Danièle Obono, élue députée de la 17e circonscription de Paris

Française d’origine gabonaise Danièle Obono a été élue députée de la 17e circonscription de Paris.

Son engagement politique commence dès le lycée avec pour objectif de barrer le chemin au Front National. Puis peu à peu elle se fraie un chemin comme une militante anti-capitaliste à ses 29 ans. 

 Le journal Libération en 2009, la décrit en ces termes:

«Du sang et des larmes»
Coupe afro et drapeau imaginaire des «Etats-Unis d’Afrique» sur son tee-shirt, Danièle Obono ne passe pas inaperçue. On la prendrait presque pour une nouvelle militante… Raté. Déjà LCR avant d’être NPA, elle y a débarqué via l’altermondialisme. Marquée par les manifs contre l’OMC à Seattle, présente lors du sommet des futurs Vingt-Cinq à Nice, elle prend sa carte à la Ligue en 2004. Son engagement militant : «Du sang et des larmes, plaisante-t-elle. Une maladie incurable avec laquelle il faut apprendre à vivre.» Rien que ça. Réunions tous les lundis, puis conseil exécutif tous les deux mois… Ajouter à cela une thèse à finir : pas évident pour cette chargée de travaux dirigés de se faire un ciné de temps en temps. Mais si c’est pour «changer le monde», ça vaut le coup. En tant qu’ancienne de la Ligue, elle estime qu’il faut «désapprendre certains fonctionnements plus rigoureux qu’on avait entre trotskards». Désormais, elle part «differ» (distribuer des tracts) dans les quartiers. Tenter de reconquérir un terrain laissé en déshérence par la gauche.

Des années ont passé et aujourd’hui, nous la retrouvons à 36 ans  première député de la France insoumise à remporter une circonscription à Paris lors des élections législatives 2017 battant la candidate la candidate de la République en Marche.

 Militante altermondialiste, féministe et antiraciste. Danièle Obono est porte-parole nationale de la France insoumise dont elle a coordonné la collection des livrets thématiques. Bibliothécaire, chercheuse en anthropologie sociale, elle est aussi politiste spécialiste en études africaines. Membre de la LCR puis de la direction du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) avant de rejoindre le Front de gauche, elle a fait partie du conseil national de la campagne présidentielle de 2012.
La même année, elle s’était présentée comme suppléante dans la circonscription qu’elle vient de remporter.

Source: 20 minute.fr