème avec des solutions claires. ”

Koniku, la startup du futur


Le Nigérian a lancé sa start-up Koniku aujourd’hui basé à San-Francisco il y a déjà trois ans. Dès la première année, elle a levé 1 million de dollars de financement. Sa startup réalise déjà des profits de 10 millions de dollars dans des transactions avec l’industrie de la sécurité.

En 2016, Agabi avait présenté un relais à l’accélérateur de biotechnologies, IndieBio, que le concepteur a présenté comme « la première et la seule » au monde.

« Koniku a finalement pour objectif de construire un appareil capable de penser au sens biologique, comme un être humain. Nous pensons pouvoir le faire d’ici deux à cinq ans », a-t-il déclaré plus tôt cette année.