Cote d’Ivoire | Il chasse les parents de Gbagbo et reprend la maison qu’il’avait offerte à l’ex-président L Gbagbo

Vous êtes vous un jour demandez pourquoi recevez vous des cadeaux ou pourquoi en faites vous?

Que vous le sachez dès à présent, aucun cadeau n’est anodin. Il a pour but de créer une charge émotionnelle en fonction des générations, de la place qu’on désire occuper dans la vie du receveur.

Sur le plan psychologique, « en principe, nos cadeaux sont des témoignages d’amour, selon le psychanalyste Samuel Lepastier. Une nourriture affective qui trouve son prototype dans le don de nourriture de la mère à son enfant. Le cadeau réussi est par conséquent celui qui, de la même manière, satisfait le besoin le plus intime de la personne qui le reçoit. » En réalité, « donner, c’est prendre, poursuit la psychologue Maryse Vaillant. C’est une idée qui choque notre imaginaire  où le don se doit d’être gratuit et désintéressé. Mais, comme dans le potlatch de Mauss (1), nous mettons notre bénéficiaire en position de débiteur. Nous attendons en quelque sorte un retour sur investissement. A ce titre, ceux qui donnent le plus sont souvent ceux qui ont tendance à se plaindre de l’ingratitude des gens. » Sous des dehors généreux, nos cadeaux seraient donc, avant tout, des demandes d’amour.

Vu sous cet angle, nous comprendrons peut être pourquoi Thomas Bosson essayerait de rentrer en possession de la maison offert à Laurent Gbagbo en 2005.

Il chasse les parents de Gbagbo et reprend la maison qu’il’avait offerte à l’ex-président

D’après le site imatin.net Un opérateur immobilier avait offert une villa à l’ex chef d’Etat Laurent Gbagbo. Il lui a fait ce don, le 27 décembre 2005, lors d’une cérémonie d’inauguration d’une cité en construction à Bingerville. Thomas Bosson c’est son nom. Celui-ci a expulsé la famille de Gbagbo qui occupait cette villa. Une maison que cet opérateur immobilier occupe lui-même aujourd’hui.

Des parents et proches de Laurent Gbagbo ont été mis dehors. Ils ont été expulsés de la maison qu’ils occupaient la crise postélectorale en 2011. Une ville située à Bingerville, ville périphérique d’Abidjan.

Cette maison avait été offerte à Laurent Gbagbo par Thomas Bosson, un opérateur immobilier. Celui-ci réclame aujourd’hui sa maison. Il a donc expulsé les proches de l’ex-président ivoirien, et occupe la maison autrefois offerte à Gbagbo.

De leur côté, les proches de Gbagbo vivant dans la maison, se sentent impuissants. Ils sont livrés à eux même et abandonnés par la famille FPI et de ceux qui se revendiquent d’être pour la combat mené par Gbagbo.

(1) potlatch de Mauss