Melody Millicent Danquah, première femme pilote en Afrique


Née de parents ghanéens – Ibinijah Rexford Addo-Danquah, greffier et arbitre à Larteh et Selina Gyamfi – le 6 janvier 1937 à Larteh Akuapem. Affectueusement appelé M3, Danquah était le sixième d’une fratrie sur dix. Melody Millicent Danquah s’est enrôlée dans l’armée de l’air après avoir lu une annonce dans un journal sous le mandat du premier président de la République du Ghana, le Dr Kwame Nkrumah.

En 1963, Le président ghanéen  avait demandé aux femmes de demander à être formées en tant que pilotes dans le cadre des efforts visant à constituer une force armée efficace et à améliorer le secteur de l’aviation.

Danquah a terminé première dans sa classe et comme Flt. Cadet Danquah, elle a volé en solo pour la première fois le 22 juin 1964 dans un avion DHC-1 Chipmunk de De Havilland Canada. Elle est ainsi la première femme ghanéenne et africaine à avoir piloté un avion à elle seule.

En octobre 1964, elle est devenue le seul élève-pilote autorisé à effectuer une dizaine de minutes de vol en solo lors d’une journée de l’armée de l’air organisée à Takoradi, où elle s’est terminée par un atterrissage impeccable à l’admiration de beaucoup, dont le Dr Nkrumah.

En raison de problèmes de santé, Danquah a été licencié de la Force en 1984 et a reçu un prix d’ancienneté de service et la médaille de l’efficacité.

En 2006, l’ancien président John Kufuor lui a décerné le Compagnon de l’Ordre de la Volta en reconnaissance de son esprit novateur et de son courage.

À sa sortie de l’armée, Danquah a travaillé brièvement pour le Secrétariat du Programme alimentaire mondial et des Services nationaux.

À l’âge de 60 ans, elle entre à l’école biblique où elle obtient son diplôme en études bibliques et en théologie et prêche dans les milieux militaires en tant que prédicateur laïque.

Elle est ensuite devenue membre du conseil d’administration de l’Institut de gestion et d’administration publique du Ghana (GIMPA) avec le professeur Stephen Adei en tant que recteur.

Elle est décédée le 18 mars 2016 à l’âge de 79 ans. Elle laisse dans le deuil sa fille, la professeure Angela Lamensdorf Ofori-Atta, psychologue clinicienne à la faculté de médecine et de dentisterie de l’Université du Ghana et trois petits-enfants.