La cité de Dieu… Rio des larmes – par Armand Iré

Rio 2016. La mythique mégapole brésilienne nous fait vivre une énième édition des JO, le rendez-vous sportif le plus prestigieux de la planète.

Que d’émotions. Entre la “sympathique” defaite de la française Cécile Berder à l’escrime et le tonnerre émotionnel de l’obtention de l’or par Rafaela Sylva au judo, ce fut trop pour ne pas laisser échapper une larme.
Toute la famille de Cécile à commencer par sa grand-mère de 80 ans a préparé le voyage de Rio. Chaque membre de la tribu à économisé méticuleusement pour soutenir leur championne de parente. Quand Cécilia perd en demi-finale hier, la douleur est là, mais elle a vite été amortie par la tribu et la sabreuse gauloise repartira confiante dans quelques heures pour tenter d’y arriver et si possible décrocher une médaille.
Rafaela avait le visage baigné de larmes hier sur le tatami. Par un simple “Yuko”, elle est devenue championne olympique de judo. Rafaela vient des favelas de Rio. Elle vient surtout de la pire, de la grande et de la plus médiatisée des favelas brésiliennes : “La cité de Dieu”.
C’est sur un tatami de fortune, dans la misère et toutes les dérives autour d’elle que Rafaela est allée au bout de son rêve.
À 24 ans, Rafaela Sylva est la nouvelle héroïne du Brésil et avec elle tous les issus des bidonvilles du monde ont la foi qu’un jour ils y arriveront.
Rio la magnifique, Rio des espoirs et des exploits fous. Rio le rêve. Bravo Rafaela. Au Brésil, une icône est née. Sans être de la lignée de Zepekeno, elle vient de la cité des Dieu et désormais elle est en or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *