Martin Luther King DAY: Ce précurseur des droits civiques s’était battu en faveur des principes universels.

Washington – Chaque année, les Américains consacrent le troisième lundi de janvier à la mémoire du pasteur Martin Luther King (1929-1968), pour rendre hommage à la vie et aux accomplissements de cette personnalité dont le nom est synonyme avec les triomphes du mouvement pour les droits civiques des années 1950 et 1960.

telechargement-3

Lauréat du prix Nobel de la paix en 1964, organisateur politique, orateur extrêmement doué et promoteur de la méthode pacifique de protestation, Martin Luther King a été la personnalité dominante du mouvement visant à mettre fin à la ségrégation légale qui existait dans la plupart des États du sud du pays et dans certaines autres régions, et à favoriser l’adoption des lois sur les droits civiques qui constituent l’assise juridique de l’égalité raciale aux États-Unis.

M. L. King figure parmi les champions de la justice dont l’influence va au-delà des frontières nationales. Ayant étudié les principes de la non-violence de Mohandas Karamchand Gandhi (1868-1948), il s’était rendu en Inde, en 1959, pour mieux se pénétrer de la philosophie de son « guide politique », comme devait le décrire plus tard son épouse Coretta Scott King. M. Nelson Mandela, en acceptant son prix Nobel de la paix, en 1993, a, lui aussi, rendu hommage à Martin Luther King, qu’il a appelé son prédécesseur dans la lutte pour résoudre de manière équitable la question du racisme et de la dignité humaine.

Fils d’un éminent pasteur d’Atlanta (du même nom), Martin Luther King a obtenu son doctorat en théologie à l’âge de 26 ans, à l’université de Boston. En 1954, alors qu’il achevait sa thèse, a accepté le poste de pasteur à l’église baptiste de l’avenue Dexter, à Montgomery. C’est dans cette même ville que Rosa Parks, une couturière noire américaine, devait être emprisonnée pour avoir refusé de céder son siège à un passager blanc à bord d’un autobus. L’incident a provoqué le boycott des autobus de Montgomery, au cours duquel les Afro-Américains de la ville ont cessé d’utiliser les transports publics. King a dirigé le groupe qui avait organisé ce boycott, représentant, pour le public, ce mouvement et exhortant ses concitoyens blancs à s’y joindre dans un esprit de fraternité. Lorsque les tribunaux fédéraux, se fondant sur le raisonnement de la Cour suprême, dans sa décision rendue dans le procès de Brown contre le Conseil d’éducation, ont décrété que la loi sur la ségrégation était inconstitutionnelle, King était devenu une personnalité célèbre à l’échelle nationale.

En 1957, Martin Luther King a fondé avec d’autres la Southern Christian Leadership Conference (SCLC), ou Conférence de la direction chrétienne du Sud. Celle-ci représentait une alliance de pasteurs noirs et d’églises dont l’objectif était de lutter de manière pacifique contre la ségrégation. Les responsables de la SCLC espéraient changer l’opinion publique et appuyer la lutte contre la ségrégation engagée devant les tribunaux par la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), ou Association nationale pour le progrès des personnes de couleur. King était une personnalité dynamique de la SCLC, habile comme nul autre à obtenir des aides financières et, sur le plan politique, à former des alliances avec les Américains blancs du nord du pays, qui sympathisaient avec son mouvement.

Au début des années 1960, Martin Luther King et la SCLC ont organisé plusieurs manifestations pour protester contre la ségrégation dans les institutions publiques. En mai 1963, le chef de la police de Birmingham (Alabama) a relâché des chiens policiers et utilisé des canons à eau contre des manifestants pacifiques, dont beaucoup d’écoliers. Les images de cet incident ont horrifié le pays. Lors de ces manifestations, King a été arrêté ; dans sa cellule de prison, il devait rédiger la Lettre d’une prison de la ville de Birmingham, dans laquelle il défendait le principe selon lequel une personne qui enfreint une loi injuste afin de faire prendre conscience à ses concitoyens de cette iniquité, « en fait, exprime ainsi le plus grand respect de la primauté du droit » tant qu’elle agit « ouvertement, sans inimitié et en acceptant les conséquences de son acte ».

En cet août-là, les dirigeants du mouvement afro-américain ont organisé la Marche sur Washington en faveur de l’emploi et de la liberté. C’est là, devant quelque 250.000 militants du mouvement des droits civiques, rassemblés dans la capitale devant le monument à Lincoln, que Martin Luther King a prononcé l’une des oraisons les plus puissantes de l’histoire américaine. Des générations d’élèves ont appris par cœur des extraits du discours « I have a dream » (Je fais un rêve), dans lequel M. King dit qu’il rêve et prie pour le jour où les gens ne seraient plus « jugés selon la couleur de leur peau mais selon la nature de leur caractère ».

Les images des manifestations de Birmingham et de Washington ont aidé à renforcer le soutien populaire à la Loi sur les droits civiques de 1964, entérinée par le président Lyndon Johnson le 2 juillet 1964. En 1965, la réponse violente de la police à un rassemblement en faveur du droit au vote, organisé à Selma, dans l’Alabama, a suscité le même appui populaire envers Martin Luther King, le mouvement des droits civiques et le projet de loi qui garantirait le droit à la participation politique. La Loi sur le droit de vote devait, par conséquent, être adoptée le 6 août 1965.

Après l’entrée en vigueur de ces lois sur les droits civiques, Martin Luther King a poursuivi sa stratégie de protestations sociales pacifiques malgré le souhait de certains responsables, plus jeunes, du mouvement d’utiliser parfois des moyens plus radicaux. Il a également élargi le cercle de ses efforts pour attirer l’attention sur la pauvreté de la population noire américaine. Il se trouvait à Memphis, dans le Tennessee, pour soutenir une grève des éboueurs noirs, quand, le 4 avril 1968, les balles d’un assassin ont mis fin à sa vie à l’âge de 39 ans.

Les Américains rendent hommage au révérend Martin Luther King à l’occasion d’un jour fédéral férié coïncidant, chaque année, avec le troisième lundi de janvier. Par ailleurs, depuis 17 octobre  2011, un monument national a été construit en son honneur à Washington, en pleine vue du monument à Lincoln devant lequel M. King avait prononcé son discours sur son rêve de justice et d’égalité raciales, inspirant des millions d’Américains.

Martin-Luther-King-Jr-Memorial

Martin-Luther-King-Jr-Memorial

Read more: share.america