QU’EST-CE QUE L’EUROCENTRISME ?

L’Eurocentrisme est un courant philosophico-historique, qui consiste à faire de l’Europe et en particulier la Grèce antique, le berceau de l’éclosion du génie intellectuel de l’humanité, (courant aussi appelé “Modèle Aryen” par certains historiens occidentaux) qui s’appuie sur le modèle Sémitico-centrique qui vise à son tour à faire du Proche-Orient, le berceau de naissance de l’humanité, de la spiritualité et du savoir.

L’Eurocentrisme fait de la Grèce Antique qui pourtant ont admis qu’ils avaient pris tout leur savoir en Afrique ( mathématique, philosophie, architecture, démocratie), le berceau des disciplines de l’histoire de l’humanité, et qui fait la fierté des occidentaux afin de trouver des justifications historiques de leur main mise sur les richesses de ce continent

Ce modèle fait la negation systématique du génie intellectuel Africain et consiste à maintenir dans l’esprit du public la vision d’une Afrique sauvage, non civilisée et sous-développées qui sert éternellement de justification au paternalisme moralisateur de l’occident.

L’ Eurocentrisme évite de mentionner les écrits valorisants des explorateurs étrangers ayant visité l’Afrique peu importe la période et à nier l’origine Africaine des anciens Egyptiens dans leur média (documentaires, TV, articles de presse, ouvrages historiques, sites web)

Ce modèle consiste à nier ou à travestir les écrits des Grecs anciens, des Arabes anciens et des témoins visuels reconnaissant l’origine Africaine de cette Civilisation

L’Eurocentrisme consiste à trafiquer les documentations historiques, à falsifier les datations, les fresques murales, multiplier les erreurs de traduction, à éviter de divulguer les vrais résultats des fouilles archéologiques afin de placer continuellement la Mésopotamie avant l’Afrique pour les découvertes cruciales comme les inventions de l’écriture, des mathématiques, de l’astronomie, etc…).

Ce modèle consiste à ne jamais dévoiler les résultats des colloques internationaux de confrontation de thèses historiques et scientifiques entre chercheurs panafricains et occidentaux, à passer sous silence l’existence des rapports en défaveur des thèses historiques occidentales et à ne jamais inviter un chercheur non-occidental à un débat public sur l’histoire de l’humanité car il risquerait de dévoiler leurs subterfuges.

L’Eurocentrisme consiste à ne jamais inviter un historien panafricain, à injecter artificiellement dans les consciences panafricaines, le souvenir d’une Afrique sauvage, perpétuellement asservie, à la dérive, civilisée par l’occident et sans avenir, à mettre à profit l’ignorance des Noirs vis à vis de leur propre histoire pour les maintenir éternellement dans la servitude.

Ce modèle consiste à ne jamais faire la promotion d’un ouvrage émanant d’un auteur Panafricain présentant l’Afrique de façon positive et Pragmatique mais à contrario médiatiser tous les auteurs Africains qui dévalorisent le continent ou ses ressortissants pour faire en sorte que les personnes d’ascendances Africaines culpabilisent au point d’attendre leur salut de l’extérieur.

L’Eurocentrisme consiste à nier l’héritage spirituel de l’Afrique “Noire” et à forcer les Africains a ne percevoir leur salut que dans l’au-delà, par le biais exclusif de Dieux et de prophètes étrangers voire même d’extra-terrestres, qu’ils prieront avec dévotion et naïveté.

Ce modèle consiste à travers les ouvrages historiques destinés aux Enfants, à Présenter des caricatures de personnages Noirs exclusivement en position servile même s’il s’agit de civilisations implantées en Afrique et à préférer montrer des décors précaires (huttes en paille) aux grands empires Noirs comme lieu de déroulement dans ces illustrations

L’Eurocentrisme consiste à passer sous silence les cours Royales des grands Empires , la chevalerie Africaine précoloniale et le prestige international des civilisations Africaines

En conclusion, ce système consiste à avoir une attitude ethnocentrique qui valorise ou se réfère exclusivement aux normes européennes pour comprendre ou évaluer les civilisations Africaines, en utilisant des noms différents, en parlant par exemple de mythologie pour religions gréco-romaines ou d’animisme pour les spiritualités Africaines même lorsque l’on parle des mêmes choses et des mêmes réalités parce qu’ils ne peuvent tout simplement pas concevoir que leurs glorieux prédécesseurs aient pu avoir un système philosophique, proche de celui des Dogon du Mali

source: J.P Omotunde

Hotep

Par Dawidi Uchiwa