Le Rwandais Diego Twahirwa signe un accord de deux millions de dollars pour exporter du piment rouge en Chine

Si le Rwanda est connu pour son thé et son café dans le monde, aujourd’hui s’ajoute à la liste le piment grace au jeune agro entrepreneur Diego Dieudonné Twahirwa (30 ans) qui plus est, l’un des plus jeunes entrepreneurs d’Afrique.  Il y’a quelques jours,Diego Twahirwa a signé un accord d’une valeur de deux millions de dollars avec le chinois Kai Jiang Xian zi Wei Food qui lui permettra d’exporter du piment vers Chine à partir de ce mois de novembre jusqu’en mai 2019 rapporte The New Times . 

Cette opportunité a été possible lors de la première Exposition internationale d’importation de la Chine “La CIIE qui s’est déroulé du 5 au 11 novembre 2018 à Shanghai sous la supervision du président chinois Xi JinPing . Cette initiative clé a pour but de consolider la consommation domestique en Chine, mais aussi de profiter à l’économie mondiale. Il a accueilli environ 3 000 entreprises de 130 pays. Twahirwa est le seul Rwandais à avoir eu l’occasion d’y participer.

D’ingénieur agronome à l’agro-entrepreneur Gashora Farm Ltd

Diego Twahirwa, finaliste du concours de promotion de jeunes entrepreneurs sociaux au World Export Development Forum 2018 a lancé son entreprise de produits agroalimentaires la Gashora Farm Ltd en 2015  après avoir quitté son poste d’ingénieur agronome dans une entreprise spécialisée dans le pyrèthre au Rwanda. 

Des produits tels le piment frais, le piment hybride et le piment œil sec africain, destinés aux marchés locaux, la Gashora Farm Ltd a très vite compris que le véritable enjeu se situait dans l’exportation des produits agroalimentaires africains vers le reste du monde. Depuis lors, notre jeune entrepreneur rwandais s’est donné pour vocation l’exportation dédiée à la production et à la transformation du piment avec des marchés clés en Inde, au Kenya, en Hongrie,  Belgique, en France, en Inde, aux Pays-Bas, en Suisse, au Royaume-Uni et aux États-Unis avec plus de deux douzaines de tonnes de chili frais chaque année.

Ainsi donc, La ferme Gashora qui sous-traite avec plus de 1 000 agriculteurs locaux, s’attaque au problème des pertes post-récolte en produisant de l’huile de piment (Didi’s Chilli Oil) et étudie la possibilité d’élargir sa gamme de produits à valeur ajoutée avec de la pâte de piment et de la poudre de piment. 

“Il existe un marché insatiable pour toutes les variétés de piments rouges, et leur période de récolte est plus courte et leurs prix plus stables qu’avec le thé et le café” déclare Twahirwa.

La demande de piments forts de la ferme de Gashora a augmenté si rapidement que Twahirwa a dû passer de six hectares à 160 hectares, selon la Banque mondiale.   Depuis  2017, il a récolté dix tonnes de piment sec à chaque saison. Une production grandissant qui trouve son nouveau marché vers la Chine. Et d’après Twahirwa, les Chinois sont très désireux et intéressés d’acheter des produits africains.

«Ce que j’ai remarqué, c’est que les Chinois étaient très intéressés et désireux d’acheter et distribuer des produits fabriqués en Afrique. Ils considèrent mon produit comme une innovation. Car ils ne sont pas habitués au chili glacé, ils sont prêts à en acheter en grande quantité; Ils ont de l’argent et font confiance aux produits africains », a-t-il déclaré à Taarifa, en provenance de Chine.

L’accord conclu avec Twahirwa signifie qu’il n’a pas à s’inquiéter de la volatilité des prix pendant un certain temps et qu’il pourrait non seulement stabiliser son entreprise, mais également améliorer son packaging afin de rendre les produits plus compétitifs sur le marché .

.

En savoir plus 

Site Web

Facebook

Twitter