Les coups d’Etat au Burkina-Faso

Grâce à une médiation de la Cedeao, le pouvoir de transition amenée au Burkina par le président Michel Kafando a été remis en selle et le putsch perpétré par le Généra Diéndéré mi-septembre passé stoppé. Est-on pour autant sorti de l’auberge dans ce pays où les coups d’état ont fait légion depuis l’accession à l’indépendance. On vous donne ici la liste :

-3 janvier 1966 :  Le président Maurice Yaméogo est contraint de démissionner suite à des soulèvements populaires provoqués par sa politique d austérité. Le lieutenant-colonel Aboubacar Sangoulé Lamizana prend le pouvoir et instaure un régime militaire autoritaire. Les partis politiques sont interdits.

-3 janvier 1966 : Le président Maurice Yaméogo est contraint de démissionner suite à des soulèvements populaires provoqués par sa politique d austérité. Le lieutenant-colonel Aboubacar Sangoulé Lamizana prend le pouvoir et instaure un régime militaire autoritaire. Les partis politiques sont interdits.

-7 novembre 1982 :  Coup d Etat du commandant Jean-Baptiste Ouédraogo à la tête du Conseil provisoire de salut du peuple (CPSP)

-7 novembre 1982 : Coup d Etat du commandant Jean-Baptiste Ouédraogo à la tête du Conseil provisoire de salut du peuple (CPSP)

4 août 1983 :  Soulèvement d une partie de l armée, conduite par le commandant Boukari Lingani et les capitaines Blaise Compaoré, Thomas Sankara et Henri Zongo. Le Conseil national de la révolution (CNR) désigne le capitaine Thomas Sankara président.

4 août 1983 : Soulèvement d une partie de l armée, conduite par le commandant Boukari Lingani et les capitaines Blaise Compaoré, Thomas Sankara et Henri Zongo. Le Conseil national de la révolution (CNR) désigne le capitaine Thomas Sankara président.

15 octobre 1987 :  Coup d Etat de Blaise Compaoré et assassinat de Thomas Sankara. Création d un nouveau parti politique par Blaise Compaoré, le Front populaire.

15 octobre 1987 : Coup d Etat de Blaise Compaoré et assassinat de Thomas Sankara. Création d un nouveau parti politique par Blaise Compaoré, le Front populaire.

19 septembre 1989 :  Tentative de coup d Etat du commandant Jean-Baptiste Boukari Lingani et du capitaine Henri Zongo. Les deux hommes sont exécutés sans procès le lendemain.

19 septembre 1989 : Tentative de coup d Etat du commandant Jean-Baptiste Boukari Lingani et du capitaine Henri Zongo. Les deux hommes sont exécutés sans procès le lendemain.

-Octobre 2003 : Tentative de coup d Etat. Le 17 avril de l’année suivante, le capitaine Luther Ouali, cerveau de l’opération, est condamné.

-Octobre 2003 : Tentative de coup d Etat. Le 17 avril de l’année suivante, le capitaine Luther Ouali, cerveau de l’opération, est condamné.

-30 octobre 2014 : L armée prend le pouvoir, après deux jours de manifestations contre le référendum sur la modification de la Constitution. Dans la foulée, le président Blaise Compaoré démissionne, le lieutenant-colonel Isaac Zida est nommé chef de l Etat, signature d un accord sur les institutions de la transition, entre l armée, les partis d opposition et les représentants religieux et de la société civile et Michel Kafando est nommé président de la transition.

-30 octobre 2014 : L armée prend le pouvoir, après deux jours de manifestations contre le référendum sur la modification de la Constitution. Dans la foulée, le président Blaise Compaoré démissionne, le lieutenant-colonel Isaac Zida est nommé chef de l Etat, signature d un accord sur les institutions de la transition, entre l armée, les partis d opposition et les représentants religieux et de la société civile et Michel Kafando est nommé président de la transition.