Le moyen le plus sûr de conquérir un Peuple est d’éliminer son Intelligentsia (classe intellectuelle) – Par Dawidi Uchiwa

Le moyen le plus sûr de conquérir un Peuple est d’éliminer son Intelligentsia (classe intellectuelle), la classe Dirigeante, les Artisans, en un mot, l’Élite de la Société.

Ensuite, après avoir tué ou capturé et mis en esclavage l’intelligentsia, le reste des masses devient alors impuissante, confuse, désordonnée et désespérée, laquelle devient ainsi une proie facile pour ceux équipés d’armes à feu et non plus de flèches, d’arcs et de Lances.

« Les tactiques pour diviser, pour gouverner ou dresser une tribu contre une autre sont quant à elles, toujours non-dites dans nos manuels scolaires, y compris les cas, où les rois, les chefs et leurs proches étaient éliminés et l’élite une fois éliminée, il ne fallait qu’une seule génération (25-30 ans) de harcèlement de leur civilisation pour qu’elle soit totalement Anéantie » .(hoschild : les fantômes du roi Leopold)

C’était un scénario macabre, où les Médecins, les Ingénieurs, les Arpenteurs, les Prêtres, les Professeurs, etc. étaient tués dont les survivants s’enfuyaient pour sauver cher leur Vie et parce qu’ils étaient en fuite, ils n’avaient plus la possibilité de pratiquer leurs Arts, leurs Métiers, leur Architecture et toutes leurs Sciences en Général .

Après leur fuite en quelques années, en raison de ce macabre harcèlement menant à l’épuisement, à la Famine, au Stress et donc à la sensibilité à certaines Maladie, au fil du temps, ils n’ont plus été en mesure de transmettre correctement leurs Compétences aux Générations suivantes, ainsi, même une Civilisation qui avait duré plusieurs milliers d’années, pouvait être anéantie en une seule Génération

« Ce scénario, en même temps, explique pourquoi, les traces des Gens qui se sont enfuis devant ceux qui ravageaient le Continent, indiquent que les dernières communautés à passer à travers ces régions, étaient les peuples Masai, Iteso, Akarimajong, Bahima, Batutsi, etc qui fuyaient déjà les envahisseurs européens et asiatiques d’Afrique du Nord » (Basil Davidson: les villes perdues d’Afrique) ,

« Pour échapper et se cacher des envahisseurs, de nombreux Africains, y compris l’élite, ont dû se réfugier dans des zones généralement inhospitalières comme les Marécages, les Forêts ou les Grottes et c’est sur quelques-uns de ces gens devenus « Sauvages », que les explorateurs et les éminents historiens eurocentriques ont pu se permettre d’affirmer que les Africains dormaient pendant des milliers d’années jusqu’à ce qu’ils soient réveillés par des Étrangers » . (Chancelier Williams)

Voilà comment les ravages de l’esclavage et de la colonisation suite à leur conquête, ont créé un obscurcissement dans l’histoire des Enfants de l’Afrique.

Hotep