Cour Pénale Internationale, Racisme, Impérialisme et Néocolonialisme! – Par Yves Kouotou

Si Alassane Dramane Ouattara, l’humanoïde génocidaire avait été réellement élu en 2010 Président de la République de Cote-d’Ivoire, Sarkozy, le roitelet ex-élyséen n’aurait jamais eu besoin de voler à son secours, les forces françaises de la “Licorne”, ni celles de l’ONUCCI ne seraient jamais intervenues dans ce qui était simplement une crise post-électorale, comme c’est parfois le cas dans beaucoup de pays du monde entier… Le parti Socialiste et l’UMP, tous les deux, grands partis de gouvernement français, ne vont pas me démentir sur ce sujet !

Les urnes, pour révéler leurs secrets, n’ont pas besoin d’armes. Elles ne trichent pas, encore moins qu’elles ne sauraient mentir !
Depuis quelques jours, se déroule l’audience de confirmation des charges contre Laurent Gbagbo, Président de la Cote-d’Ivoire et les premières déclarations de la défense, méthodique, cinglante et bien dans son élément, car maitrisant son dossier, pose le problème même de la légitimité de ce procès, de l’irrecevabilité de la procédure… Et on se pose par là même, la question de savoir ce que Gbagbo fait là.
Plus d’une fois, le monde s’était rendu compte que la France, lors du dernier quinquennat et bien avant ça, avait un agenda particulier, à travers celui qui était à l’époque son chef de l’état, à savoir Nicolas Sarkozy.
N’étant pas directement partie prenante dans le conflit ivoiro-ivoirien, on pouvait se satisfaire aisément des arguments des uns ou des autres, sur qui avait gagné les élections présidentielles ou pas, jusqu’à la prise de position déterminante de l’ex-président français en faveur de son ami Ouattara. Voilà où commence l’implication de toutes les bonnes consciences, de tous ceux épris de justice, ou encore de ceux qui comme moi pensent que les lois internationales sont là justement pour garantir l’indépendance des peuples, la souveraineté des états.
La Cour pénale internationale est une juridiction permanente chargée de juger les personnes accusées de génocide, de crime contre l’humanité et de crime de guerre… En vertu du principe de subsidiarité, les États conserveront à titre principal la responsabilité de poursuivre et juger les crimes les plus graves : la CPI ne sera compétente qu’en cas de défaillance ou de mauvaise volonté des États.
La lecture de ce paragraphe me rappelle ce qu’est la Cour Pénale Internationale et ses prérogatives. Alors ma question est la suivante, pourquoi peut-elle être compétente pour juger Laurent Gbagbo et pas ceux avec qui il était co-cité dans le même mandat issu par la même cour ? Je pense évidemment à Blé Goudé ou à Simone Gbagbo entre autres.
Dans le même ordre d’idées, si la Cote-d’Ivoire d’Alassane Ouattara avait rendu un jugement de défaillance ou de mauvaise volonté en ce qui concerne le Président Gbagbo en le transférant à la CPI, elle ( La Cote-d’Ivoire d’Alassane Ouattara ) se rend donc coupable de légèreté cette fois-ci, de deux poids deux mesures, d’acharnement sur la personne de Gbgbo et d’énième assassinat du peuple ivoirien, en n’appliquant pas la même règle à tous ceux accusés des mêmes crimes et délits que le Chef de l’État Gbagbo…

Le discours de “Dakar” de François Hollande, l’actuel Chef de l’État français nous avait fait espérer un assainissement des rapports entre les pays africains ayant des liens historiques avec la France et cette France là; la fin de la France-Afrique, des magouilles… Mon doute est énorme, car l’épisode Centrafricain où le gouvernement français avait envoyé son armée sous le prétexte de protéger ses ressortissants, quand in fine, cette force avait plutôt servi à apporter son soutien à un Président qui était contesté ( Bozizé ) et le maintenir au pouvoir est là pour conforter ce doute. Il y a eu aussi la crise malienne et ailleurs, l’entêtement de François Hollande à soutenir les terroristes tueurs d’enfants et de femmes Syrie…

J’aurai voulu en son temps que la France envoie ses troupes pour rétablir l’ordre démocratique aux USA, quand George Bush junior était accusé d’avoir truqué les élections présidentielles ou qu’elle le fasse en Russie récemment quand la victoire de Poutine était contestée. C’est clair donc que la France utilise son ascendance militaire, politique et économique pour mater et piller les nations les plus faibles, en imposant chez eux son desiderata… Avec ça, on aura compris que le procès de Gbagbo, par delà même sa présence à La Haye est illégal et qu’il faut un certain courage politique de la part de la France, des USA et bien d’autres nations pour qui la CPI n’est qu’un instrument leur permettant d’asseoir leur domination, pour dire stop à cette parodie de justice et libérer Gbagbo et tous les autres prisonniers politiques. C’est de la que viendra la paix en Cote-d’Ivoire et un avenir pour tous ses enfants !

Par ailleurs, les grands médias français s’étaient fait les relais de la campagne génocidaire de Sarkozy en Cote-d’Ivoire, mais depuis l’ouverture du procès, on les entend moins à ce sujet… Ils ont peur d’être rattrapés par leurs mensonges, leurs propagandes et le parti-pris de leurs éditoriaux dans un conflit quand la déontologie du journaliste commande la neutralité !
Justice must prevail !

 

Lire Aussi: 

Lien: SIMONE GBAGBO | CETTE ÉLITE AFRICAINE QUI SE DISPERSE