Le Christ est la racine du mot christianisme, dérivé du medu neter Krst signifiant “Corps Embaumé”

En terminologie, le Christ est la racine du mot christianisme par l’homonyme de Jésus-Christ , lequel derive du medu neter Krst signifiant “Corps Embaumé”, lui-même dérivé du medu Neter “Kasu” qui désigne un Lieu de sépulture ” ainsi que le nom de la métropole du 14ème nome méridionale de la Vallée du Nil
Krst deviendra tard Kristos, fusionné avec la langue grecque, lequel se traduira par «Oint», signifiant frotter avec de l’huile (une partie du processus de momification) puis traduit par «renaître», toujours basés sur le mythe d’Osiris ou la religion osirienne (Harper, 2004).
••••••••
MESSIE (Étymologie)
En 1883, Gerald Massey, dans son livre «The Natural Genesis» explique et relie le Messie, à Oint et au Christ comme suit:
“La véritable racine du nom ‘Messie’ est le “Mes” égyptien, qui désigne la Naissance et la Renaissance, tout comme le mois Mesore (Wep-Renpet / Tsmt -Ra / Mesore) consacré à Horu a été nommé d’après la renaissance d’Horus l’Enfant.
En Égypte, le Ra, le “Repa”, le Prince ou l’Héritier, était le Messie par le nom et par la Nature, tout comme le Messiu/Messui, le représentant de Ra, le toujours vivant, était dans sa continuité par la transformation en Enfant, le Messie toujours-venant, ainsi le Messie de la Christologie et de la prophétie supposée, était le manifestant qui renaîssait à jamais dans le Temps.
Le Mes était donc cyclique et dépendait entièrement de l’accomplissement des cycles du temps, où le “Ra”et le “Repa” étaient les représentants de cette manifestation dans le Temps, comme les personnifications du Mesiu divin ou Solaire dans les deux aspects du Père et du Fils.
Le Messie est donc celui qui renaît selon le cycle du Temps mais la genèse Naturelle doit être tracée au-delà de l’aspect symbolique lorsque le premier Messui renaît à la Puberté qui est la forme la plus ancienne du mâle Oint.
L’Oint ou le Krst n’a pas commencé par l’huile versée sur la Tête, le premier type Masculin du prophète était Oint par la Nature dès la puberté avant celui fait par l’Homme.
Comme je l’ai expliqué précédemment, le premier mode d’Onction artificiel est celui de l’Afrique Intérieure, où l’onguent était composé d’ocre rouge mélangé avec de la graisse ou de l’huile et dans l’un des chants Hottentotes, il y a une allusion à l’ocre rouge de l’Onction, ce qui est en fait opposé à la source faite de Chair,
Les Hottentots avaient aussi une certaine image ou un dieu fétiche que leurs Femmes avaient l’habitude d’Oindre en se couvrant la tête d’une sorte de terre rouge et de buchu ou d’herbes odorantes. C’était leur Messie typique;
Et nous apprenons par la Pensée et l’Expression égyptienne que l’Onction ou le Revêtement avec l’ocre rouge était un mode symbolique de Réflexion, C’est également de cette manière que Ptah a renouvelé son Esprit pour sa Renaissance dans l’Utérus du monde souterrain et ici la terre Rouge représentait l’argile Humaine ou “adamique”, en ce sens que les Femmes hottentotes imitaient la Nature en donnant Naissance à l’Enfant donc au lieu d’appeler le sauveur à venir, ils ont promulgué la Renaissance du Mesi dans le processus de la Réflexion ou comme il est venu à être appelé dans l’Onction ou l’Embaumement.
Les Égyptiens avaient découvert comment conserver le cadavre intact avec la chair sur le Corps, portant ressemblance avec la Vie, par lequel l’art avait remplacé la Réflexion des Os couverts à l’ocre rouge dans le stade Antérieur.
Cet embaumement du défunt était appelé «Karas», où le “Sah”(momie) embaumée Renaîssait par ce processus conservateur, lequel était placé dans le tombeau pour attendre la Renaissance dans la vie Spirituelle dont la momie-type est venu à être nommée Karast ou Krust [christ] mais aussi Shebti ou Ka, une image double de la Renaissance.
Ce type d’immortalité ou de continuité était l’Oint, le Messie, le Karast ou le Krust (Christ) qui dans l’application ultérieure de l’onguent ou de l’huile, était littéralement graissé, tout comme le Mes, la racine du Messie, signifie également Oindre, Engendrer et donner Naissance.
La Mère, le Krst original était Ointe avec son propre Sang de Naissance comme l’incarnation de l’Enfant ainsi l’extrême Onction primaire s’appliquait à la Naissance, tandis que le Messie était l’Oint de la Renaissance ou de la Puberté, où le Mâle viril était le Messie Naturel ou l’Oint des mystères Totémiques.
Christ l’Oint n’est autre que l’Osiris-karast, où la momie ou le Karast est montée sur ses pieds comme l’Osiris-Sahu qui était le Christ prototype »
•••••••••
Wallis Budge, dans son livre sur la momie, dit à ses lecteurs que le mot égyptien pour la momie est Kes, ce qui signifie à envelopper en bandages, lequel est aussi une forme réduite ou abradée d’un mot antérieur, Karas.t dont le mot original écrit en medu Neter est [Krst] , d’où dérive Kas signifiant embaumer, bander, nouer la momie ou le Karast. (Birch, Dictionnaire des Hiéroglyphes, pp. 415-416).
••••••••
KASU (Etymologie)
En 1907, Massey discute de l’origine du terme Karas comme suit:
«Le mot Krs désigne l’embaumement de la momie, et le mot Krst , comme la momie elle-même, qui a été faite dans le processus de Préparation par la Purification, par l’Onction et l’embaumement, le Karas était donc le Corpus Christi Osirien, préparé pour l’enterrement comme les morts étendus, devant le Karas.t par le Nom.
Lorsqu’elle était levée sur ses pieds, elle devenait la momie ressuscitée ou le Sahu dont le lieu de l’embaumement était également appelé Krs, ainsi le processus de fabrication de la momie était à Karas, le lieu dans lequel il était posé se nommait le Karas , et le produit était le Krst , dont l’image était la momie debout = le Christ ressuscité, d’où le nom du Christ moderne, du Christos en grec et du Chrestus en latin signifiant Oint.
Le terme “Krs”, est aussi venu à signifier Sarcophage et Enterré
“Karas signifie aussi la Sépulture, et le mot se modifie en Kas ou Chas, Kasu le «lieu de sépulture» était également le nom du 14e Nome dans la Haute-Egypte, où un dieu Kas est mentionné trois ou quatre fois dans le livre des morts comme ceci: «je suis le dieu Kas qui est dans le Tuat», lequel était un titre de la momie Osirienne dans l’habitation funéraire et dans un autre passage Kas est décrit comme le Libérateur ou le Sauveur de tous les besoins Mortels.
Dans le chapitre de «l’élévation du corps» il est dit du Défunt qu’il avait faim et soif (sur Terre), mais qu’il n’aura plus faim ni soif, car «Kas le délivre», c’est-à-dire dans la Résurrection. Ici, le nom du dieu Osiris-Kas, donne Osiris le Karast ou le Christ égyptien.
Le cercueil portait l’équivalent hiéroglyphique du KRST qui fait le lien avec le mot grec Christos, Messie ou Christ, et maintenant pensez ce que vous voulez ou croyez ce que vous pouvez, mais il n’y a pas d’autre origine pour le Christ l’oint que «Horus le Karas, le fils oint de Dieu le père », ainsi le mystère de la momie est le mystère du Christ » (Gérald Massey)
Hotep

 

De Dawdi Uchiwa