L’ORIGINE DU LANGAGE UNIVERSEL

Plus on étudie les différentes langues et les différentes sous-famille de Langues dans le Monde, plus il devient plus clair en plus clair, qu’il y avait à l’origine une Langues-Mères qui a été divisée en différentes Langues et qu’elle était Afrikaine

SOCRATE: «La variété illimitée des sons n’étaient autrefois perçue que par un “dieu” ou peut-être par un homme divin lui-même. Vous savez, l’histoire raconte qu’il existait une telle entité en Egypte appelée Taút (Toth) et que ce fut lui qui à l’origine avait discerné l’existence dans cette variété illimitée, non pas dans les voyelles uniques mais dans les «voyelles» au pluriel, ainsi que dans beaucoup d’autres choses, qui même si elles ne pouvaient pas être appelées “sons articulés par les Hommes, étaient pour lui des bruits inaudibles du même genre.

Il y avait aussi un certain nombre d’autres voyelles , non pas dans une seule, ni deux mais dans une troisième classe qui aujourd’hui est discriminée et que nous appelons maintenant les sourdines, après avoir fait cela, Taút a divisé les voyelles audibles et les muettes jusqu’à ce qu’il obtienne des sons sans bruit, ouïe seulement par lui-même même, pour ensuite faire la même chose avec les autres voyelles et les sons intermédiaires, où finalement il a trouvé un certain nombre de choses, qu’il a fixé à l’ensemble de la collection, comme à chaque membre unique de celle-ci, auxquelles, il a donné le nom de «Lettres».
Ce fut parce qu’il avait réalisé qu’aucun d’entre nous, ne pourrait jamais connaître la collection choisie par lui-même, indépendamment de tout le reste, qu’il a conçu les «Lettres» comme une sorte de lien de l’unité, unissant pour ainsi dire tous ces Sons en un seul, et il qu’il fit entendre l’expression «des Arts et des Lettres », ce qui implique qu’il y avait un art qui traitait avec les Sons»
•••••••••
PLATON dans «Philebus» [18-b, c, d]
Le Theuth égyptien [Thoth, Tehuti] a été le premier à observer «l’infinité de Sons» qu’il a ensuite divisé en trois catégories distinctes: les Vibrations régulières (hautes) • les Vibrations aléatoires (bruit) • les Vibrations sourdes (absence de son), il a ensuite isolé les éléments individuels du Son dans chacune de ces catégories, jusqu’à ce qu’il connaisse le nombre exact d’entre eux
Theuth [Thoth, Tehuti] est le découvreur de la notion des Lettres dont chaque Lettre individuelle est une Image de son propre Son qui sonne comme une Musique Visuelle, indicatif de l’unité de la Parole et de l’Écriture, à savoir, non seulement le Son mais aussi la forme, où chaque «Lettre» est une unité originelle qui se compose de ses modèles Vibrationnels Uniques»
••••••••
PLOTIN dans l’Ennéades [Vol. V-6],
«Les hommes sages de l’Égypte, soit par la connaissance scientifique ou de façon innée, lorsqu’ils voulaient signifier quelque chose à bon escient, n’utilisaient pas les formes de Lettres qui suivaient l’ordre des Mots et de leurs Propositions qui imitaient les Sons et les Énonciations des déclarations Philosophiques, mais plutôt les images inscrites dans leurs temples dont chaque Image particulière était associée à chaque chose particulière, et où chaque Image était une sorte de Connaissance d’une sagesse et à la fois un objet de Déclarations, qui tous ensemble formaient Un, et non pas un Discours ou une Délibération» .

C’est la raison pour laquelle, même aujourd’hui, la plupart des chercheurs occidentaux modernes et les linguistes Afrikains, affirment explicitement ou implicitement que les formes cursives, et le mode pictural de la Vallée du Nil établi à partir d’une ou plusieurs Langues Afrikaines sont à la Source, des plus anciens formulaires d’imagerie alphabétique dans le monde et qu’il se pourrait que Tehuti ait cherché à faire coïncider un langage à la base consonantique (Clics) avec toutes les autres formes de Langues-Mères sur la Terre-Mère, afin de les conceptualiser dans une série d’images véhiculant des significations Conceptuelles et non pas des “Valeurs Sonores Individuelles” ,

Hotep.

 

De Dawidi Uchiwa