Le terroristes ne sont peut-etre pas ceux que l’on croit : ATTENTAT A LONDRES – LA PROPHETIE

“Les gens qui veulent frapper la Syrie porteront une lourde responsabilité si nous subissons une attaque à Londres comme celle de Paris. Pour ma part ils auront notre sang sur les mains.”


Ces paroles prémonitoires ont été prononcées le 28 novembre 2015 par une jeune Anglaise qui participait à une manifestation organisée dans le cadre du mouvement “Stop The War” (Stop à la guerre) contre l’intervention britannique en Syrie. On était alors devant la porte No. 10 de Downing Street, le lieu de travail du Premier Ministre, qui était à l’époque David Cameron.

Aujourd’hui, un an et demi plus tard, la prémonition s’est réalisée. Ce qui signifie que la cause a entraîné la conséquence. En d’autres mots, ceux qui pensent que les gros gentils Européens se sont encore fait attaquer par les gros méchants de l’Etat Islamique feraient mieux de se réveiller rapidement de leur naïveté. Les véritables victimes de cette barbarie terroriste sont les pauvres populations innocentes, mais on ne le dira jamais assez, tout ceci n’est que le retour sur investissement du chaos causé par le système qui les gouverne.
En 2013, le pays avait déjà refusé une première intervention militaire sur les lieux, mais au début du mois de décembre 2015, le parlement a fini par voter, après de très vives discussions qui ont duré 10 heures, à 223 voix contre et 397 pour les bombardements au nom de la “paix” et de la “démocratie”. Or il est très naïf, voire très grossier de penser qu’il est possible d’aller larguer des bombes à l’Est sans qu’il n’y ait une contre-réaction vers l’Ouest.
Le sir Jeremy Corbin, leader de l’opposition et chef du Parti Travailliste (le Labour Party) s’en était bien rendu compte et avait anticipé le pire en s’opposant farouchement au projet de Cameron. Dans une rédaction de RFI du 26 novembre 2015, on peut retrouver ce message qu’il lança à l’adresse de ses pairs:
“ll ne fait aucun doute que Daech constitue une menace pour notre peuple. Mais la question maintenant est de savoir si étendre nos frappes à la Syrie va réduire ou accroître cette menace.”
Une chose est claire: l’hostilité à un énième engagement armé de la Grande-Bretagne fut vive à l’échelle nationale. Même le très célèbre quotidien , deuxième journal le plus lu du pays après , avait publiquement exprimé sa désapprobation. Mais rien n’y a fait. Le Royaume Uni et l’Europe se sont invités au Moyen-Orient; et aujourd’hui, le Moyen-Orient s’est invité en Europe et au Royaume-Uni. La mort rode désormais partout. Elle déjeune avec nous tous les matins et nous guette patiemment à chaque rue piétonne, simples passants que nous sommes.

QUI ARME LES “TERRORISTES”?
Là où ça devient intéressant, c’est que les Européens et avec eux les USA réussissent l’exploit extraordinaire de faire croire à la version idiote selon laquelle la volonté d’étendre le Khalifat islamiste en Occident serait le (seul) motif des frappes récurrentes de Daesh sur leur territoire. C’est une vision fausse dénuée de pragmatisme qui a pour seul but de détourner des questions véritables : les enjeux politiques et économiques. En gros, on fait comme si on se trouvait dans un manga de super-héros japonais avec les gentils Occidentaux civilisés d’un côté, et les barbares Orientaux de l’autre.
C’est une approche qui refuse de tirer les bons numéros, ceux qui font avancer, par exemple:
Qui fabrique les armes avec lesquelles se bat Daesh? A qui les vend-il ? Par quel miracle est-il possible qu’une entité relativement minuscule ne soit jamais à cours de munitions alors qu’elle combat contre les plus puissantes nations du globe, et ce depuis plusieurs années?
Toute personne qui, au lieu de se pencher sur ces interrogations de fond, préfère crier à la justice du bon Occidental judéo-chrétien face au terroriste arabo-musulman, tournera en rond éternellement, un peu comme sur la ridicule “indépendance” des pays Africains autour des années 60.
Dans le cas du Royaume Uni, le journal révélait en septembre 2016 que sur les 50 pays actuellement en guerre dans le monde, la Grande-Bretagne a vendu des armes à…39, autrement dit, à 78% d’entre eux (!!!). Et de façon globale, une analyse similaire ressort du rapport de l’ONG Amnesty International, relayé notamment par le quotidien français , selon lequel les armes retrouvées aux mains des combattants de l’Etat Islamique proviennent de 25 pays Européens différents. La messe est dite.
Méfiez-vous donc de ceux qui pleurent des attentats qui se répètent de plus en plus sur leur sol. Ils ont été les premiers à embaucher l’Ange de la Mort en distillant leur arsenal militaire aux quatre coins de la planète pour se faire de l’argent. La seule différence, c’est qu’à ce moment là, il n’y avait pas de photos, pas d’édition spéciale, pas d’images d’hôpitaux bombardés par ces armes, ni des transactions pétrolières louches. On ne vous a rien montré, sauf ce qu’il fallait pour que l’émotion et la compassion l’emportent.

CE QUIL FAUT RETENIR
Cette analyse n’a rien à voir avec une quelconque haine de l’Occident comme l’affirment les faibles d’esprit, mais n’est qu’une volonté de restaurer les faits dans leur contexte pour que triomphe la vérité. D’ailleurs, si vous demandez à la patronne du Parti de gauche en Allemagne (De Linke), Mme Sarha Wagenknecht, elle vous rétorquera sans sourciller que les guerres actuelles ne sont rien d’autre que des “Ölkriege” (Guerres du pétrole) habillées du manteau de la démocratie. Et sur la vente d’armes mentionnées plus haut, voici la conclusion amère tirée par Andrews Smith, un porte parole du CAAT (Control Against thé Arms Trade), qu’on peut retrouver sur le site mywelkit. com
“Ces chiffres terribles montrent bien l’hypocrisie de la politique étrangère du Royaume-Uni. Le gouvernement nous dit toujours être dans la promotion et la défense des droits de l’homme et de la démocratie mais dans le même temps, arme les régimes les plus répressifs de la planète. L’impact des ventes d’armes au Yémen est clairement visible : les avions et les bombes que nous avons vus sont de fabrication anglaise.”
Et il ajoute:
“Ces pays n’achètent pas que des armes, ils achètent également un support politique et une légitimité. Comment le Royaume-Uni peut-il défendre les droits de l’Homme et profiter de la manne financière de ces pays ?”
En conclusion, disons aussi sans sourciller que les terroristes se trouvent dans les deux camps. Les uns sont en cravate et bombardent dans le noir et sans photos; les autres agissent en plein jour et revendiquent le crime même quand on ne les a pas vus. Et puisque les premiers sont ce qui a causé les seconds, la meilleure solution pour faire cesser les attentats serait donc de revenir aux origines, aux embryons primordiaux du terrorisme mondial (Ventes d’armes pour faire fonctionner l’économie, guerres artificielles pour le pétrole, enjeux géopolitiques etc…) afin d’empêcher cet effet boomerang qui grandit chaque jour. Dans le cas contraire, nous perdrons notre temps. Les attentats vont augmenter dans les mois à venir.

Ekanga Ekanga Claude Wilfried, 24 mars 2017