Le matriarcat dans la royauté africaine

Tout au long de l’ histoire Afrikaine, c’était toujours la Reine ou la Mère qui transmettait le sang Solaire, c’est la raison pour laquelle la Reine était le véritable souverain, la propriétaire, la gardienne de la Royauté , et la gardienne de la Pureté de la lignée.

Seul l’homme qui avait la chance d’épouser l’aînée des princesses pouvait réclamer un droit au trône et par le mariage, elle transmettait la couronne à son mari mais seulement en tant que son agent exécutif.

Ce droit socio-politique avait également été incorporé dans le modèle historique de la Trinité Afrikaine , où par exemple Ousiré (Osiris) est devenu le premier Roi des Rois, à la suite de son mariage avec Assata (Isis) et non l’inverse, tout simplement parce qu’elle était considérée comme le siège de l’autorité légitime de cette Trinité matrilinéaire et du principe matriarcal de nos anciennes sociétés, c’est pourquoi tous les dirigeants des plus petites localités adhéraient sans problème à ce système.

Si le Roi en chef n’avait pas de filles, une fois sa dynastie terminée, il devait obligatoirement recommencer une autre dynastie avec une nouvelle femme qui était symboliquement vénérée comme la nouvelle entité solaire afin de devenir la figure centrale de cette nouvelle dynastie.

Les pratiques matrilinéaires étaient également appliquées à toute la société, comme en témoigne les stèles funéraires de toutes sortes de gens, où il était de coutume de placer le défunt à côté de la mère et non à côté du père, et où le nom de la mère était spécifiée, mais jamais celui du père

Source : Dawidi Uchiwa

Hotep