Léopoldine Douala Bell Smith : Première hôtesse de l’air noire au monde

Léopoldine Douala-Bell Smith est née au Cameroun, et était une princesse de la famille royale Douala au Cameroun, petite-fille du roi Rudolf Duala Manga Bell, pendu en 1914 pour ses convictions politiques Elle a pris son premier vol comme un agent de bord (avec l’Union aéromaritime de transport) en 1957. En 1960, elle a été invitée à passer à Air Afrique ; elle était alors la seule personne africaine qualifiée dans l’aviation française, et est ainsi devenu le premier employé embauché par Air Afrique. Elle est devenue peu après premier chef de cabine d’Air Afrique. Elle a volé pendant douze ans.

Résultat de recherche d'images pour "Léopoldine Douala Bell Smith"

Léopoldine Douala Bell épouse Smith mène une vie tranquille aux Etats-Unis depuis de nombreuses années. Mais elle fait partie de l’histoire du monde, celle qu’on ne raconte pas assez souvent. La princesse Douala est la première femme hôtesse de l’air noire. Un métier qu’elle avait choisi par défaut. Son père, le prince Eitel Douala Manga Bell, l’avait dissuadée d’épouser une carrière de vétérinaire. Un métier d’homme, trouvait-il. Ainsi, après son Bacc obtenu en 1956 à 17 ans, Léopoldine est recrutée par la Compagnie aérienne Union aéromaritime de transport qui l’envoie en France pour sa formation de vol à Air France. Léopoldine Douala Bell Smith n’y est pas la seule noire. Elles sont trois. Mais, la princesse est la seule à ne pas tomber enceinte pendant la formation. Au bout de trois ans d’apprentissage, Léopoldine devient la première chef de cabine de Air Afrique. Elle prend sa retraite à 30 ans, après avoir enduré le racisme et les préjugés. « Certains passagers (de race blanche) ne voulaient pas que je les approche ou que je touche à leurs affaires », racontait-elle il y a quelques années. Mais, elle reste, pour la postérité, la personne ayant ouvert le champ des possibles aux femmes noires qui, aujourd’hui, arborent fièrement l’uniforme des plus grandes compagnies aériennes.

 

Source:Journal du Cameroun