Y’a-t-il une culture Africaine ? – Par Eric Roger Tagne

L’ un des facteurs contribuant au sous développement du continent africain tant au niveau national, qu’au niveau des instances internationales chargées d’élaborer les politiques de développement de ce triste continent est la pseudo croyance en une « culture africaine » c’est-à-dire une certain « African way of life » tout comme il existe un « American way of life » ou encore une « civilisation Européenne ». 

En sociologie, la culture est définie comme “ce qui est commun à un groupe d’individus et comme ce qui le “soude”. Ainsi, pour une institution internationale comme l’UNESCO : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »[] Au regard de cette définition peut-on objectivement parler d’une « culture africaine » comme si l’Afrique était un tout bien soudé ou plutôt des « cultures africaines »? 

L’Afrique existe-t-elle ? 

D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres émergées[]. Avec une population de 1 000 000 000 habitants[], les Africains représentent 16,14 % de la population mondiale L’Afrique comprend 48 pays en incluant Madagascar, et 53 en incluant tous les archipels. 

L’Afrique politique telle qu’elle existe aujourd’hui est d’abord une création européenne, bricolée par la suite par la défunte Société des Nations, et enfin parachevée par les membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU qui ne sont autres que les puissances néocoloniales du nouvel ordre politique et économique mondial. 

En effet c’est par accident, par pure contingence historique au gré des intérêts politico-économiques des puissances colonisatrices de l’époque, que l’Afrique est née à la conférence de Berlin, qui s’est tenue de novembre 1884 à février 1885, et fut organisée par le chancelier Bismarck afin d’établir les règles qui devaient présider à la colonisation de l’Afrique. 

Cette colonisation fut relativement facile justement parce qu’il n’existait pas une fédération des différentes et parfois antagonistes cultures africaines, c’est-à-dire des manières de penser, sentir, et agir propres aux africains de cette époque. Beaucoup me diront et que fais tu de l’antiquité africaine avec les royaumes tels :L’Égypte antique, le Royaume de Koush et de Meroe, le Pays de Pount, la ville de Djenné-Djenno, le Royaume de D’mt, le Royaume d’Aksoum, la Civilisation Nok ,Carthage, la Numidie et l’Afrique romaine? Moi je répondrais ont-ils pu se fédérer au point de constituer un « réservoir commun » qui évolue dans le temps par et dans les formes des échanges ? 

Se sont-ils constituer en manières distinctes d’être, de penser, d’agir et de communiquer ? La culture, n’est-elle pas ce qui cimente une société, ce qui permet aux hommes de vivre ensemble, et cela ne se traduit-elle pas par des valeurs et des manières de se comporter et de réfléchir communes ? Se sont-ils assis comme a Berlin pour organiser, agréger et fédérer ces différents royaumes et civilisations ? 

Ces cultures africaines éparpillées et désorganisées n’ont pas fait de l’Afrique « les maitres et possesseurs du monde » pour citer l’un des objectifs de la Civilisation Européenne. Au contraire se sont les africains qui allaient en l’arrière pays capturer les leurs pour les vendre comme esclaves aux blancs restés sur la cote. 

C’est encore ces mêmes africains qui aujourd’hui prêchent le tribalisme et la haine ethnique comme arme politique. Se sont eux qui ont créés les termes tels « autochtone » et « allogène ». Avez-vous déjà vu un français ou un américain allogène ou autochtone ? Ils sont français ou américain partout sur leur territoire national. Les ministres français ou américains ne sont pas milliardaires. En Afrique ils le sont. C’est au moins ca que l’Afrique a en commun. 

Détournements, corruption, mal-gouvernance, privation des libertés individuelles et collectives…C’est curieux mais on le retrouve dans presque tous les pays africains. C’est donc cela notre « vraie culture ». Le nier ne changera rien. D’ailleurs rien n’a changé depuis 50 ans d’indépendance. Pour être soigné d’une maladie il faut déjà accepter que l’on soit malade. 

Pour donc répondre a la question posée plus haut, a savoir si l’Afrique existe comme une entité unie culturellement, je constate que l’Afrique n’existe pas, du moins culturellement. Il y’a « des cultures Africaine », mais pas de « culture africaine ». C’est de la malhonnêteté intellectuelle que de parler d’une culture singulière, unique, africaine. 

L’Afrique est à construire car elle n’a jamais existée de manière autonome et consciente d’elle-même tout comme veulent nous faire accepter ceux qui vivent dans ce phantasme d’un âge d’or africain ou tout allait bien avant que le colon n’arrive. Cependant quels sont les défis qu’elle devra surmonter pour atteindre cet objectif ? Commençons par l’Union africaine. 

Les Africains contre l’Afrique : L’Union Africaine. 

Parmi les plus grosses escroqueries intellectuelles de ces 50 dernières années sur le continent africain, figure en bonne place l’Union Africaine. En effet elle n’a d’union que le nom étant donné que le parterre de dictateurs qui la compose sont ceux la même qui couvent des génocides en puissance dans leur propres nations, et prêchent la division ethnique pour mieux asservir leur peuple. 

Comment former une union des nations africaines quand il n’existe même pas encore véritablement une seule nation en Afrique ? Prenons a titre d’exemple le Cameroun notre chère patrie ou un ministre de la sante, il y’a moins de deux ans ,affirmait que d’autres camerounais qu’il a taxé « d’étrangers » seraient a l’origine des événements de Février 2008 qui n’étaient en fait que le ras le bol de tous les Camerounais contre la modification unilatérale de la constitution par l’un des super doyen de l’Union Africaine. 

Dans un pays de droit, un pays civilisé, ce ministre aurait été démis de ses fonctions à défaut de démissionner. A l’heure où je vous parle ce bonhomme est toujours ministre de la NATION camerounaise. Une figure aussi diviseuse est le porte flambeau de la sante (mentale ?) de notre pays. C’est pour vous dire à quel degré nous sommes mal partis. Un autre pas moins célèbre ministre Camerounais est le nouveau ministre de la communication. 

Je ne prononcerais pas son nom tellement il est exécrable, nauséabond au point de faire rougir JUDAS en personne. Ce dernier il y’a moins d’un an était encore l’un des portes étendards de l’opposition Camerounaise. Du jour au lendemain, il a non seulement vendu sa conscience, mais surtout il a poignardé ce peuple Camerounais dans le dos en devenant l’avocat du diable. Il est retourné, tel un porc à tout ce qu’il avait vomis durant des années de luttes contre la dictature en place. 

Ce n’est un secret pour personne, en Afrique les Etats on précédés les nations. Lors du partage de l’Afrique aucun représentant « indigène » n’était à Berlin. C’est ainsi que du jour au lendemain, des familles ont été divisées par une traceuse, tel devenant Camerounais tel autre Nigérian. Bien que la colonisation soit finie, les divisions elles sont restées. 

Les multiples guerres civiles qui jonchent la courte histoire moderne de l’Afrique, du moins depuis que le colon est parti officiellement, sont des guerres fratricides. L’Afrique est en guerre avec elle-même. Prenons seulement l’exemple de l’intégration sous régionale. Il est plus difficile a un camerounais d’aller au Gabon ou en Guinée Equatoriale qu’en France. Pour le Gabonais, le Camerounais est un systématiquement un voleur…Tout comme le Camerounais regarde le Tchadien comme un être inferieur. C’est donc ca la fameuse culture Africaine ? 

Le citoyen ordinaire est tout aussi coupable. En Afrique et au Cameroun particulièrement, le « mea culpa » est l’exception. Pour justifier le retard de l’Afrique, certains n’hésitent pas à accuser l’esclavage, la colonisation. Ils oublient que l’Afrique n’a pas été le seul continent colonisé. Toute l’Amérique du Sud a été colonisée par l’Espagne (et le Portugal) ils sont de loin supérieurs a l’Afrique. Les petits dragons tel la Corée du Sud ont même reçu de l’Aide du Cameroun. 

Aujourd’hui ils fabriquent des voitures, des téléviseurs pendant que nous fabriquons la bière et jouons au football sans stades décents. Oui pour l’Africain la colonisation est encore mentale. Quand on échoue a un examen, c’est parce que le vieux m’a attaché au village. Le Camerounais se plain de la corruption mais est le premier à donner 500 FCFA au policier, est le premier a « acheter » le diplôme ou l’examen. Tant que chacun de nous ne s’inspirera pas de « ROSA PARK » en disant un « non catégorique a la corruption» quitte a aller en prison, le Cameroun, l’Afrique ne changera pas. 

Conclusion 

Pour clôturer cette analyse qui n’engage que moi, la culture se construit dans une société au fil de l’histoire et des contacts avec les autres cultures, elle n’est pas immuable, même si ses changements sont souvent relativement lents. Parler de « culture Africaine » c’est mettre la charrue avant les bœufs étant donné que l’Afrique n’est encore qu’un projet et est loin d’être unie. Le marocain ne se considère pas plus africain que l’Egyptien. 

Encore moins le Sud Africain. C’est donc mieux de parler « des cultures africaines » car les modes de penser, de sentir et d’agir des africains sont différents d’une tribu a l’autre. A l’intérieur même des Etats constituants l’Afrique, les divisions ethniques sont entretenues et non combattues par le politique. Qui oubliera de sitôt le génocide Rwandais ou deux ethnies frères se déchiquetèrent ? Qui oubliera les affrontements fratricides entre Nigérians Chrétiens et Musulmans a Jos ? 

Qui oubliera le massacre des « noirs » au Soudan par d’autres « noirs » qui sont juste moins « noirs » ? Qui oubliera que l’Union Africaine est un rassemblement de criminels contre l’humanité ? L’Afrique n’est qu’un projet et nous avons encore du chemin à faire. C’est déjà ca qu’il faut accepter et la peut-être on bâtira l’Afrique de demain.