LE RAGOT MEURT QUAND IL ARRIVE À L’OREILLE D’UNE PERSONNE INTELLIGENTE

Le mécanisme fonctionne souvent de la même manière : un hypocrite crée une rumeur pour qu’elle se diffuse et l’ingénu y croit sans résistance. L’épidémie des rumeurs se termine uniquement lorsqu’elles arrivent aux oreilles d’une personne intelligente, jusqu’à ce cœur vacciné qui n’écoute ni ne répond à ce qui n’a pas de sens.

Dans un livre publié en 1947 pas le psychologue social Gordon Allport et intitulé “La psychologie des rumeurs», il nous explique quelque chose de très curieux : les ragots servent à faire cohésion dans les groupes de personnes et à se positionner vis à vis de quelqu’un. De même, ces comportements sont agréables, libèrent des endorphines et luttent contre le stress. La langue n’a pas d’os et elle est pourtant assez forte pour faire du mal et empoisonner à travers de ragots et de rumeurs. Un virus mortel est éradiqué uniquement lorsqu’il arrive aux oreilles d’une personne intelligente. Le commérage se transforme souvent en un mécanisme de contrôle social qui octroie un certain pouvoir à qui le pratique.

Il se situe au centre de l’attention du groupe de personnes réceptives à n’importe quelle rumeur, à n’importe quelle information tordue qui leur permet de sortir de leur routine et de profiter de cette nouvelle stimulation en guise de distraction. Comme on le dit souvent, les commères ne savent pas être heureux. Ils sont beaucoup trop occupés à camoufler leurs amertumes dans des tâches vaines et superflues qui valident inutilement leur auto-estime.

La psychologie du ragot implacable

La psychologie du ragot et des rumeurs est tout à fait d’actualité. Pensons, par exemple, à la rapidité que met à se propager une rumeur fondée ou infondée dans le monde des réseaux sociaux. Internet est déjà un véritable cerveau où les données poussent comme des neurones interconnectés pour nous nourrir d’une information qui n’est pas toujours vraie ni respectueuse envers les autres.

D’autre part, les experts en marketing et en publicité donnent souvent comme exemple de la «rumeur fatale et implacable» le cas du soda “Tropical Fantasy”. Sorti sur le marché en 1990, il a eu un succès quasi immédiat aux États-Unis, jusqu’à ce que soudain, surgisse une rumeur aussi terrifiante qu’absurde. On disait que ces sodas bon marché avaient été créés par le Ku Klux Klan dans un but très clair. Leur faible coût permettait qu’une grande partie de la population afro-américaine aux faibles ressources y ait accès.

Dans sa recette, se cachait soi-disant un objectif bien sombre : abîmer la qualité du sperme des Afro-américains pour qu’ils ne puissent plus avoir d’enfants. Personne ne sait pourquoi ou qui a démarré la flamme de cette rumeur, mais l’impact fut désastreux. La marque “Tropical Fantasy” a mis des années à s’en remettre, à tel point qu’encore aujourd’hui, ils n’oublient jamais d’inclure des personnes noires dans leurs publicités. Même en sachant que ce n’est pas vrai, l’empreinte émotionnelle perdure. C’est l’exemple clair de l’une des rumeurs qui a eu le plus d’écho dans le monde.

Se défendre des rumeurs et des ragots

Que nous le voulions ou pas, notre société est construite sur des relations de pouvoir où les rumeurs sont de véritables armes à feu.

Les vérités manipulés sont utiles pour de nombreuses personnes, qui réussissent à trouver une place grâce à elles et en obtiennent des bénéfices très concrets.

Ainsi, il est nécessaire que nous soyons toujours cette oreille intelligente qui agit comme une barrière, qui freine les offenses, le non sens, l’information fausse et l’étincelle de cet incendie qui veut toujours emmener quelqu’un avec lui.

Pour mieux comprendre ces processus psychologiques si communs dans nos contextes sociaux, nous vous proposons de tenir compte des piliers qui soutiennent la psychologie complexe de la rumeur, de la commère et du naïf qui la répand.

La sagesse populaire nous dit toujours que pour briser une chaîne, il suffit d’éliminer un maillon.

Si la rumeur agit comme un véritable virus dans notre environnement professionnel, dans notre famille ou dans notre cercle de connaissance, il est nécessaire de nous aider de personnes de confiance pour qu’elles agissent comme des barrages de contention.

  • Les rumeurs se diffusent quand il y a quelqu’un qui souhaite faire son beurre sur notre dos. Face à ces comportements, nous pouvons agir de deux manières : soit en faisant la sourde oreille face à l’absurde, soit en agissant avec assertivité, en mettant des limites et en éclaircissant les choses.
  • Nous devons être conscient que dans toute organisation, communauté de voisin ou groupes de collègues ou d’amis, il y aura un «ragoteur» officiel, c’est à dire un amoureux des rumeurs.
  • Nous devons toujours être intègre, transparent et ne pas alimenter ce type de comportements en propageant le virus de la rumeur ou du ragot. Il est nécessaire de savoir également qu’il n’est pas facile de discréditer une rumeur, car les mots ne suffisent pas toujours.
    Il faut parfois des faits forts pour discréditer ou démontrer l’invraisemblable de cette rumeur.

Les langues fourchues nous accompagneront toujours d’une manière ou d’une autre, alors la meilleure des choses à faire est d’éviter d’être l’une d’entre elles et de se souvenir que les rumeurs sont pour la vermine et l’information pour les oreilles sages.

Source : nospensees.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *