Buck Breaking, c’est quand les esclaves masculins assouvissaient les désirs sexuels des maîtres

Les hommes noirs ont été régulièrement violés par les propriétaires d’esclaves gais. Le processus était connu sous l’expression Buck breaking sex farms

“L’homosexualité” et l’esclavage : l’histoire de l’homosexualité noire en Amérique
Cette pratique était surtout destinée aux esclaves rebelles Après domestiqués au fouet, le propriétaire d’esclave avec l’aide d’un surveillant et parfois aussi de quelques esclaves, la victime était ligotée nu à une souche d’arbre totalement à la merci de ce maitre qui se livrerait à sodomiser devant sa femme, Famille, amis et enfants. Cette pratique avait plus de poids quand l’enfant masculin assistait à l’humiliation de son père. Il fallait qu’il soit témoin de la mort et de l’humiliation sexuelle de son père.
Le Buck Breaking était l’outil très efficace permettant d’anticiper et empêcher les jeunes esclaves de se défier et de se venger. Il a également effrayé les femmes, à tel point qu’elles se refusaient de donner leur consentement à un soulèvement. Buck Breaking a eu tellement de succès qu’il a été transformé en une «Sex Farm» où le maître des esclaves pouvait passer de la plantation à la plantation alimentant ses besoins sadiques et homosexuels.


L’autre but du Buck breaking était de contrôler la fertilité des femmes asservies les obligeant à des rapports sexuels juste dans le but de faire de futurs esclaves. Peu importait si ses esclaves étaient le leur, ils avaient du sang noir dans les veines et c’était suffisant.
Il était aussi fréquent que, l’esclave soit subordonné sexuellement aux hommes maîtres et même avec certains esclaves ou encore ils étaient contraints d’avoir des orgies devant leur maitre C’était une partie de la fonction de l’homme asservi : « outil animé », un instrument de plaisir. les hommes blancs dès fois participaient souvent à la débauche.

 

Lorsque les adolescents plus ou moins âgés de 15 ans – et plus jeunes dans certains cas – n’étaient pas castrés et envoyés sur le marché ou utilisés dans la ferme, chaque garçon asservi devrait avoir 12 femmes enceintes par an. Les hommes ont été utilisés pour l’élevage pendant cinq ans. Il est arrivé qu’un esclave dans cette situation ait plus de 200 descendants, selon les recits des esclaves.

 

Pour lutter contre le taux élevé de décès chez les esclaves, les propriétaires de plantations ont exigé que les femmes commencent à avoir des enfants à 13 ans. À l’âge de 20 ans, les femmes asservies devraient avoir quatre ou cinq enfants. À titre d’incitation, les propriétaires de plantations ont promis la liberté pour les femmes asservies une fois qu’elle avait 15 enfants, selon John Simkin.

Si la femme esclave était considérée comme « jolie», elle était achetée par le propriétaire de la plantation et recevrait un traitement spécial dans la maison, mais souvent soumise à une cruauté horrible par la femme du maître, y compris la décapitation d’un enfant parce qu’il était le produit d’un esclave L’affaire du maître.