Quatre armées africaines pré-coloniales qui ont résisté pendant des siècles 

Avant l’établissement moderne de la riche culture des tribus sur tout le continent, des empires africains précoloniaux tels que le royaume Kush, le royaume d’Aksoum et l’empire du Mali contrôlaient leurs propres terres et disposaient de vastes ressources qui protégeaient et soutenaient tous les habitants.

Leur succès reposait sur des armées qui protégeaient leurs territoires et en conquéraient d’autres dans le but d’étendre leurs royaumes prospères.

Le colonialisme a radicalement changé la dynamique africaine en dissolvant les familles, les monuments, les ressources ainsi que les royaumes en utilisant la religion, les armes à feu et l’esclavage comme outil. La période a également vu le déclin de ces armées, dont certaines étaient connues pour leur force brutale, leurs stratégies impressionnantes et leur pouvoir d’influence.

Voici quatre armées africaines pré-coloniales qui n’ont pas pu être démembrées pendant des siècles :

Armée de Kush

Le royaume de Koush se situait en Nubie, au Soudan et dans le sud de l’Égypte moderne. Il a existé à partir de  785  après la chute du nouveau royaume d’Égypte, jusqu’à 350 après JC.

La forteresse Gala Abu Ahmed dans le Wadi Howar, au Soudan… Université de Cologne

Selon  Derek A. Welsby , l’armée de Kush était une «puissance majeure» depuis le VIIIe siècle av. L’armée a construit d’épais murs de défense qui entouraient des endroits comme Kawa et Dangeil. L’armée possédait également des forteresses comme celles de Gala Abu Ahmed et de Djebel Sahaba.

Les ruines de Kush… Études sociales pour enfants

Une des entités les plus puissantes était les «Candaces» ou Kandake – une collection de huit reines mères  du royaume méroïtique de Kush, qui commandait une puissante armée de 33 000 membres.

La reine  Amanishakheto était une force instrumentale dans les batailles avec l’armée romaine.

Le royaume de Kush était centré à Napata puis à Meroë au cours de la phase classique de l’antiquité. La durée de l’empire était le long du fleuve du Nil, le Nil Blanc et le Nil Bleu. Ils ont également régné sur le sud de l’Égypte. Quand Piye contrôlait les Koush, ils ont pris le contrôle de l’ensemble de l’Égypte jusqu’aux rives de la Méditerranée pendant un siècle. Lorsque les Assyriens ont attaqué l’Egypte, les Koush ont perdu leur règne sur l’Egypte, mais gardaient toujours le contrôle du Nil moyen pendant 1 000 ans.

L’ armée de Kush se composait de lanciers meshwesh, de lourds chars, de cavalerie, d’hommes d’arc et de tirailleurs. Le personnel de l’armée de Kush était connu sous le nom d’ archers experts . Les arcs utilisés au combat ont été enregistrés comme ayant une longueur de six pieds. Les flèches ont été empoisonnées à la pointe pour un effet létal supplémentaire.

Même les Égyptiens appelaient la terre où les Koush habitaient  Ta-Sety,  ce qui signifie «la terre de l’arc».

L’armée Kush a utilisé des éléphants en guerre. On dit qu’ils ont entraîné des éléphants et des chevaux. Le premier pour la guerre et le second pour le commerce. On pense qu’ils auraient pu être les premiers à utiliser les éléphants en temps de guerre.

L’armée a également utilisé des bâtons, des épées, des piques et des haches comme armes de combat.

On dit que les pharaons de Kush ont combattu aux côtés de leurs hommes de l’armée.

L’armée de Koush a mené des guerres contre l’armée égyptienne, l’empire néo-assyrien, le royaume d’Aksoum et l’empire romain au 1er siècle avant notre ère.

Le royaume de Kush s’est finalement désintégré en raison de conflits internes. Le royaume d’Aksoum en profita pour prendre le Kush au IVe siècle de notre ère.

Armée de carthage

Illustration de la troisième guerre punique, vers 146 avant notre ère… par Peter V. Bianchi, National Geographic

Carthage était une entité nord-africaine reconnue comme le plus grand État de la Méditerranée ancienne ayant prospéré pendant 500 ans, comme en témoigne l’ histoire .

L’armée de Carthage était considérée comme l’une des plus grandes unités militaires du monde antique. L’armée a reçu de nombreuses éloges sous la direction de Hamilcar Barca et de son fils, Hannibal.

La composante marine de l’armée était le point fort des Carthage. Néanmoins, l’armée étendit le pouvoir carthaginois aux peuples autochtones d’Afrique du Nord dans la péninsule ibérique méridionale à partir du 6ème siècle avant JC et du 3ème siècle avant JC.

L’armée a également pu s’étendre en Sardaigne et dans les îles Baléares, ce qui a permis à l’armée de se transformer en une force multinationale composée d’unités de mercenaires étrangères utilisant des citoyens pour servir dans la marine.

Armée carthaginoise… royaume de l’histoire

Au 4ème siècle, l’armée comptait 24 000 membres d’infanterie, 4 000 cavaliers et 300 éléphants. En outre, des auxiliaires et des mercenaires supplémentaires ont été employés par le biais de traités avec d’autres États et tribus et de contrats monétaires. Un historien grec, Appian, a documenté que 40 000 fantassins, 1 000 cavaliers et 2 000 chars lourds avaient été recrutés pour la bataille d’Agathocles de Syracuse.

L’armée carthaginoise comprenait des armes combinées, de l’infanterie légère et lourde, des engins de siège, des tirailleurs, des cavaliers légers et lourds ainsi que des éléphants de guerre et des chars.

Après avoir combattu les Grecs contre la Sicile, l’armée adopta la formation Phalanx utilisée par les soldats grecs hoplites.

Bande sacrée des hoplites carthaginois à la fin du IVe siècle… Aldo Ferruggia

La bande sacrée était une force d’élite de l’armée carthaginoise composée des fils d’éminents habitants carthaginois.

Les campagnes militaires auxquelles l’armée carthaginoise participait étaient les guerres gréco-puniques, les trois guerres siciliennes, la guerre à la Pyrrhus, les trois guerres puniques, la guerre mercenaire et la conquête ibérique.

En 146 av. J.-C., Carthage est défait par Rome. Il a cependant consolidé sa place en tant que force avec laquelle il faut compter.

 

 

 

 

 

 

 

L’armée Meme, Wagadou et Mali

Armée malienne… peashooter85.com

La bataille de Kirina englobait les mèmes, le Wagadou, le Mali et d’autres États rebelles dans une guerre entre le royaume du Mali et le royaume de Kaniaga vers 1235.

La culture et l’organisation militaires de l’empire du Mali ont acquis une puissance et une sophistication jusqu’à atteindre leur apogée entre 1250 et 1450.

Le royaume possédait une armée semi-professionnelle à temps plein pour garder ses frontières. Il y avait aussi deux armées divisées par les commandements du Nord et du Sud, baptisées le ton-ta-jon-ta-ni-woro, autrement connu comme les seize transporteurs d’esclaves de carquois.

Chaque tribu de l’empire devait fournir un quota d’horon pour se battre pour le compte de Mansa ou de l’empereur.

Carte sur l’empire du Mali à son apogée… WikiCommons

Le ton-tigi ou quivermaster faisait partie d’une force d’élite composée de commandants appelés farari ou braves; ces hommes avaient également une infanterie sous leur supervision appelée kèlè-koun ou dùùkùnàsi. Les  cavaliers Mandekalu ont combattu aux côtés du ton-tigi et se sont battus avec des lances, des sabres et de longues épées. Ils ont utilisé des cottes de mailles et des casques de fer importés pour se protéger. 

L’infanterie Mandelaku a utilisé des lances poignardées, des boucliers de roseau, des flèches empoisonnées et des tamblins ou des javelins en contact étroit.

Le Farari était un noyau d’élite de l’armée. Les deux tiers étaient le farima ou «l’homme courageux» et le farimba ou le grand homme courageux.

L’armée du Mali était documentée comme comprenant 100 000 hommes; avec 10.000 d’entre eux appartenant à l’infanterie.

Mansa Sakura et Mansa Mahmud IV ont été les seuls mansas à mener leur armée au combat.

La formation de l’ armée est enracinée dans la culture mandingue. Le royaume a commencé comme un royaume minute en mandingue autour du fleuve Niger et s’est étendu à Niani après la chute de l’empire du Ghana. Les historiens disent également que l’expansion rapide de l’empire a été soutenue par la forte culture de forgeron et de métallurgie de Manden.

La maîtrise du fer par les Mandinkas a ouvert la voie à l’expansion de l’empire du Mali dans la Guinée, la Mauritanie, le Sénégal d’aujourd’hui. En 1300, l’empire du Mali s’étendait déjà de l’Atlantique à la frontière de l’empire kanem, désormais appelé le Tchad et le Nigéria. L’influence de l’empire était si forte que les éléments de ses prouesses étaient évidents dans les empires Songhay et Jolof.

Des cavaliers maliens avec leurs chevaux en armure… Vikingsword

Avant de perdre le pouvoir au profit de l’empire Bambara en 1670, le Royaume avait acquis sa richesse grâce à l’or, à l’eau, au commerce et à de lourdes taxes sur les articles transitant par Tombouctou.

L’empire du Mali a combattu les Difunu pendant la  révolte des Diawara au 15ème siècle, les Touareg en 1433, les Portugais au 15ème siècle, l’empire Songhaï au 15ème siècle, la guerre de Tangela de 1480 à 1512, la bataille de Bambuk après 1510 et la bataille de Jenné en 1599.  

 

 

 

Armée Ashanti

Yaa Asantewaa… Adonis Diaries

L’Empire Ashanti ou Asante a prospéré dans le Ghana moderne de 1670 à 1957. Le mot Asante se traduit par «à cause de la guerre».

Le roi Ashanti Osei Tutu, accompagné de son conseiller, Okomfo Anokye, a créé l’empire en utilisant le tabouret d’or comme signe de l’unification.

En 1670, le roi Osei et Anokye combattirent contre le Denkyira lors de la bataille de Feyiase. Le roi consolida les États indépendants au Ghana pour former l’empire.

L’armée Ashanti était habile à vaincre les forces adverses environnantes et à utiliser des prisonniers de guerre comme esclaves pour alimenter le commerce des esclaves de la Gold Coast.

Guerrier Akan / Denkyira vers le 15ème ou 16ème siècle… Historum

L’armée a acquis des armes des forces néerlandaises imitant les styles de formation et de combat appris par les Européens. Auparavant, ils utilisaient des lances, des flèches et des épées également appelées Akrafena.

L’armée était une combinaison d’une force d’infanterie séparée en cinq parties: le corps principal, une avant-garde et l’arrière-garde et des forces de flanc gauche et gauche. Cela comprenait les troupes du Nord recrutées.

Soldat du Royaume Ashanti, v. 1824… Joseph Dulpuis, Journal d’une résidence à Ashantee

L’un des traits distinctifs de l’armée était qu’il comprenait des unités médicales.

À côté de Yaa Asantewaa, un autre membre de l’armée, Adu Bofo, a apporté du prestige à l’armée Ashanti.

Asante warriors… Face2Face Africa

Bofo , le général de l’armée, a été surnommé l’un des plus grands généraux de l’armée jamais connus dans la grande histoire ashantienne du Ghana.

Après que son père eut manipulé Osei Bonsu, le roi à la barre en 1811, Bofo et ses frères et sœurs eurent l’occasion d’être éligible au bureau du tabouret Gyasewa. Par la suite, Adu Bofo est devenu le cinquième successeur du tabouret Gyasewa.

Ainsi, Bofo a joué un rôle déterminant dans l’extension du pouvoir des Ashanti, une lutte calculée contre les Britanniques qui faisaient également de même. Il s’est imposé comme un féroce combattant lors de la campagne de guerre de Krepi dans la région de la Volta au Ghana.

Les Ashantis ont également combattu contre l’Anum et exercé le pouvoir au cours de la bataille d’Abutia.

Au cours de son mandat, Bofo devint une entité très puissante pour l’armée en envahissant les territoires protégés britanniques, en libérant avec succès de nombreux captifs d’Ashanti et en capturant des responsables britanniques.

De nombreux érudits ont enregistré le trouble que son armée avait amené à envahir les colonies sous les Britanniques.

L’armée du royaume Ashanti s’engagea avec les forces britanniques le 11 juillet 1824… Ole Justesen: Danmarks Historie: Kolonierne i Asien og Afrika, Politikens Forlag, Kobenhavn 1980

En 1902, le royaume fut établi comme protectorat de la Grande-Bretagne après sa défaite et son exil du roi Prempeh I, Yaa Asantewaa et d’autres chefs importants et leurs familles aux Seychelles.

 

Source