Hommage à Winnie Madikizela-Mandela –  “Vive la camarade Winnie”, “la lutte continue” et “le pouvoir au peuple” : Ce que nous retenons de ses obsèques

Connue comme “la mère de la nation”, Madikizela-Mandela décédée le 2 avril 2018 à l’âge de 81 ans. a réuni lors de ses obsèques des milliers de personnes au Orlando Stadium dans le township de Soweto. Le stade est situé à près d’un kilomètre de la modeste rue du quartier d’Orlando West où cette grande héroïne.a vécu pendant les jours les plus sombres de l’apartheid et jusqu’à sa mort. .

 Les personnalités telles les présidents de la République du Congo Denis Sassou-Nguesso et de la Namibie Hage Geingob ,des leaders des droits civiques du monde entier, y compris le révérend Jesse Jackson, Naomi Campbell étaient au rendez-vous. Les larmes, Les chants, Les danses et les prières accompagnaient cette foule hilare tout au long de ce  service funéraire puissant et émouvant qui scandait “Vive la camarade Winnie”, “la lutte continue” et “le pouvoir au peuple” 

Entre reconnaissances et revendications,  les discours du président Cyril Ramaphosa, des dignitaires du continent et de nombreuses personnalités politiques et culturelles d’Afrique du Sud , les  membres du Congrès national africain et aux sympathisants du pays.divergeaient ou convergeaient.

Des traîtres et des vendus

Au cours des funérailles, sa fille Zenani Mandela-Dlamini a accusé l’Afrique du Sud et le monde de tenir t les hommes et les femmes à des normes morales différentes. Elle a par ailleurs tenu à rappeler que l’infâme jeté sur sa mère n’était pas oublié. ” Ceux qui disent la vérité aujourd’hui sur ma mère, ont volé son héritage de son vivant ! “

“Ceux qui ont diffamé ma mère dans les livre et dans les médias, ne pensent pas que nous ayons oublié pour une seul instant”, a-t-elle dit.

Julius Malema, le leader de l’EFF et très proche de Winnie Mandela, n’y est pas allé de main morte accusant fustigeant. 

 « Ce qui est drôle, maman, c’est qu’ils pleurent le plus fort, plus que tous ceux qui se sont occupés de toi […] Que la vie est injuste ! Ceux qui t’ont vendue, sont venus pleurer avec nous […] pourquoi ne t-ont-ils pas honorer de ton vivant ?

 Nous voulons des signes : un aéroport à ton nom à Cape Town, une application concrète de ta vision et la fin de ces inégalités ” a-t-il dit, recevant une salve d’applaudissements  à la fin de son discours vif et passionné.

L’exemple à suivre 

Dans son discours, Naomi Campbell  présente Mam ‘Winnie en ces termes:” elle était l’héroïne de tout notre continent. Winnie Mandela était aussi le symbole par excellence du courage et de l’absence de peur “

D’après  sa biographe britannique Emma Gilbey Née dans la pauvre province du Cap-Oriental, l’enfance de Madikizela-Mandela était ” un enfer de la haine raciale” 

Zenani Mandela-Dlamini la fille de notre héroïne ajoute:  “Ma mère était l’une des nombreuses femmes qui se sont élevées contre un Etat doté d’armes nucléaires pour nous apporter la paix et la démocratie dont nous jouissons aujourd’hui. La bataille pour notre liberté n’était pas un pique-nique poli auquel vous êtes arrivé avec votre meilleur comportement “

“Elle a fait le choix d’élever deux familles, la sienne et le pays bien-aimé, […]  Elle chérissait la liberté autant qu’elle chérissait la famille qu’elle protégeait à la fois contre les assauts constants de l’Etat d’apartheid.”

Dans un tweet annonciateur de l’immortalité des obsèques de Mama Wethu, le gouvernement salue la bravoure de cette grande dame hors du commun en ces termes. “Aujourd’hui, nous nous reposons sur notre héroïne, une combattante vaillante et mère-à-la-nation”

Pour conclure,  Ramaphosa dans son éloge, a rappelé une Madikizela-Mandela fière, forte et courageuse  “La vie de Winnie était au service de son peuple, c’était une vie de compassion … Comme beaucoup de grands leaders de sa génération, elle a compris que la souffrance qu’elle endurait définissait la société” comme une réponse aux revendication de Zenani Mandela-Dlamini et de Julius Malema le Président sud africain  a admis que l’ANC et du gouvernement sud africain devait accorder plus de place et d’honneur à la maman de la nation.

” Je présente mes sincères excuses, car nous aurions dû l’honorer de son vivant “

Elle se sentait obligée de se joindre à cette lutte aussi noble dans son but que périlleuse dans son exécution; forte et sans excuses, elle a dit la vérité au pouvoir.

“Nous sommes une nation blessée par notre passé, engourdie par notre présent, hésitante pour l’avenir … elle nous a unis dans le chagrin. Elle était notre conscience. “ 

“Mam ‘Winnie ne reposera en paix que si nous rétablissons la dignité de notre peuple en veillant à ce qu’ils aient une prétention égale à la terre de leurs ancêtres.

Nomzamo Winnie Madikizela-Mandela est morte, mais elle n’est pas partie.

Elle vit en chacun de nous.

Elle inspire nos actions.

Elle guide nos luttes.

Elle reste notre conscience.

Que son âme repose en paix éternelle.

Que son esprit vive pour toujours.

Lala ngoxolo Nobantu, Ngutyana. Phapha. Makhalendlovu Msuthu. Msengetwa

qhawe lama qhawe.”

Les femmes de l’ANC quant à elles ont réclamé une “Journée Winnie Mandela”