Malika, super-héroïne africaine du nigérian Roye Okupe, va-t-elle conquérir le cœur des lecteurs ?

malika-poster4-696x985

Afrique de l’Ouest. XVe siècle. Malika, enfant prodige devenue reine et capitaine d’armée, s’efforce de maintenir la paix au sein de son royaume d’Azzaz. Mais des ennemis acharnés cherchent à la déstabiliser à tout prix.

Femme, noire, agile de l’épée, Malika est le dernier personnage créé par Roye Okupe, un animateur-graphiste-scénariste basé près de Washington. Pourquoi créer une héroïne féminine et noire ?

« Je pense qu’on a tous besoin, surtout les petites filles, qu’une reine forte et puissante – et je ne parle que de sa force physique – soit représentée. (…) Aujourd’hui, avec Jessica Jones sur Netflix et Supergirl à la télé, les gens commencent à apprécier l’idée d’une femme super-héroïne. Mais on en trouve encore très peu, et encore moins qui soient noires et africaines », explique-t-il.

La BD Malika est un mélange de fantastique et d’histoire de l’Afrique. Roye dit s’être inspiré directement de la légende de la princesse Amina de Zaria, appelée aussi « la reine guerrière », de Zazzau, au Nigeria.

Lui-même Nigérian, Roye Okupe est arrivé aux États-Unis en 2002, à l’âge de 17 ans. Il a lancé l’entreprise YouNeek Studios en 2012. Sa spécialité : les super-héros africains.

« J’ai toujours rêvé de créer un super-héros du Nigeria, où je suis né et j’ai grandi. Et je voulais faire quelque chose qui soit une source d’inspiration pour mon pays et mon continent. Quand les gens regardent mes personnages, E.X.O., Malika, Fury, WindMaker, je veux qu’ils voient une autre facette de l’Afrique, celle qui n’est pas souvent montrée dans les médias », indique-t-il.

malika-promo2

Aux États-Unis, d’autres super-héros noirs ont fait rêver des générations de lecteurs. T’Challa, alias Black Panther, Africain lui aussi, est considéré comme l’un des premiers. Il fait son apparition en 1966 dans Fantastic Four #52, de Marvel Comics. D’autres, Afro-Américains, lui emboîteront le pas : Storm, de Marvel, Green Lantern, de DC Comics, Quantum, de Valiant Comics, etc. Certains reviennent même à la mode, comme le justicier Luke Cage, créé par Marvel en 1972 et qui cartonne actuellement dans sa propre série sur Netflix. Le marché n’est donc pas nouveau, mais Roye Okupe pense y avoir trouvé un créneau.

« Je crois qu’avoir des héros qui évoluent dans un contexte et d’un point de vue africain, cela apporte quelque chose de neuf au genre. Ces personnages pensent différemment, ils comprennent les choses différemment, ils ont des problèmes différents et des ennemis qui se comportent différemment », souligne-t-il.

La pop culture est-elle prête à accueillir davantage de diversité ? Roye Okupe l’espère bien. Après tout, ce qui attire chez un super-héros, c’est surtout sa personnalité et la cause pour laquelle il se bat. Les lecteurs s’identifieront-ils au combat de Malika ? Réponse en juin 2017, date de sortie de la BD.