Bessie Coleman: La première pilote afro-américaine

Née à Atlanta au Texas le 26 janvier 1892, Bessie Coleman grandit dans un monde de pauvreté extrême, de discrimination et de ségrégation. À 23 ans elle déménage pour Chicago espérant y faire fortune ; mais y trouva peu d’opportunité.
Dans cette précarité, elle se noie de temps en temps dans des récits d’exploits de vols provenant des soldats de la Première Guerre mondiale. Ces récits sont les raisons qui l’amena à explorer l’activité autour de l’aviation.


La double stigmatisation dans ce rêve: (etre noire et une femme) ne l’a pas découragée pour autant. Elle fixe son point de départ sur la France pour atteindre ses rêves et commença à étudier le français. En 1920, Coleman traversa l’océan avec toutes ses économies et le soutien financier de Robert Abbott, l’un des premiers millionnaires afro-américains. En sept mois, elle apprit à voler et, en juin 1921, la Fédération Aéronautique Internationale lui décerna un permis de pilote international. Fermement célébré lors de son retour aux États-Unis, les journalistes se manifestèrent en foule pour la saluer.

Coleman participait à de nombreux spectacles aériens au cours des années, entraînant des cascades palpitantes, encourageant d’autres Afro-Américains à poursuivre leur vol et refusant de se produire là où les Noirs n’étaient pas admis. Lorsqu’elle est décédée de façon tragique dans un accident d’avion le 30 avril 1926, l’écrivain célèbre et défenseur des droits égaux Ida B. Wells a présidé ses funérailles. Un éditorial dans le «Dallas Express» a déclaré: «Il y a lieu de croire que le public en général n’a pas complètement compris la portée de sa contribution aux réalisations de la race en tant que telle».