Cheveux crépu | En qualifiant les cheveux noirs de “laine”, de nombreux Blancs déshumanisent les esclaves

1444 : des Européens commercent sur la côte ouest de l’Afrique avec des gens portant des coiffures élaborées, dont des locks, des tresses et des twists.

1619 : Premiers esclaves amené à Jamestown, la langue africaine, la tradition et la culture des soins de toilette commencent à disparaître.

1700 : En qualifiant les cheveux noirs de “laine”, de nombreux Blancs déshumanisent les esclaves. Les coiffures africaines les plus élaborées ne peuvent pas être conservées.

1800 : Sans les peignes et les traitements à base de plantes utilisés en Afrique, les esclaves misent la graisse de bacon, le beurre et le kérosène, pour le traitement et le lavage. Les esclaves à peau claire, aux cheveux lisses se vendent plus chers aux enchères que ceux aux peaux plis foncées et au cheveux plus crépus. Internalisant la conscience de la couleur, les noirs encouragent l’idée selon laquelle les Noirs à la peau foncée et aux cheveux crépus sont moins attrayants et ont moins de valeur.

1865 : Fin à l’esclavage, mais les Blancs considèrent les femmes noires qui coiffent leur chevelure comme les femmes blanches, comme étant bien adaptées. Les “Bons” cheveux deviennent un prérequis pour entrer dans certaines écoles, certaines églises, groupes sociaux et dans les réseaux d’affaires.

1880 : Les peignes métalliques pour défrisage à chaud, inventé en 1845 par les Français, sont facilement disponibles aux États-Unis. Le peigne est chauffé et utilisé pour presser et temporairement redresser les cheveux crépus.

1900 : Madame CJ Walker développe une gamme de produits de soins capillaires pour cheveux noirs. Elle popularise le style press-and-curl . Certains la critiquent d’encourager les femmes noires à ressembler aux blanches.

1910 : Walker est présentée dans le Livre Guinness des Records comme la première femme Américaine à être une self-made millionaire.

1920 : Marcus Garvey, un nationaliste noir, exhorte ses disciples à adopter leurs cheveux naturels et à récupérer une esthétique africaine.

1954 : George E. Johnson lance le Johnson Products Empire avec la culture Ultra Hair Wave, un défrisant de cheveux “permanent” pour les hommes qui peut être appliqué à la maison. Le défrisant chimique pour femme apparaitra par la suite.