Le roi Mwanga II de Buganda: Il était un fois un roi africain gay

Alors que l’Ouganda continue d’être un cloaque de la haine et de l’ignorance homosexuelles, rappelez-vous que chaque situation actuelle a un début. Pour comprendre le statut actuel de l’Ouganda, vous devez comprendre ses origines. L’Ouganda n’a pas toujours le pire endroit sur terre pour être homosexuel.

Je me demande souvent comment cela a pu être aussi mauvais dans de nombreuses régions d’Afrique. Pour un continent profondément ancré dans l’histoire, il semble que beaucoup d’Africains christianisés ne soient pas conscients du passé riche et sexuellement fluide de l’Afrique. Ils ne sont pas conscients de la bisexualité et de l’homosexualité qui existent depuis des milliers d’années et qui n’ont aucun impact sur la croissance démographique. Beaucoup d’Africains considèrent l’homosexualité comme une importation «occidentale» ou «européenne» qui tente de polluer leur mode de vie pur. Pour eux, l’homosexualité est “non-africaine”. Ce type de pensée est-il un problème éducatif, un problème de fierté, un problème de colonisation ou un problème religieux? En tant que passionné de documentaire et amoureux de l’histoire, j’ai été choqué d’apprendre qu’un ancien Kabaka (roi) ougandais Mwanga II Basammula Ekkere était bisexuel.


En 1877, les missionnaires sont entrés en Ouganda et, bien sûr, ont commencé à essayer de convertir les indigènes de leurs manières «hédonistes et sataniques». Pendant ce temps, il y avait une lutte religieuse pour le contrôle politique de la cour royale du Buganda. La Church Missionary Society de Londres avait envoyé des missionnaires protestants à la cour royale, suivis deux ans plus tard par les Pères blancs catholiques français (nom factuel réel). Ces factions religieuses étaient également en concurrence avec les commerçants musulmans de Zanzibar pour les convertis et l’influence.

Dans les années 1880, les puissances européennes ont commencé à se dépêcher d’obtenir des territoires d’intérêt «non réclamés» en Afrique. Le Royaume-Uni a placé l’Ouganda sous la charte de la British East Africa Company en 1888. Même si les Ougandais vivent dans la région depuis des milliers d’années; cela n’avait pas d’importance parce que les Ougandais et surtout leurs terres et leurs ressources n’étaient pas encore «revendiqués».

C’était un type de stratégie conquérante de l’Europe. Soit vous prenez la terre ou un pays par la force et faites soumettre la population indigène à votre religion et à vos idéaux, soit vous envoyez d’abord des missionnaires européens pour convertir les indigènes. Cela permet à l’accaparement des terres d’être plus facile. Il n’y aurait pas besoin d’envoyer des troupes et des fournitures militaires, l’Europe économise donc des ressources financières. En envoyant aussi des missionnaires, cela rend la population indigène maintenant convertie plus servile et docile pour l’occupation à venir. Les résultats finaux étaient toujours les mêmes. L’Europe a pillé les ressources de la terre ou du pays colonisé et fait de la population indigène leur force de travail pour rassembler les ressources foncières obtenues.

Au milieu des années 1880, de nombreux membres de la cour royale du Buganda se sont convertis et sont devenus des substituts du conflit religieux et nationaliste en cours. Les missionnaires britanniques estimaient que les Ougandais (en particulier le royaume de Buganda) et leur religion (la croyance en Katonda et Balubaale) n’étaient pas une religion vraie et suffisante et procédaient à la conversion des pages de la cour royale du roi Mwanga II. Les missionnaires ont conseillé les pages masculines sur les péchés pervers de la sodomie et de l’homosexualité. Ils les ont convaincus qu’ils ne devaient plus avoir de relations sexuelles avec leur roi parce qu’ils seraient confrontés à la colère de Dieu et condamnés à l’enfer.

Le roi Mwanga II avait déjà fait le plein de missionnaires de l’extérieur qui tentaient de renverser la culture et les traditions de la région. Il s’était déjà moqué des musulmans (qui étaient là depuis des années) qui avaient tenté de convertir ses sujets à l’islam. Il ne voulait en aucun cas participer à la religion en raison de leur pratique de la circoncision (mutilation génitale). Maintenant, il avait affaire à des évangéliques religieux qui prêchaient sur la façon dont la sodomie était immorale.

Le roi Mwanga II sentait que les pouvoirs et l’autorité traditionnels de ses prédécesseurs s’amenuisaient et s’étaient désintégrés sous l’influence des missionnaires et de leurs convertis.Ainsi, en octobre 1885, le roi Mwanga II fit tuer le missionnaire anglican Mgr James Hannington, d’Angleterre. En outre, de 1886 à 1887, plus de quarante convertis chrétiens ont été tués.

Vingt-deux des convertis étaient des catholiques romains et ont été canonisés par le pape Paul VI le 18 octobre 1964. Une fête pour les convertis qui ont été tués a été créée et est connue comme la Journée des Martyrs, qui est célébrée chaque année en Ouganda en juin. 3ème .)

En raison du mépris du roi Mwanga contre les Britanniques, il fut renversé en 1888 et son frère nommé au trône. Grâce à des négociations avec les Britanniques, Mwanga a cédé son territoire à la British East Africa Company. Juillet 1897 Mwanga lança une attaque contre les Britanniques, mais fut défait le 20 juillet 1897. Il s’enfuit en Afrique de l’Est allemande (aujourd’hui République de Tanzanie), où il fut arrêté et exilé.

Continuant à se battre pour sa patrie, il retourna au Buganda avec une armée rebelle, mais il fut de nouveau vaincu le 15 janvier 1898. Il fut capturé et, en avril 1899, exilé aux Seychelles. Vaincu, alors qu’il était en exil, il fut converti, baptisé et son nom fut changé en Danieri (Daniel). Il passe le reste de sa vie en exil et meurt en 1903 à l’âge de 35 ans.


Comme indiqué précédemment, de nombreux Ougandais ont aujourd’hui une position selon laquelle l’homosexualité est un comportement déviant «occidental» ou «européen» importé en Afrique. Ne pas ignorer les faits, le christianisme n’est-il pas une “importation” en Ouganda? Le catholicisme n’est-il pas une importation en Ouganda? N’y a-t-il pas de religion qui soit actuellement pratiquée mais qui n’ait pas de racines dans la religion ougandaise d’avant 1877 et non-ougandaise? Pourquoi ces importations religieuses ne sont-elles pas considérées comme des cultures et des traditions occidentales ou européennes affectant les traditions pures et indigènes de l’Ouganda?

En 2012, plus de 1300 personnes se sont rassemblées à l’Université de Makerere à Kampala, en Ouganda, pour entendre le pasteur Lou Engle prêcher lors d’un rassemblement et de prières contre «l’homosexualité, la sorcellerie et la corruption». alimenter le feu avec sa rhétorique violente dans un pays déjà intolérant. Engle a prêché que l’homosexualité est un «esprit d’anarchie» et a appelé les «martyrs» à devenir «les Vengeurs de Sang de Dieu» pour arrêter à tout prix le «programme homosexuel». Beaucoup d’organisations et d’églises de tendance républicaines évangéliques conservatrices américaines contribuent financièrement aux politiciens ougandais et à leurs campagnes. Après de nombreuses visites des organisations évangéliques américaines et de la réunion à l’université de Makerere à Kampala, les politiciens ougandais commencent à pousser fortement leur législation anti-homosexuelle. 

L’importation du christianisme est-elle la véritable raison pour laquelle certains Ougandais sont passés de ne pas tolérer l’homosexualité à vouloir assassiner des homosexuels ou de sentir que tous les homosexuels doivent être emprisonnés et exterminés? Que se passerait-il si les milliers de sermons anti-homosexuels de Pastor Engle se rendaient au Zimbabwe pour visiter les anciennes peintures rupestres des San Bushmen qui datent de plus de 8000 ans et qui représentent des actes sexuels entre hommes. Vont-ils penser à leurs ancêtres africains comme des abominations?Et si en Ouganda l’accent politique pouvait être mis davantage sur les soins de santé, l’éducation, les emplois et l’économie au lieu d’être obsédé par l’homosexualité? Et si en Ouganda, les Européens et leurs idéaux victoriens n’avaient pas prévalu pendant la colonisation du pays dans les années 1800? Que se passerait- il si les gens rejetaient la notion évangélique que leur histoire était ancrée dans la sorcellerie immorale et continuaient à croire au grand esprit de Katonda et continuaient à adorer dans les trois temples du Buganda ? Et qu’est-ce qui se passerait si… 

 

Par: