Crazy World: Kim jong Un et l’hypocrisie de l’Ouest – par Claude Wilfried

La politique africaine des pays industrialisés, c’est un peu comme la langue du caméléon. Lorsque le caméléon se trouve à proximité d’une proie, il détache sa langue immense et collante avec une vitesse à peine perceptible a l’œil nu, et la proie se retrouve aussitôt dans sa gueule sans qu’on ait eu le temps de voir ce qui s’est réellement passé. Regardons la politique occidentale avec nos yeux de derrière et nous constatons qu’il se produit exactement le même phénomène.

Par exemple quand on se base sur le curieux contraste entre les “dictateurs” Africains et l’imprévisible Président Nord-Coréen, Kim Jong Un.

Aussitôt qu’un pays africain fait de la résistance, les dirigeants Européens et Américains se frottent les mains dans l’impatience de larguer la première attaque militaire. Soutenus dans cette tâche morbide par le lobby de l’armement qui cherche fiévreusement de nouvelles guerres artificielles pour s’enrichir, leurs bataillons dits “de la paix” se retrouvent sur le sol Africain en un instant. C’est pour ça qu’en début d’année 2011, Sarkozy avait du mal à tenir en place malgré sa petite taille. Tellement il était pressé de faire signer la résolution 1973 aux Nations Unies pour avoir la permission de bombarder… Pardon, d’apporter la paix en Libye. Après qu’il ait mis une pression terrible sur l’Allemagne, puis sur les Russes et les Chinois, ces derniers ont finalement choisi par prudence, de ne pas se prononcer. En absence de veto, la France s’est fait une joie immense de raser Benghazi et les villes contrôlées par le Colonel.

C’est aussi pourquoi le President du Togo Sylvanus Olympio doit mourir le 13 janvier 1963, assassiné nous dit-on, par son ancien frère d’armes, Eyadema Gnassingbe. Comme si on ignorait que sur quasiment tous les prétendus coups d’Etat en Afrique, les auteurs sont des anciens enfants de la légion Française. Quelle coïncidence!
C’est enfin pourquoi en 2011, Gbagbo doit à tout prix quitter le pouvoir. Il n’y a pas le temps de recompter les voix. La parole de la France, c’est la parole de Dieu. Elle a déjà choisie son singe à elle. Celui qui va marteler à la télévision française contre vents et marées, qu’il n’y a aucun Européen au Conseil d’Administration des Banques Centrales africaines, et que la parité FrancCFA-Euro est une option que les Africains ont ” choisie “, chose curieuse, parce que les Africains n’ont déjà pas choisi le FrancCFA lui-même. Mais évidemment, il n’est pas question de laisser un élève rebelle à la tête d’une ancienne colonie. Verdict. Gbagbo doit être remplacé coûte que coûte. Il est donc rapidement proclamé dictateur et envoyé en prison dans la magnifique ville de Den Haag (la Haye) en Hollande pour y être jugé.

Parce qu’il faut à tout prix empêcher l’émergence d’une Union Africaine indépendante et entièrement financée par l’Afrique. Et donc, à la place d’un vrai rocher panafricain, on a aujourd’hui ce torchon d’Union Françafricaine, porté aux deux tiers par des fonds étrangers, incapable de prendre des décisions fortes et avec à sa tête, un brave Mugabe malheureusement vieillard et seul, qui aura du mal à contenir la bande de Houseniggers manipulables et manipulés qui l’entourent

Si l’histoire s’arrêtait là, on pourrait encore accorder de la crédibilité à l’Occident. Mais là ou le mensonge devient vraiment impoli, c’est lorsqu’on observe son inaction face aux frasques de la Corée du Nord. Le President Kim Jong Un y mène une politique du je-fais-ce-que-je-veux et n’est jamais inquiété. Les pays qui prétendent œuvrer à tout prix pour la démocratie sont étrangement muets comme un lac quand les Nord-Coréens piétinent toute cette éthique qui leur est pourtant si chère, et ils ne lèvent pas le petit doigt pour aller y instaurer leur amour de démocratie.

La Corée du Nord est un pays d’Extreme-Orient d’environ 100 000 km2 et d’une population de 24 millions d’individus. Il ne sera pas facile de croiser un nord-Coreen, tant les sorties hors du pays sont restreintes et les libertés réduites. Moins d’un million de la population a accès à internet et même les voitures privées sont rares. La télévision nationale est la seule vérité. Il y est pratiquement impossible de fonder une association ou d’adhérer à une religion quelconque. L’idéologie principale regroupe une forme de confucianisme- bouddhisme et un culte de la personnalité quasi religieux. (On présente la Corée du Nord comme le pays au monde où les chrétiens sont le plus persécutés. Pire encore que dans les zones d’islamisme radical).

C’est le système politique le plus restrictif de la planète. En mai 2013 des essais nucléaires sous fond de provocation ont été effectués non loin du voisin Sud-Coréen, mettant en alerte vigilance le Sud et les grands de ce monde dont les USA. La Corée du Nord a par ailleurs déclaré se trouver ” en état de guerre” avec le Sud. Donc tout peut arriver.
A la 3ème génération de chefs d’Etat qui a succédé à la guerre de Corée (1950-1953), Kim Il Sung prend le pouvoir le 28 décembre 1972. Un an avant sa mort le 8 juillet 1994, il passe le volant à son fils Kim Jong-Il du 9 avril 1993 au 17 décembre 2011 à la mort de celui-ci. Et depuis le 13 avril 2012, ce n’est nul autre que Kim Jong Un, le fils de Kim Jong Il qui règne sur la Corée du Nord. Ce qui rend cette histoire interessante, c’est que le pays se fait appeler “République populaire et DÉMOCRATIQUE de Corée” pendant que dans la pratique, c’est une dynastie qui se met en marche. (C’est comme une phrase qu’on a lancée en pleine foule et dont l’auteur lui-même est conscient de mentir)

Malgré tout ceci, les pays de l’Ouest ne se sont pas rués en défendeurs des Droits de l’Homme comme ils le font en Afrique. Lorsque Kim Jong Un a fait exécuter son oncle et sa tante il y’a un an, on n’a pas vu de base militaire être installée sur son sol. Lorsqu’il a mis à mort son ministre de la Défense début mai 2015, personne n’y a envoyé ses troupes militaires. C’eut été en Centrafrique ou au Tchad qu une résolution aurait été aussitôt votée par l’ONU avec un gros contingent militaire. Voila donc comment agit un hypocrite.
Un hypocrite ne se lève que lorsque ses intérêts sont en jeu. Quand la France voit ses intérêts économiques menacés par une Afrique qui veut reprendre ses droits, ses terres, sa monnaie et sa politique, la riposte ne se fait pas attendre. Mais lorsqu’il faut vraiment combattre les violations des Droits de l’Homme comme en Corée du Nord, tout ce qu’on annonce au journal,c’est que President X ou Y “condamne fermement” , et ensuite on passe au bulletin météo, et le sujet est clo,jusqu’à la prochaine scène de ménage. Une histoire en boucle.

Voila pourquoi il ne faut pas les prendre au sérieux. Nous en Afrique, on aime l’Occident mais l’Occident ne nous respecte pas. Il mène une politique à deux vitesses. Une éthique à géométrie variable ou on n’attaque pas ceux qui ont l’arme nucléaire, alors qu’on s’est fixé pour but de combattre la terreur, quoiqu’il en coûte. Il ne faut plus les prendre au sérieux lorsqu’ils disent dans leur télévision que l’heure est venue d’aller combattre le terrorisme en Libye ou au Mali. Car non seulement ce sont leurs armes que les terroristes utilisent, mais surtout ils n’élèvent le ton que face aux pays faibles. Il n’est pas logique d’aller bombarder Tripoli avant Pyongyang. Au moins en Libye, on n’exécutait pas un homme parce qu’il avait somnolé lors d’un défilé.
Mais pour organiser une vrai résistance, il faut de la solidarité. Leurs armes sont des bombes, notre arme sera l’Union. Mais tant que des pays hors-sujet comme le Nigeria, le Gabon et l’Afrique du Sud continueront d’aller voter pour le bombardement d’un autre pays africain comme sur la résolution 1973 en 2011 pour la Libye alors que l’Allemagne la Russie et la Chine ont préféré se tenir à l’écart, on aura du mal à affronter ces langues de caméléon.