Non, les africains n’ont pas vendu leurs frères durant la période d’esclavage

L’une des manifestations les plus inconvenantes de la haine du “soi noir” est la croyance que, 500 ans auparavant, les Africains ont vendu d’autres Africains durant la période d’esclavage. On croit à tort que, après des milliers d’années de la grande et riche civilisation africaine, les Noirs se sont effondrés brusquement dans des conflits intestins et ont commencé à se tuer, en vendant leurs semblables à des étrangers à but lucratif.

VOICI EN FAIT CE QUI S’EST PASSE

Le fait est que les «explorateurs» portugais ont maîtrisé un modèle de conquête européenne de 6 000 ans. Ils ont délibérément créé des sous-groupes mixtes avec l’intention de les utiliser pour capturer et asservir les populations autochtones africaines.

En arrivant sur les îles du Cap-Vert à la fin des années 1400, des commerçants d’esclaves juifs ont enlevé et violé des femmes africaines, et les descendants mixtes, appelés lancados, ont été élevés sur les îles en tant que juifs européens, pratiquant le judaïsme et respectant l’autorité juive. Ces lançados ont été envoyés dans le continent africain pour mettre en place un «poste commercial» international pour commercialiser d’abord les tissus fins produits par les Africains. Ensuite, ils ont changé d’activité et ont commencé à vendre des êtres humains noirs.

Les lançados ont été strictement formés à l’activité familiale juive de l’esclavage. Ce sont ces demi-ricans mi-race, mixtes (ou mulâtres) qui ont infiltré les communautés d’Afrique noire, cherchant à satisfaire la convoitise européenne pour le travail noir.

L’historien Walter Rodney a décrit ces commerçants d’esclaves «AFRICAINS» ainsi: «Beaucoup de commerçants étaient des mulâtres, déjà liés aux Africains par le sang, et il y avait ceux qui étaient devenus si intégrés à la vie africaine qu’ils portaient des tatouages ​​tribaux.» parmi les Africains.


En savoir plus: Walter Rodney, Histoire de la côte de la Haute-Guinée, 1545-1800 (Oxford, 1970)

Tingba Muhammad, “Les commerçants d’esclaves africains nous ont-ils vendus?” L’appel final, le 14 juin 2012

Tingba Muhammad, “Echoes de M. Yakub après Patmos”, The Final Call, le 28 juin 2012.