Avant l’arrivée des explorateurs européens, les chinois faisaient le commerce équitable en Afrique

Zheng He, également connu sous le nom Cheng Ho – un amiral chinois a mené une vaste flotte de 200 à 300 navires dans l’océan Indien en 1418. Wikipedia


Les échanges commerciaux étaient nombreux. D’un de ces voyages, il ramena une girafe du Malindi, un bourg swahili (actuel KENYA), qui fut considérée en Chine comme un exemplaire de l’animal légendaire Qilin. L’Afrique avait des choses que les Chinois voulaient: la médecine d’ivoire, les épices, le bois exotique et la faune exotique. Zheng He ramena lions, orynxes, nilganias, des zèbres et des autruches d’Afrique contre de l’or de l’argent, de la porcelaine et de la soie.

Les Chinois ne voulaient pas créer leurs propres bases permanentes dans le pays mais espérait plutôt faire de tout le monde des admirateurs de leur civilisation. C’est dans cet esprit que la marine chinoise n’a pas pillé,( contrairement aux européens) les Etats qui ont visité car Zheng He et l’empire MING ne chercheraient pas des esclaves ou de l’or ou de l’argent ou des épices.

Le Da Ming Hun Yi Tu, est la carte de Grand Empire des Ming (chine ancienne)
Créé en Chine en 1389, et montrant clairement la forme de l’Afrique, plus de 100 ans avant que les explorateurs européens et les cartographes ont atteint le continent. Le Da Ming Hun Yi Tu datant de 1389, qui est sans doute la plus ancienne carte du monde qui reflète fidèlement l’existence le continent africain.http://fr.wikipedia.org/wiki/Da_Ming_Hun_Yi_Tu (ci dessus une carte du monde établie par l’Amiral Zheng He)

PREUVE ARCHÉOLOGIQUE

Une équipe mixte d’archéologues chinois au Kenya et trouvé la pièce du 15ème siècle chinois en Mambrui – un petit village quelconque, juste au nord de Malindi sur la côte nord du Kenya.

«Ces pièces ont été réalisées uniquement par des émissaires de l’empereur, Chengzu, » le Professeur Qin. (Entre 1403-1424)

Puis, il y a quelques années, les pêcheurs au large de la ville portuaire kenyane de Lamu nord hissé du 15e siècle vases chinois dans leurs filets, et les autorités chinoises ont fait des tests d’ADN sur un certain nombre de villageois qui affirment ascendance chinoise.

Les tests semblent confirmer ce que les villageois ont toujours cru – que les navires de la flotte de Zheng He a coulé dans une tempête et les habitants d’équipage survivants mariés, ce qui signifie que certaines personnes de la région ont encore subtilement caractéristiques chinoises.

La chine commerçait avec l’Afrique avec respect et équité et n’a jamais voulu coloniser, exploiter les ressources minières ni prendre des esclaves en Afrique. contrairement aux occidentaux qui sont venus cent ans après…


Source: Afrikheperi.org