Pendant 10 ans, Rachel Dolezal s’est faite passée pour une métisse et aujourd’hui elle adopte un nom africain : Nkechi Amare Diallo

“Ma peau est blanche, mes yeux sont bleus, mes cheveux sont blonds. Les traits de ma race ne sont nulle part visibles sur mon visage”

Quand Walter White, fils d’anciens esclaves et directeur de la NAACP de 1931 à 1955 prononçait ces mots, il revendiquait ainsi son appartenance raciale. Il se sentait noir et avait besoin qu’on le sache.

Pendant des décennies aux USA et partout dans le monde, ll faisait bon de se sentir blanc,  pour ne pas subir des discriminations et des ségrégations. Pour y arriver, certains allaient jusqu’à se couper de leur famille d’origine, de sa communauté et ne pas faire d’enfants.

Heureusement que, beaucoup aussi ont fait le chemin inverse: Blanc de peau et noire dans l’Âme à tel point qu’ils leur étaient impossible de ne pas revendiquer cette identité; et aujourd’hui plus que jamais comme en temoigne le hashtag #blackreceipts, ou encore  des récépissés confirmant qu’ils sont noirs, même s’ils ont l’air blanc à l’exemple de ce profil tweeter

https://twitter.com/marcusjdl/status/609489021425844225

Par ailleurs l’histoire nous apprend aussi que,  l’identité noire etait aussi appliquée par la règle d’une seule goutte de sang “One drop rule” un est un principe social et juridique de la classification raciale qui a été historiquement importante aux Etats-Unis affirmant que toute personne avec même un ancêtre de l’ascendance sub-saharienne et d’Afrique (“une goutte » de sang noir)  est considéré comme noir). Ce concept a évolué au cours du 19ème siècle et est devenu codifiée dans le droit au 20e siècle. Il a été associé avec le principe de la «noirceur invisible» et est un exemple de hypo descendance, l’affectation automatique des enfants d’une union mixte entre les différents groupes socio – économiques ou ethniques au groupe avec le statut inférieur.

Etre noir par amour à l’identité Kemite

Il a été difficile choisir l’intitulé de se paragraphe.Dire: ” se sentir noir par amour à l’identité kemite” aurait été réducteur, parce que nombreux sont ceux qui vont au delà du ressentit tellement ils se sont appropriés de cette identité.cas pattant:  Rachel Dolezal, activiste, s’est faite passer pendant 10 ans pour une femme noire, alors qu’elle est blanche. comme quoi, être noir ne se voit pas forcement de la couleur de la peau

Elle était présidente de la NAACP de Spokane (association luttant pour la défense des droits civiques, notamment des noirs) avant de démissionner. Dans une interview qu’elle a donnée, elle dit s’identifier à la couleur noire. Certaines source laisse entendre qu’elle aurait un frère adoptif noir, peut être est ce là la raison de cette métamorphose. (Nous y reviendrons)

Elle s’appelle désormais Nkechi Amare Diallo

La femme de 39 ans, née Blanche mais voulant s’identifier à une Noire, vient de changer légalement son nom. Désormais, la jeune femme ne s’appelle plus Rachel Dolezal, mais plutôt Nkechi Amare Diallo, un nom d’origine ouest-africaine.

« Don de Dieu »

Le média new-yorkais: Washington Examiner a d’ailleurs fourni des détails sur la signification du nom.
Le nom Nkechi est en effet le diminutif de Nkechinyere, d’origine Ibo, une ethnie présente au Nigeria. Le nom veut simplement dire en langue ibo : « don de Dieu ». Le nom « Diallo » est d’origine Peul, une ethnie qui aurait des racines au Moyen-Orient et en Afrique de l’Ouest.

Depuis, la vie de cette jeune femme s’est transformée en un cauchemar. Elle a été licenciée de l’Université Est de Washington comme professeur assistante. Elle confie avoir candidaté pour plus de 100 postes, mais aucune réponse positive. Même pour trouver un éditeur pour ses mémoires, ce fut un parcours de combattant. Elle préfère désormais se réfugier auprès de sa famille, le seul endroit où elle se dit être « comprise et acceptée ».