Quels sont les pays africains ayant leur propre monnaie?

Si vous vous en souvenez, le système bancaire de l’Island avait explosé, ce dernier se refusa de faire payer le prix aux contribuables islandais au grand mécontentement de la communauté international. Aujourd’hui ce pays va bien et nous reconfirme qu’aucun pays ne peut prétendre être souverain s’il n’émet pas sa propre monnaie, sans intérêt et sans dette. Avoir sa propre monnaie assure un système social tailler à la mesure, évite de réduire les services publics ou les privatiser, alors que les possibilités physiques de fournir ces services tels matériaux et main-d’œuvre sont existant. Avoir sa propre monnaie c’est la possibilité de financer sans intérêt et sans dette tout ce qui est physiquement réalisable, pour répondre aux besoins de la population.

Dans le cas du continent africain, précisons qu’aucun pays de la zone francophone ne soit libre de posséder sa propre monnaie, Une monnaie imprimée en France . Plus grave, le franc CFA ( Colonie française d’Afrique)* créer le 26 décembre 1945 utilisé en Afrique de l’Ouest n’est pas le même utilisé en Afrique Centrale par ailleurs, cette monnaie n’est pas convertible entre les deux zones; c’est dire le CFA de l’Afrique centrale ne peut être utilisé qu’en Afrique centrale.

Si au départ certains pays de la zone se démarquaient, ils ont à tord rejoint cette monnaie de singe au fil des années à savoir le Mali qui rejoint le CFA en 1984; la Guinée Equatoriale en 1985; la Guinée Bissau en 1997.

Pour ainsi les seuls pays africains possédant leur monnaie sont ceux de la zone anglophone, arabe et les anciennes colonies portugaises telle l’Angola.

Quelques exemples des pays qui possèdent leur monnaie

Nigeria : instabilité du naira

Le 25 novembre dernier 2015, la Banque centrale du Nigéria a décidé de dévaluer la monnaie nationale, le naira, alors que le pays, première économie d’Afrique, était frappé de plein fouet par les conséquences de la chute du cours du pétrole. Suite à cette modification de la parité du naira avec le dollar américain, désormais un dollar américain est échangé contre 168 nairas, au lieu de 155 auparavant. La Banque centrale a aussi revu à la hausse le taux des réserves obligatoires des banques privées, passant de 15 à 20 %. Le budget du pays dépend à 80 % des recettes tirées des hydrocarbures. La valeur de la monnaie nationale impacte direct la santé de l’économie.

Afrique du Sud : les nombreuses fluctuations du rand

Le rand, monnaie de l’Afrique du Sud (symbole : ZAR) qui existe depuis 1961, est également utilisé par d’autres pays comme le Lesotho et le Swaziland en tant que monnaie commune. La monnaie sud-africaine connaît des hauts et des bas face au dollar américain. Parmi ces fluctuations historiques, on peut citer la longue dépréciation de 2001 lors de laquelle la monnaie d’Afrique du Sud perdit 100% de sa valeur (EUR/ZAR = 6,1684 en février 2000 et EUR/ZAR = 12,1203 en décembre 2001). Après avoir regagné du terrain sur le dollar (EUR/ZAR = 7,1910 en février 2006), l’inquiétude sur les marchés financiers à la suite de la crise des subprimes conduit à une nouvelle appréciation de l’euro face à la monnaie sud-africaine (jusqu’à la valeur EUR/ZAR = 12,7671 en mars 2008). Le rand reste très volatile. Pour se protéger de fluctuations trop violentes de leurs monnaies, les pays émergents membres des BRICS, dont l’Afrique du Sud fait partie, ont d’ailleurs décidé lors de leur Sommet, tenu en 2014 au Brésil, de créer une banque commune et ainsi «s’émanciper» de l’Occident.

Ghana : le cedi, une monnaie qui s’affaiblit

Le cedi (1 USD = 3.39997 GHS), monnaie nationale du Ghana, deuxième producteur mondial de cacao et deuxième producteur d’or d’Afrique, est aussi fortement exposé aux fluctuations du marché international. Rappelons que depuis juillet 2007, le Ghana avait changé sa monnaie pour adopter un nouveau cedi plus fort, qui vaut 10,000 anciens cedis.  Suite à la dégringolade du taux de change du cedi qui est à son niveau le plus bas, la banque centrale du Ghana a imposé des contrôles supplémentaires sur les mouvements de monnaies étrangères, ainsi que des restrictions sur les montants des retraits en devises.
 Selon certains analystes, la création d’une monnaie africaine commune pourrait atténuer les impacts de la conjoncture internationale sur l’économie des Etats africains.

Kenya: shilling kenyan

La monnaie nationale est le shilling kenyan (Ksh), qui se divise en 100 cents. Début 2015, pour 1 €, on obtenait environ 95 Ksh, et pour 1 US$, plus ou moins 90 Ksh. Le shilling kenyan, après avoir été relativement stable pendant une longue période, a de nouveau connu des fluctuations ces derniers temps.

Avec Patrice Nguenti