Les Symboles Adinkra et la culture akan

Adinkra en 1817

Les symboles Adinkra proveniendraient de Gyaman , un ancien royaume de la Côte d’Ivoire . Selon une légende Ashanti ( Asante ), Adinkra était le nom d’un roi du royaume de Gyaman , Nana Kofi Adinkra . Le roi Adinkra a été vaincu et capturé dans une bataille. Selon la légende, Nana Adinkra portait des vêtements à motifs, ce qui était interprété comme une manière d’exprimer son chagrin d’être emmenée à Kumasi , la capitale d’Asante. Il fut finalement tué et son territoire annexé au royaume d’Asante. Le peuple Asante, vers le 19ème siècle , a pris l’habitude de peindre des symboles traditionnels des Gyamans sur du tissu, une tradition qui est restée à ce jour.

Travail d'Adinkra, 1825

Travail d’Adinkra, 1825

 

L’arrivée de l’adinkra dans la culture Akan semble remonter à 1817 , date à laquelle TE Bowdich anglais recueillit un morceau de tissu de coton adinkra de la ville de Kumasi. Les motifs ont été imprimés à l’aide de tampons de calebasse sculptés et d’un colorant végétal.Le tissu comportait quinze symboles estampillés, y compris nsroma (étoiles), dono ntoasuo (double Dono Drums ), et des diamants , et est actuellement hébergé au British Museum de Londres.

Symbole de Sankofa

Symbole de Sankofa

 

 

Les symboles d’Adinkra sont une représentation visuelle des concepts et de l’aphorisme développés par le peuple Akan du Ghana.Les symboles Adinkra sont largement utilisés dans les tissus, la poterie, les logos et la publicité . Ils peuvent également être trouvés sur des bâtiments architecturaux, aussi bien que sur des poids d’ortraditionnels d’ Akan , et des sculptures aussi bien que des tabourets utilisés pour des rituels traditionnels. Les symboles adinkra ne sont pas seulement des objets décoratifs ou des dessins, mais des messages réels véhiculant une ancienne sagesse traditionnelle pertinente aux aspects de la vie ou de l’environnement. Beaucoup de symboles Adinkra ont des significations liées à des proverbes, tels que le symbole sankofa . Sankofa , dans la langue twi, traduit en anglais pour ” revenir en arrière et l’obtenir ” ( san – revenir , ko – aller , fa – regarder , chercher et prendre) ou le symbole Adinkra d’un oiseau avec la tête tournée vers l’arrière en prenant un oeuf sur son dos, ou d’une forme de coeur stylisée. Il est souvent associé au proverbe « Se wo fi wosankofa a yenkyi », qui se traduit par « Il n’est pas mauvais de revenir pour ce que vous avez oublié. “D’autres symboles d’Adinkra représentent des événements historiques, le comportement humain et les attitudes, le comportement animal, la vie végétale, et les formes des objets.

     >> Lire aussi >>  Avant l’ industrialisation, l’Afrique fabriquait ses tissus à base d’écorces

Adinkra signifie « au revoir » ou « adieu » dans la langue Twi de l’ethnie Akan, à laquelle appartiennent les Ashanti. Il n’est pas étonnant que les Akan, et en particulier les Ashanti, portaient des vêtements décorés de symboles Adinkra, surtout pour les funérailles, afin de montrer leur chagrin et de faire leurs adieux au défunt.


Le centre de production traditionnelle de tissu adinkra est Ntonso , à 20 km au nord-ouest de Kumasi.
 Le pigment Adinkra aduro foncé pour l’estampage est fabriqué à Ntonso, en trempant, pulvérisant et faisant bouillir l’écorce interne et les racines du badie (Bridelia ferruginea) dans de l’eau au feu de bois. Une fois que la couleur sombre est relâchée, le mélange est tendu, puis bouilli pendant plusieurs heures jusqu’à ce qu’il épaississe. Les timbres sont taillés dans le fond d’une calebasse et mesurent en moyenne 5 à 8 cm 2 .

    >> Lire aussi >> Les tissus africains et afro-américains sont des langages dont le déchiffrage est spécifique à chaque communauté

.Les draps Adinkra étaient traditionnellement portés seulement par les chefs de la royauté et spirituels pour les funérailles et les occasions spéciales. Ils ont également été imprimés à la main sur du tissu de coton tissé à la main non teint, rouge, marron foncé ou noir selon l’occasion et le statut de l’utilisateur. Aujourd’hui, adinkra est porté par n’importe qui, femmes, hommes ou enfants, et il est souvent produit en masse sur des tissus de couleurs plus vives. Les trois plus importants funérailles Adinkra sont: le brun foncé ( kuntunkuni ), le rouge brique ( kobene ) et le noir ( brisi ). Il y a cependant d’autres formes qui ne peuvent pas être correctement appelées des vêtements de deuil. Leurs arrière-plans clairs et clairs les classent comme Kwasiada Adinkra ou Sunday Adinkra, ce qui signifie des vêtements de fantaisie qui ne peuvent pas convenir à un contenu funéraire, mais qui conviennent à la plupart des occasions festives ou même quotidiennes.

 >> Lire aussi >>  Comment le wax fait croire qu’il est africain et étouffe les vrais tissus du continent