Les danses Afurakan sont fondamentalement des danses des esprits – Par Dawidi Uchiwa

Les danses Rwandaises et beaucoup d’autres danses Afurakan sont fondamentalement des danses des esprits ou des danses spirituelles qui sont des émanations d’anciennes divinités afurakan comme par exemple en Pays Somali avec le “Azar”, qui est une variante de ce qui est décrit dans l’Ouest comme le “Voodoo “.

Les anciennes divinités Afrakan étaient toujours dirigées par deux principes Mâle et Femelle, lesquels sont nommés Azuzar ou Zar et Ausitu ou Aysitu par les Somali

En pays Somali Aysitu est toujours célébrée et reçoit encore des offrandes par les femmes enceintes afin qu’elle leur fournisse une Naissance sûre et elle est également décrite lors d’une danse rituelle surtout observée par les Femmes, en particulier par les Femmes âgées, ce qui correspond totalement aux anciennes pratiques spirituelles Afrakan, dans lesquelles les Femmes âgées étaient les Prêtresses

Les Somali soutiennent que les jeunes Femmes, en particulier les Femmes célibataires, ne sont généralement pas considérés comme “digne d’être visitée par l’esprit de Azar comme lorsqu’il était revenu des” Champs de Hotep” (paradis pour les Ancêtres) pour élire domicile ou résidence dans le ventre d’Aysitu, où traditionnellement, les Femmes sont porteuses de la tradition Zar.

Aa-Zar (grand Zar) est un esprit que certains Ethiopiens et Yéménites appellent encore comme un guide ou comme un ange gardien, c’est la raison pour laquelle le rituel de la danse Zar est souvent pratiqué lors de cérémonies de guérison traditionnelles comme cela est aussi pratiqué par les Kung de l’Afrique du Sud dont le but est de retrouver le sens de l’équilibre et de l’harmonie dans la vie, mais toujours en tandem avec la communauté.

Le mot Zar est aussi considéré par certains comme une corruption de Djar ou Dzar qui dans la langue Cushitic du peuple Agaw est un mot pour désigner le Ciel et que les Rastafari appellent Jah, lesquels dérivent de Yah ou Aha, un très vieux mot Kushite pour désigner une très ancienne Divinité.

Hotep