Ruby Bridges, la première élève afro-américaine dans une école pour blancs

En 1960, elle fut la première élève «noire», afro-américaine à fréquenter une école de blancs en Louisiane, la Willliam Frantz Elementary School. Son intégration était une réponse à l’appel formulé par l’Association nationale pour la promotion des gens de couleur (NAACP) adressé aux parents afro-américains de laisser leurs enfants intégrer le nouveau système scolaire mis en place à la Nouvelle-Orléans.

Au départ, son père était réticent et c’est sa mère qui l’a convaincu qu’il était temps de faire changer les choses.

Pour son premier jour d’école, une foule d’adultes blancs, mécontente, l’attendait devant son école. Les parents ont retiré leurs propres enfants de l’école et tous les enseignants ont refusé d’enseigner tant qu’un écolier « noir » est inscrit, sauf une. Barbara Henry fut la seule enseignante blanche à accepter de l’enseigner. Elle était sa seule élève pendant toute l’année scolaire.
Face aux menaces de mort, de kidnapping et de torture que la famille Bridges recevait, le président Eisenhower envoya, le lendemain, quatre Marshall pour la protéger.

C’était le 14 novembre 1960, son premier jour d’école, ordonnée par le tribunal. Un événement commémoré par Norman Rockwell dans la peinture “Le problème que nous vivons tous avec” (publié en regard revue le 14 Janvier, 1964).

Une héroïne et son protecteur (Charles Burks)

Charles Burks, un des maréchaux qui ont escorté Bridges et sa mère à l’école témoigne :

“LE MATIN DE SON PREMIER JOUR À L’ÉCOLE PRIMAIRE WILLIAM FRANTZ À LA NOUVELLE ORLÉANS, LA MÈRE DE RUBY BRIDGES LUI A DIT: “MAINTENANT, JE VEUX QUE TU TE COMPORTES AUJOURD’HUI, RUBY, ET TU NE DOIS PAS AVOIR PEUR”. RUBY ET SA MÈRE SONT ALLÉES À L’ÉCOLE OÙ TANT DE GENS ÉTAIENT À L’EXTÉRIEUR, CRIAIENT ET JETAIENT DES CHOSES… ELLE SEMBLAIT SE SOUVENIR DES PAROLES DE SA MÈRE COMME ELLE ENTRA À L’ÉCOLE SANS MONTRER AUCUNE CRAINTE ».
CHARLES BURKS SE SOUVIENT DE LA PETITE FILLE QUI EST DEVENUE UNE HÉROÏNE: “ELLE A MONTRÉ BEAUCOUP DE COURAGE. ELLE N’A JAMAIS PLEURÉ. ELLE N’A PAS GÉMI. ELLE MARCHAIT TOUT AU LONG DU CHEMIN COMME UN PETIT SOLDAT. ET NOUS SOMMES TOUS TRÈS FIERS D’ELLE”.

Aujourd’hui, son histoire est adaptée au cinéma, mais aussi décrite dans des romans, œuvres de peinture…