Kahina: la reine berbère qui a combattu l’expansion islamique au 7ème siècle au nord-ouest de l’Afrique

Après la montée de l’Islam au septième siècle, les tribus arabes ont pour objectif conquérir l’Afrique du Nord et de continuer vers l’Europe à travers l’Espagne. Mais leur principal obstacle à la conquête du Maghreb était une reine berbère qui se trouvait dans les montagnes de l’Algérie actuelle.

Connue sous le nom de Dihya et communément appelée “Kahina”, signifiant “voyante” en arabe, cette reine guerrière appartenait à une tribu berbère judaïsée dans les montagnes des Aurès de l’Algérie moderne.. Elle a mené la résistance berbère contre les Arabes qui progressaient, les poussant éventuellement vers l’est au-delà des frontières de la Libye moderne.Grâce à elle, les Berbères sont devenus le seul opposant à la domination islamique en Afrique pendant cette période.

Au début du 7ème siècle, les Berbères de l’Afrique du Nord-Ouest étaient sous contrôle de l’Exarchat de Carthage, qui était aussi une division de l’Empire byzantin. Après la chute de l’Egypte à la conquête islamique, l’exarchat se trouvait en conflit direct avec les califats islamiques.

Divers groupes arabes ont commencé à se frayer un chemin en Algérie et en Afrique du Nord à partir du septième siècle

La capitale byzantine de Carthage est ensuite tombée aux mains du général omeyyade Hasan ibn al-Nu’man, mettant fin au contrôle byzantin de la région.

Avec les anciens dirigeants des Berbères maintenant vaincus, Dihya réussit à rassembler toutes les tribus berbères dispersées sous sa direction et finit par former une armée forte.

Alors que Dihya devenait l’adversaire le plus puissant de la région, le général Hasan marcha vers le sud pour la combattre. Leurs forces se sont rencontrées près de Meskiana, où l’armée de Dihya a vaincu celle de Hasan fuit la région se retirant en Libye.

Dihya a été capable de gouverner paisiblement son état berbère pendant cinq ans. La légende dit qu’elle, cependant, s’est engagée dans une politique de la terre brûlée pour détruire tout ce qui pourrait être utile aux musulmans pendant qu’ils avancent, en ordonnant la destruction de certains villages et forteresses dans son propre royaume pour décourager les Arabes d’entrer sur son territoire.

Une stratégie qui se retourna contre elle car les Arabes ont utilisé sa politique de la terre brûlée contre elle. Ayant réalisé qu’elle perdait du soutien local à cause de cette politique, le général Hassan la combattit à nouveau et eut raison sur elle ,cette fois avec avec les alliés d’hier de Dihya. Elle a été vaincue dans cette bataille à la fin du septième siècle.

Les légendes disent qu’elle est morte au combat, tandis que d’autres ont affirmé qu’elle a pris du poison pour éviter la capture.

Jusqu’à présent, Dihya, qui était aussi connue comme la devinesse des prêtresses en raison de sa capacité supposée à voir le futur, reste le visage féminin de l’histoire berbère et la dernière voix de résistance à la domination islamique en Afrique du Nord-Ouest.