Ce qui arrive quand tu oublies ton histoire: Ils veulent nous enseigner la Shoah – Par Claude Wilfried

MacKy Sall, Paul Biya, IBK, du pareil au même

Beaucoup de gens sont déçus du deal bizarre que le Président sénégalais vient de sceller avec la France (Quinze trains contre une gigantesque concession de pétrole sur X ans), sans compter qu’il a ouvertement soutenu la monnaie coloniale FrancCFA, en bonne marionnette.
Mais à vrai dire, seuls les non-avertis sont encore déçus par nos dirigeants. Pour ce qui est de MacKy Sall, c’est depuis juin 2015 que j’ai compris qu’il n’y a plus rien à faire. Suite à ses décisions en peau de manioc déjà à l’époque, j’avais rédige cet article, dont le nouveau coup d’éclat du personnage vient encore confirmer lexactitude. Lisez donc et comprenez:
………..

Par Claude Wilfried, 3 juin 2015

Ils veulent nous enseigner la Shoah
Le Sénégal est-il hors sujet?

Dans l’article publié le 18 mai 2015, “bring back our Sénégal”, je posais déjà la question de savoir ce que notre pays frère va chercher dans une guerre à 6458 km de chez lui au Yemen, compte tenu des représailles terribles qui frappent même les pays industrialisés qui osent intervenir au Moyen-Orient. Mais il faut dire que là je viens encore de me faire surprendre. Notre lointain voisin sénégalais semble persister à s’adonner à des décisions que le reste de l’Afrique a beaucoup de mal à comprendre.
Il s’avère en effet que le chef de l’Etat Macky Sall, en très étroite collaboration avec la France (qui d’autre?), ait tout simplement décidé d’instaurer l’enseignement de la Shoah dans son pays. À l’initiative de l’ONG française “Projet ALADIN” en partenariat avec l’UNESCO, s’est tenue le 1er juin dernier à Dakar, la première d’une longue série de 6 conférences sur la Shoah, dans le but, dit-on de “la prévention des génocides”. Voila qui est intéressant. Vraiment très intéressant. Mais avant de décrire à quel point ce genre d’absurdités nous énerve, voyons d’abord ce qu’est la Shoah:

En 1939, un chimpanzé fou du nom de Adolf Hitler se réveille un matin et décide que les Juifs sont responsables de tous les problèmes de l’Allemagne. Il faut donc selon lui, s’en débarrasser au plus vite pour le bien de l’humanité. Pendant 6 ans, cet énergumène s’engage dans une chasse à l’homme sans merci au cours de laquelle il massacre 6 millions de personnes (soit en moyenne 1 million par an). Dans son délire, notre chien enragé s’amuse à tout type de techniques d’assassinats: chambres à gaz, fusillade, famine, expériences eugéniques barbares etc… Le pogrome contre le peuple Juif est à ce jour le pire génocide de l’Histoire contre un seule nation sur une période aussi courte.

Avec cette présentation on devrait logiquement se dire qu’il est normal d’en parler. Le seul problème, c’est que le continent où la Shoah s’apprête à être érigée en discipline académique est précisément le continent où se sont passées les pires atrocités, les pires humiliations et les pires massacres qu’une race humaine ait jamais subi.
Mais on n’a même pas besoin de remonter jusqu’à l’esclavage. On n’a même pas non plus besoin de mentionner que Dakar est le siège de la BECEAO, fief du sempiternel et maléfique FrancCFA qui ne veut pas nous lâcher. Non, mais on va au juste rappeler que ce même Dakar qui décide d’enseigner le génocide d’un autre peuple a été le théâtre du génocide de son propre peuple par l’Occident lors du fameux massacre de Thiaroye en 1944. En voici un bref résumé:

Lorsque les Européens entraînent le monde dans la guerre en 1939, la France embarque l’Afrique dans ses problèmes et se fait aider par environ 150 000 soldats des légions de ses colonies, parmi lesquelles la légion sénégalaise. Grâce au soutien des tirailleurs africains, des villes comme Marseille sont libérées de la fourberie allemande, et en 1944 le conflit s’approche de son dénouement. La France décide alors de rapatrier les soldats “amis” sénégalais, à qui une pension retraite est promise en guise de récompense et de remerciement.
Mais ne dit-on pas que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute? C’est ainsi qu’à leur retour au pays, ces “anciens combattants” doivent se rendre compte qu’ils se sont encore fait rouler dans la farine. Au lieu des primes promises, ils ont droit à une maigre récompense, qui de plus est prévue d’être convertie non pas par deux en raison de 1000 Franc Français = 500 FCFA, mais plutôt par quatre, soit 1000 FF= 250 FCFA . Mécontents de cette moquerie, les soldats élèvent leur voix pour protester, et lorsque le general Français Dagnan arrive sur leur camp dans la banlieue de Dakar à Thiaroye, il ne peut que constater l’ampleur de la révolte.
Mais au lieu de leur prêter l’oreille, il préfère jouer les gros bras et ordonne à ses hommes au matin du 1er décembre 1944, d’ouvrir le feu sur ceux-là mêmes qui ont aidé son pays à se libérer de la guerre. C’est ainsi que sur les quelques 1300 soldats présents ce jour-là, près de 70 soldats sont abattus, un très grand nombre sont blessés, et une trentaine faits prisonniers. Ils seront libérés deux ans plus tard en 1947, sans pour autant jouir des retraites promises. De même, les veuves des soldats morts dans le bain de sang ne percevront aucune compensation financière.

A partir de là, il devient plus facile de comprendre notre étonnement devant la politique insolite de Mister Sall. N’oublions d’ailleurs pas que le tout premier génocide du 20ème siècle (massacre des Hereros et des Namas en Namibie en 1904) a eu lieu en Afrique. L’énorme problème avec l’Afrique réside dans sa conviction persistante que les morts des autres sont plus graves que les siennes. La plus récente démonstration publique de cette folie étant le ruisseau de larmes du President béninois Yayi B. après les attentants de Charlie Hebdo du 7 janvier 2015.
Israël lui-même n’est pas très tendre envers la Palestine ou encore la minorité de Juifs Éthiopiens, et encore, ils ne connaissent même pas le 23 Août, date choisie par le Sénégal pour commémorer Thiaroye. Et pourtant, on est sur le point d’enseigner la Shoah sur le sol de Cheikh Anta Diop. Oui, en effet. Il semble vraiment que nous en Afrique ayons signé un pacte de stupidité profonde et d’illogique aggravée.

Pendant que le chancelier allemand Willy Brandt (de 1969 à 1974) va spectaculairement s’agenouiller en 1970 devant le mémorial du Ghetto de Varsovie en Pologne pour demander pardon aux Juifs, la même Allemagne refuse toujours d’assumer pleinement la responsabilité du massacre de Namibie. Pendant que Angela Merkel déclare: “Nous autres les Allemands, la Shoah nous fait honte”, Nicolas Sarkozy s’amuse à aller dire précisément à DAKAR (!!!) que l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’Histoire. Le quotidien Français LeFigaro du 18 mars 2008 rapporte les propos de la chancelière allemande concernant l’Iran et ses projets de bombe atomique en ces termes: “Toute atteinte à la sécurité d’Israel est une atteinte à la sécurité de l’Allemagne elle-même”. Donc pendant qu’ils assument le massacre d’autres Nations, la valeur des vies africaines est quant à elle minimisée et divisée par quatre.

Malgré cela nous continuons à dormir et même à contribuer pour que les choses demeurent ainsi. Pendant qu’on a interdit l’antisémitisme sous peine de prison, on continue librement à insulter et à humilier les Africains de par le monde. Eux qui pourtant ont aussi perdu des centaines de millions de vies dans la folie meurtrière des envahisseurs. Le President François Hollande déclare comme un ordre donné, que “la Shoah doit être enseignée partout, sans aucune restriction”, pendant que le peuple Sénégalais ignore les détails de sa propre histoire. Comme si on enseignait la mort de Um Nyobe à Rome, l’exécution de Douala Manga Bell aux écoles de Francfort, ou l’assassinat de Sankara dans les universités lyonnaises.

Oui, Hitler et son équipe ont tué même les nouveaux-nés; Oui, ils ont considéré les handicapés comme des sous-hommes et les ont froidement exterminés; oui, ils appelaient les zones où vivaient les Juifs: ” Zones d’épidémie”, oui ce fut un chapitre noir pour la communauté Juive. Mais nous? Qui parlera pour nous? Qui viendra nous défendre quand nous-mêmes nous acceptons de parler tout le temps des autres?
Après avoir longtemps tenté de se laver les mains, la France a plus ou moins fini par faire face à ses responsabilités. C’est ainsi que l’année dernière (2014), Hollande décidait de remettre officiellement les archives de Thiaroye à l’Etat sénégalais. Sauf que quand votre histoire est écrite par un autre, il va forcément la modeler de la façon qui l’arrange le plus et effacer les faits encombrants. C’est pourquoi au lieu de parler de près d’une centaine de morts, la France n’en reconnaît que 34 à 35, et nie l’évidence que certains documents ont été retirés de ces archives.

Alors devant de tels constats, il est plus que jamais à l’ordre du jour de reposer cette question: Le Sénégal est-il hors-sujet? L’Afrique est-elle hors-sujet?